ECOLOGIE POLITIQUE dans les Hautes-Alpes (05):

Réforme des retraites : le malaise grandit à EELV sur le blog de Raphaëlle Besse Desmoulières, journaliste au monde.

La Contribution pour les Journées d’été 2013 d’EELV du groupe de réflexion “Indépendance Cha cha” :
“Un an après l’alternance, les maigres espoirs de rupture ne sont déjà plus qu’un souvenir envolé. La perte de huit élections partielles successives par la gauche et la montée du Front national soulignent la coupure entre une société touchée par l’accumulation des crises et ses représentant-es. Elles traduisent l’échec des pouvoirs publics dans la défense de l’intérêt général face aux logiques marchandes et jettent une lumière crue sur les impasses de l’imaginaire technocratique et social-libéral de la majorité actuelle. Il y a urgence à changer de cap, pour la planète, pour notre gouvernement et dans notre modeste parti.” La suite passionnante …

LES RENDEZ VOUS A NE PAS MANQUER :

Grand Picnic de soutien au collectif " pas d’autoroute forestière à la montagne de Sigottier sans concertation".

« Quels modèles agricoles pour demain ?
Les défis de l’agriculture paysanne ici et là-bas ».
La délégation CCFD - Terre Solidaire des Hautes-Alpes organise cet été, près d’Embrun, dans le cadre à la fois bucolique et solennel de l’Abbaye de Boscodon.Le vendredi 19 juillet 2013 à partir de 9h30.

Le programme en PDF

LE DOSSIER THT.

Michelle Rivasi a apporté sa contribution à l’enquête publique sur le projet THT, EELV 05 par l’entremise de sa porte parole Karine Goninet.

La contribution de notre Eurodéputée : 1 clic

Les infos sur d’Ici Radio :

http://alpesdusud.alpes1.com/infos/infos-locales

http://www.dici.fm/actu/2013/07/11/

L’interview de Karine

Incertitude, quand tu nous tiens… par Dominique Maillard
Président du directoire de RTE (Réseau de Transport d’Electricité),
Ancien Directeur Général de l’Energie et des Matières Premières (octobre1998 à février 2007)

Toujours la THT : grande réunion à Embrun le 14 juin

Salle de la manutention à l’espace Delaroche à 20 h

Soyons nombreux à manifester contre ce grand projet inutile et désastreux

Rappel des arguments, liste non exhaustive!!!

Appel à solidarité contre des lignes THT dans les Hautes Alpes
L’association IDEAE, (association.idae@yahoo.fr) nous fait parvenir ce courriel auquel nous nous associons:

Une enquête publique pour l’implantation de deux lignes à très haute tension (THT) aériennes (2 x 225 000 V) qui traverseraient le département des Hautes-Alpes vient d’être lancée par RTE et la préfecture du 05.
Nous avons besoin de votre aide pour les inonder de lettres !

Depuis deux ans une association de citoyens se bat contre ce projet www.avenirhautedurance.com
Elle a recueilli 2000 adhésions en quelques mois : un record dans ce département ! Vous trouverez sur leur site de multiples informations sur le projet, les lignes à haute tension, et les actions entreprises pour s’y opposer.

N’importe qui peut participer à l’enquête publique : locaux bien sûr, mais aussi touristes, y compris étrangers. Une simple lettre de quelques lignes exprimant votre désaccord suffit, même s’il est toujours préférable d’argumenter.

A défaut, une grande pétition vient d’être mise en ligne : www.avaaz.org/fr/petition/Sauvons_la_vallee_de_la_Haute_Durance_en_danger

Toutes les infos sur l’enquête publique : http://www.gestasso.com/clients/www6516/index.php/lettre-d-information-n-7

Contact du commissaire enquêteur : Mr le Président de la Commission d’Enquête, Préfecture des Hautes Alpes, Secrétariat général aux affaires départementales, Bureau du Développement Durable et des Affaires Juridiques, 28 rue Saint Arey, CS 66 002, 05011 Gap cedex.

Participez impérativement entre le 27 mai et le 11 juillet 2013 !

Voici le modèle de lettre argumentée que vous pouvez télécharger et recopier.

Avec l’eau à Gap ça continue…

Communiqué de presse d’EELV 05 concernant le recours déposé contre la Délégation de Service Public Eau à Gap et les attaques honteuses du maire de Gap envers son opposition.
Le communiqué
Lundi 10 juin

…Contre la relance de l’autoroute A51…
Un projet inutile et néfaste
Des autos et toujours plus de pollution !
Les habitantEs de Grenoble connaissent plus de 120 jours par an de qualité de l’air
dégradée du fait d’une surabondance de véhicules motorisés.
Les automobilistes perdent chaque année 154 heures dans les embouteillages.
Dans ces conditions, vouloir rajouter des milliers de voitures dans la cuvette
grenobloise est tout simplement meurtrier.
Des terres, des montagnes et des forêts menacées !
Cette autoroute a pour but de relier Grenoble à Sisteron.
Elle traversera donc les campagnes et montagnes du Trièves, du Buëch, du
Beaumont, du Champsaur, du Dévoluy et du Valgaudemar. Elle portera atteinte de
façon irrémédiable aux terres agricoles et aux espaces naturels.
1 km d’autoroute = 10 ha de terres agricoles ou de forêts rayées de la carte.
A peine plus vite, beaucoup plus cher !
En raison du relief et de l’instabilité des terrains, la réalisation de cette autoroute
nécessiterait des ouvrages pharaoniques et les travaux sont estimés aujourd’hui
à 2,5 milliards d’euros, soit 27 millions d’euros le km !
Tout cela pour un gain de temps entre Grenoble et Sisteron de 11 mn…

Notre députée, karine Bergé, attend avec impatience les résultats du comité Snit (schéma national des infrastructures de transport) qui se réunit une dernière fois cette semaine.
Selon elle le nouveau schéma sera rendu public « dans une semaine, dix jours ».
Concernant l’autoroute A51, soit la réalisation du tronçon manquant figure dans le document et il faudra alors se pencher sur son financement, soit le dossier est définitivement enterré, résume l’élue.
« La réinscription de l’A51 au Snit et l’amélioration des routes nationales 94 et 85, ce serait pour moi un résultat parfait. Le vrai problème serait qu’on soit oublié… »
Pour les opposants à l’ A 51, seule la solution du réaménagement des 2 nationales est solution envisageable.
En attendant, ils invitent la population à un grand rassemblement le 15 juin prochain

Contre ce projet démesuré et dévastateur, c’est à vélo que nous ferons la route ensemble jusqu’à Grenoble sans nuire, sans gaspiller, sans vitesse, ni moteur !!

Le programme là et là

Lundi 10 juin

gap et les écologistes

DROIT DE REPONSE

Il y a quelques jours nous recevions ce message de monsieur Roger Sarrade :
"suite à votre communiqué relatif au comportement du maire de Gap je vous indique que vous pouvez ajouter à votre liste la création de la za de la flodanche en zone agricole et naturelle pour laquelle le recours citoyen que j’ai mené (sans le soutien des défenseurs de l’environnement…) a permis d’annuler la délibération du cm (jugement du TA le 28/06/2010)
dans ces affaires menées en l’absence de (ou contre la) concertation je constate une passivité (voire complicité) de l’administration locale.
notez que le projet de PLU prévois de passer outre (ou “en force” comme se plait à dire le maire) en voulant tenter de légaliser ce qui est jugé illégal par une instance indépendante
restons vigilants en attendant 2014 … "
Une bonne occasion pour Michel Olivier du groupe local de répondre :
“J’étais encore au Conseil municipal lorsque Roger Didier a lancé la procédure d’enquête d’utilité publique pour déclasser la zone, qui n’était pas constructible au POS.
Nous avions naturellement voté contre, avec en plus un dossier de la LPO montrant combien cette zone était utile aux migrateurs.
De plus, je suis resté en contact avec plusieurs habitants du secteur, les conseillant quant aux démarches à entreprendre.
Pendant ma campagne aux cantonales sur Gap-campagne, j’ai dénoncé le projet.
Grâce à la pugnacité de M. Sarrade, le permis de construire a été jugé illégal au TA, et nous avons fait savoir combien nous nous réjouissions de cette victoire, mais vous connaissez la presse locale : nos communiqués ne sont pas toujours repris…
Je n’ai pas eu contact directement avec M. Sarrade, mais je récuse la parenthèse sur “sans le soutien…” : à la mesure de nos moyens, et avec le peu de poids que nous avons sur Gap, nous avons fait ce que nous pouvions.”

Vendredi 31 mai

Lire l’article du Dauphiné

Projet de carrière de Saint André d’Embrun c’est fini !!!

Le préfet des Hautes Alpes vient de refuser, dans son arrêté n° 2013-149-0003 du 29 mai 2013, le projet d’exploitation de carrière au domaine de la Cabane à Saint André d’Embrun.

Le maire de Saint André , seul maire du canton ayant approuvé ce projet, a pris acte de cette décision.

Cette décision, prise après le temps nécessaire de la réflexion, s’appuie sur les arguments techniques formulés par les municipalités et les associations qui s’opposaient à ce projet. Sage et courageuse décision qui réjouit la population de l’embrunais et tous ceux qui viennent y séjourner désireux de préserver les qualités et les richesses de ce lieu et de la haute vallée de la Durance. La famille Roche , propriétaire de ce beau domaine, peut être satisfaite : l’exploitation restera agricole sans être troublée, détériorée par ce chantier de 20 ans.

Il nous reste :
Les lignes THT en Haute Durance,
Le tout neige dans nos stations et son développement grotesque
l’A51
La DFCI à Sigottier
L’exploitation du gaz de schiste un peu partout
La fermeture des centrales nucléaires et la transition énergétique.
Les abeilles et les pesticides
Les OGM
Etc. Etc.

Jeudi 30 mai : impossible procès à Embrun, l’article dans le Dauphiné

“Le public est debout. Une ovation pour les acteurs de” l’impossible procès". Dans la salle des fêtes d’Embrun, environ 150 personnes rendent hommage à cette pièce unique dans les hautes-Alpes…"

Prendre connaissance de l’article : 1 clic

Mercredi 29 mai

LIGNE THT attention danger…

La pétition de l’association Avenir Haute Durance est en ligne : 1 clic pour la signer
Connue pour la beauté de ses paysages et ses espaces naturels préservés, la vallée de La Haute Durance fait face aujourd’hui à une menace de grande ampleur : une autoroute énergétique en aérien !

En vue de rénover le réseau électrique vieillissant, RTE, filiale d’EDF projette de créer 2 nouvelles lignes à très haute tension de 225 000 volts chacune.
Ce projet, touchera l’ensemble des communes situées en zone sud du Parc National des Ecrins et impactera de nombreux sites emblématiques de la rive nord du lac de Serre-Ponçon. Il signifie :

Nous, soussignés, déclarons soutenir l’action de l’association Avenir Haute Durance, qui depuis 2 ans s’oppose à ce projet et œuvre à la définition d’un nouveau projet basé sur la maîtrise de l’énergie et les techniques d’enfouissement des lignes à très haute tension pour lesquelles, RTE est un leader mondial.

Pour Briançon : l’enquête est bien dispo en sous préfecture à Briançon.
Mais Il faut la demander à l’accueil car le dossier se trouve dans un petit bureau non occupé et un employé de la sous préf reste présent tout le temps de la consultation.
C’est un peu laborieux , mais ça vaut le coup de se déplacer …

Mercredi 29 Mai

hautes-alpes_radioactives

EELV_hautes-alpes_radioactives
Lundi 27 mai, mercredi 29 Mai

A vos agendas, les dates à retenir

spectacle_embrun_nddl
Le collectif 05 contre les grands projets inutiles et imposés vous propose une soirée-débat sur l’aéroport de Notre Dame des Landes, le mercredi 5 juin à 19h30 à la Grande Ferme (St André d’Embrun).
Le débat sera précédé du film “Notre Dame des Luttes”, tournée fin 2012 par Jean-François Castell, auprès des opposants au projet rassemblés sur la ZAD.

Ca pourra aussi être l’occasion de parler d’un autre projet de Vinci qui nous intéresse plus localement, celui de la carrière de St André d’Embrun.

Pour que ce moment de réflexion et d’échange soit encore plus chouette, n’oubliez pas vos spécialités maison et vos couverts !

Faites passer l’information, et au 5 juin !

L’association ESSenciel organise une soirée sur : Les coopératives,
où comment humaniser le travail et l’économie ? le vendredi 7 juin à 20h,
devant la Taverne de Pan à Embrun (place Barthelon).
Nous commencerons par trois courts documentaires sur Okhra, Gers Initiative et la Péniche Cancale (lieu culturel dijonnais), qui nous donneront un aperçu de différentes expériences coopératives ; puis nous continuerons par un débat en présence de différents acteurs de SCOP locales.

A bientôt, venez nombreux et faites passer l’information !

Attac 05 nord organise une soirée destinée à tous, le 7 juin , à Briançon, à partir de 18h30 : Peut-on désirer la décroissance ?

Week-end de réflexion et d’échanges sur le thème de la Décroissance,en présence de Stéphane Lavignotte, auteur de « La Décroissance est-elle souhaitable ? »

Une soirée de réflexion-débats-formation, le 8 juin , à Briançon de 19 à 22H30

LE GOUVERNEMENT DOIT CHANGER DE CAP
Motion adoptée au Conseil Fédéral d’EELV du 25 mai 2013 1 clic

Pascal Durand a changé de ton. “Durand hausse le ton et s’en prend à certains ministres”.
Depuis quelques jours, le patron des écolos se montre de plus en critique vis à vis du gouvernement. En plus d’une ligne économique que son parti récuse ouvertement, certains ministres, comme Arnaud Montebourg, Bernard Cazeneuve ou Delphine Batho, semblent cristalliser les mécontentements.

Que c’est loin! En janvier dernier , Pascal Durand avait placé ses vœux sous le signe du “compromis”. Le mot d’ordre a visiblement vécu et la critique du gouvernement se radicalise. Premier acte dans une interview parue samedi dans Libération où le chef des écolos liste les “conservateurs” et les “réactionnaires” du gouvernement. Deuxième acte lors du Conseil fédéral des écolos où son parti demande un changement de cap. Et troisième ce mardi lors d’une conférence de presse où le successeur de Cécile Duflot a clairement prévenu : “Plus ça va avancer, plus nous allons être exigeants (…) On dit la même chose qu’avant mais on le dit plus fort.”

Jusqu’ici, Jean-Vincent Placé jouait la pythie écolo déplorant une politique allant “dans le mur”. Le Conseil fédéral des écolos fut à peine en retrait. Inquiétude sur l’orientation économique du gouvernement qui mène à “une impasse”, “politique gestionnaire à courte vue (…) nullement à la hauteur des enjeux nationaux”, voilà pour le constat global qui fut dressé ce week-end. Ajoutez la fermeture de Fessenheim qui elle aussi inquiète les écolos ou la réforme des retraites pour laquelle Durand redoute “une logique d’épicier et de comptable” et le tableau du désamour se dessine à grands traits.

Durand sur Batho : “Visiblement, elle ne pèse pas assez pour être entendue”
Révélateur de ce changement de ton : l’attitude vis-à-vis de la ministre de l’Ecologie et de l’Energie Delphine Batho. Jusqu’ici la ligne des écolos était : son bilan sera la notre. D’où un large soutien et pas ou peu de critiques. “On lui a foutu une paix royale. A maintes reprises, je lui ai dit de défendre les positions écolos et qu’elle aurait notre soutien”, rappelle Durand visiblement déçu. Sur les actions de groupes, Durand lui a demandé de peser pour inclure l’environnement et la santé dans le projet de loi. “Visiblement, elle ne pèse pas assez pour être entendue”, regrette-t-il.

Dans l’entourage d’un des deux ministres écolos, on ajoute à propos de la discrétion de Batho : “Delphine est sur des sujets extrêmement clivant au sein même du gouvernement. A court terme, sa stratégie n’est pas lisible et elle a un coût pour nous : on a l’impression que l’écologie est absente du gouvernement. Avec ses sorties, Montebourg occupe le terrain et nous fait mal”, note cet écolo qui, optimiste, pense qu’à long terme le travail de Batho paiera.

“Montebourg est le relais des positions les plus conservatrices du Medef”
Apprenant une rumeur qui verrait Montebourg remplacer Batho, Durand fulmine : “Ce serait une déclaration de guerre aux écologistes. Montebourg est le relais dans le gouvernement des positions les plus conservatrices du Medef. C’est le cheval de Troie des groupes industriels moyenâgeux.” Et de poursuivre la charge : “C’est quoi son bilan? Avoir posé avec une marinière et expliqué que le diesel était l’avenir du pays? Il a redressé quoi à part son image?”

A la cible Montebourg s’ajoute désormais Bernard Cazeneuve. Les écolos n’ont jamais apprécié ses positions pro-nucléiares mais c’est sa sortie sur le diesel qui a signé le divorce. “Il a discuté avec qui pour oser dire dès mai que les arbitrages étaient faits?” demande Durand qui a, dans son ensemble, quelques problèmes avec Bercy. “Depuis un an, je n’ai jamais pu obtenir de rendez-vous à Bercy sur la fiscalité écologique!” se désole-t-il. Moscovici? “Il doit avoir beaucoup de qualités mais il doit les garder pour lui. Peut-être qu’il va se révéler dans les mois qui viennent”, tacle-t-il.

Les mois passent et les mots s’aiguisent. Si le gouvernement veut vraiment chercher un motif de satisfaction, il en tient un : le week-end dernier, personne chez les écolos n’a demandé à sortir du gouvernement. Même pas l’aile gauche. Et par rapport à l’époque où Voynet était membre du gouvernement Jospin, c’est déjà un sacré changement.

Arthur Nazaret - Le Journal du Dimanche mardi 28 mai 2013

LE GOUVERNEMENT DOIT CHANGER DE CAP : Motion adoptée au Conseil Fédéral d’EELV du 25 mai 2013 1 clic

Lundi 20 mai, lundi 27 mai

Nous étions nombreux, une centaine, à assister à l’impossible procès à Embrun, une pièce de théâtre dénonçant l’apologie française du tout nucléaire.
Mais comme l’a dit un intervenant, nous nous sommes retrouvés encore une fois entre nous, les opposants au tout nucléaire.
Une occasion se présente pour débattre avec les pro nucléaires et surtout, tous ceux qui ne savent pas trop, qui aimeraient bien en sortir mais qui ne voient pas comment … bref, une occasion de faire connaître nos arguments à tous.
Cette occasion, c’est l’enquête publique sur le projet de rénovation du réseau électrique de la Haute-Durance.
L’association Avenir Haute Durance organise des réunions d’information (voir en pièce jointe). Il faudra être présent et intervenir. En effet, cette association se bat essentiellement sur l’enfouissement des lignes mais pas sur le scénario qui est à la base même du projet : un scénario d’augmentation de la consommation électrique.

Le projet est de rénover des lignes aériennes de 63 000 V en lignes de même tension enterrées ou semis enterrées ce qui est un point positif du dossier. On peut bien sûr demander qu’une plus grande part de ces nouvelles lignes soient enfouies.

Mais là où il y a réel danger, c’est la construction de deux lignes à 225 000 V avec des pylônes qui pourront supporter plus tard jusqu’à 400 000 V. C’est contraire au scénario de sobriété énergétique. Les Hautes-Alpes n’ont pas besoin de lignes à très haute tension. Le réseau actuel est largement suffisant. Une rénovation suffit.
C’est vers une auto-suffisance énergétique que les Hautes-Alpes doivent se diriger, avec une production locale comme le Briançonnais tente de le faire. Et pour cela, nous n’avons pas besoin de 225 kV voir 400 kV. Il faut refuser de s’inscrire dans ce grand commerce Européen de l’électricité qu’EDF nous impose.
Nous vous proposons de vous inscrire sur le doodle suivant pour les réunions publiques organisées par Avenir Haute Durance, afin que le message du réseau Sortir du Nucléaire se fasse entendre. Ne soyons pas tous seuls dans notre coin.

Inscrivez-vous …

La coordination 05 pour la sortie du nucléaire

europe-ecologie_hautes-alpes/europe-ecologie_hautes-alpes_images/europe-ecologie_hautes-alpes_sante_environnement/Brazilian_Amazon_Deforestation. europe-ecologie_hautes-alpes/europe-ecologie_hautes-alpes_images/europe-ecologie_hautes-alpes_sante_environnement/Nouveaux-soupcons-sur-les-ondes-d-antennes-relais
Comment l’homme grignote la Terre ? L’incroyable Timelapse

De grandes villes grossissent et grignotent les espaces auparavant vides, des lacs et des forêts fondent sur la carte et des îles aux formes bizarres apparaissent : c’est ce que permet de visualiser, entre autres, cette fascinante Timelapse du monde qui montre trente ans d’impact de l’homme sur Terre.

La Nasa, l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (US Geological Survey), Time, Google, et le Create Lab de l’université de Carnegie-Mellon ont récemment dévoilé cette animation, fabriquée à partir d’images satellites de la planète, capturées entre 1984 et 2012.

A certains endroits de la Terre, le résultat fait réfléchir : observez donc la déforestation de la forêt amazonienne (ci-dessus) ou la construction de Palm Island, à Dubaï ou la fonte du glacier du Mont Blanc …

Nouveaux soupçons sur les ondes d’antennes-relais
Dans une étude inédite rendue publique mercredi 3 avril, des chercheurs de l’Ineris et de l’université d’Amiens ont montré qu’une faible exposition aux ondes d’antennes-relais avait des effets sur l’équilibre énergétique de jeunes rats.
Les chercheurs de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et de l’université d’Amiens ont cherché à savoir pourquoi certaines personnes dites électro-sensibles évoquaient des troubles du sommeil quand elles dormaient à proximité d’antennes-relais de téléphonie mobile.

Pour ce faire, ils ont étudié les effets d’une exposition aux ondes de deux groupes de jeunes rats sur l’ensemble de leur équilibre énergétique composé du sommeil, de la régulation thermique et de l’alimentation. Seule différence dans les « conditions de vie » des deux groupes d’animaux?: un groupe seulement a été exposé pendant cinq semaines à des champs électromagnétiques similaires à ceux reçus à une centaine de mètres d’une antenne-relais, soit une intensité de 1 volt/m.

«Le gouvernement manque d’une ambition nouvelle»

Pascal Durand était invité de RMC et BFMTV. Le secrétaire national d’Europe Ecologie – Les Verts soutient le gouvernement sur plusieurs mesures mais estime, comme Jean-Luc Mélenchon, que « le compte n’y est pas ». « J’ai la même formule », a-t-il dit. « Mais je connais la difficulté, il y a des transitions qui doivent être mises en œuvre. Le travail avance sur plein de sujets, le Mali, des réformes de la justice, le logement, le mariage pour tous. Mais sur des réformes structurelles, la fiscalité, la loi sur l’énergie, le compte n’y est pas. Ça manque d’une ambition nouvelle. Il faut en discuter avec les partenaires et faire des grands plans d’investissement au niveau européen »
Si Jean-Marc Ayrault continue de soutenir le projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, près de Nantes, les écologistes maintiennent leur opposition.
Concernant le diesel, Pascal Durand se rapproche de la position de la ministre de l’Environnement, Delphine Batho : aller vers un alignement des tarifs. « Le diesel, c’est 15 000 morts par an, minimum », rappelle le secrétaire national.

Non au tour de france à sarenne
pollutions/epandage_aerien_nterdit
Ruée vers le pétrole de schiste dans le Dakota du Nord

A Williston, la fièvre de l’or noir a tout décuplé : la population, les salaires, les prix, les accidents de la circulation et du travail, le nombre d’hommes sans femme, les agressions sexuelles et la délinquance en général. Cette bourgade agricole sans âme était moribonde voici encore cinq ans.
Elle étend désormais chaque jour plus loin ses tentacules de hangars, de préfabriqués, de fast foods et d’hôtels, vers l’immense prairie qui l’entoure,
elle-même transformée en un gruyère de puits de pétrole et d’argent rapide.
Les jets internationaux survolent désormais la ville qui a avalé son aéroport, autrefois simple hangar de campagne. Partout, les silos à céréales rouillent tandis que les derricks et les pompes à balancier prennent possession de ce qui fut, aux confins du Canada, l’immense territoire des Indiens sioux.
La bataille désormais se joue à trois kilomètres sous terre…

Dans les Alpes, le Tour de France dicte sa loi ! Le 13 mai, la route pastorale de Sarenne va être mise en chantier pour le Tour de France. Sur le plan écologique, c’est une aberration ! Les organisateurs de l’épreuve ont refusé le dialogue avec 10 500 opposants. La colère est grande !

2 millions de spectateurs sont attendus sur la montée de Bourg d’Oisans à Sarenne ! Fermée 8 mois sur 12, cette route est très peu fréquentée (une voiture toutes les 10 minutes), et a un caractère très singulier. Elle traverse un site d’une richesse environnementale exceptionnelle. On n’y dénombre 758 espèces végétales et 100 espèces animales protégées ; parmi lesquelles on notera le tétras lyre, l’aigle royal, le lagopède, le circaète Jean-le-Blanc, le milan royal, l’apollon, l’azuré du serpolet (en danger d’extinction), le bruant ortolan (en danger d’extinction)… Le Conservatoire Botanique National Alpin atteste que la Vallée du Ferrand est l’une des « plus riches régions de France sur le plan botanique » et que la faune y est « remarquable ».

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel

Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales. Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau.
Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie. Explications…
Mardi 21 mai

Lignes très haute tension en Haute Durance, l’indignation et le courage politique de EELV 05 : notre communiqué

Enquêtes publiques ou faux espaces démocratiques ?

EELV 05 relaie l’alerte de Bure-stop 55

Alors que s’ouvre l’enquête publique sur le projet de lignes THT en Haute-
Durance, Europe Ecologie Les Verts 05 souhaite alerter les citoyens sur les dénis
de démocratie dont le lobby nucléaire est coutumier.
L’association de lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans
la Meuse (Burestop55) dénonce actuellement la supercherie qui consiste à proposer au débat public, un projet qui est déjà en phase de conception industrielle et que l’Andra (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) ne compte pas remettre en question !
« Aucune consultation des populations n’a eu lieu.
Les opérateurs du stockage nucléaire délivrent les informations au compte-gouttes ;
*vendent un projet de stockage sous couvert de recherche géologique, avancée scientifique ou encore prouesses technologiques ;
*nient ou minimisent les risques ;
*pratiquent un véritable chantage au développement économique, à « l’excellence et
au développement durable » ;
*anesthésie le bon sens des élus ou des structures locales avec des millions d’euros
d’argent public . »
C’est pourquoi les populations sont invitées à boycotter et dénoncer
« ce rendezvous de dupes » en rejoignant la liste des signataires de cet appel à boycott.
Contact : non-a-bure55@orange.fr

EELV05 invitent quant à eux les citoyens hauts-alpins à refuser la poursuite
absurde et dangereuse d’un programme électro-nucléaire abusivement qualifié de
« propre et pas cher » et à se mobiliser localement dans les réunions publiques
pour refuser les estimations irréalistes de consommation d’électricité censées justifier les projets THT dans la vallée de la Durance, estimations contraires au schéma régional climat-air-énergie.
Mardi 21 mai

IL EST DES JOURS où on n’en espérait pas tant…

Gap vient de se doter d’une nouvelle association : “ambitions pour Gap”. Le socialiste Christophe Pierrel (membre du PS et chef de cabinet de la ministre aux personnes handicapées, soutenu par Christine Miegge, membre du bureau fédéral du PS et Gilles Galland, ancien chef d’entreprise) préside l’association “Ambitions pour Gap” “Agitateur d’idées” et… peut-être plus… laisse entendre le Dauphiné.
Un site pour retrouver ces “agitateurs d’idées”! et surprise ! le premier article est consacré à
l 'A51 : “Avons-nous besoin de l’A51 ? (ou comment se priver de pain, contre une hypothétique promesse de brioche…)”
Avec des arguments! Mais alors des arguments! Mais surtout les arguments d’Europe Ecologie les Verts 05 et de la SAPN!
Un beau pavé dans la mare de Karine Berger, notre député PS qui oûtre son combat pour l’A51, reste muette sur le projet de DFCI à Sigottier et se prononce pour le passage en aérien de la ligne Très Haute Tension en Durance…
Où est le beau temps du mois de mai quand Mme Berger se promenait dans les allées de la foire bio à Serres?
Lundi 20 mai

Risoul, l’ indignation et le courage politique de EELV 05 : notre communiqué

Risoul , désastre écologique, social et économique : chronique d’un scandale annoncé !
Ces dernières années, SARA et SERMONT, filiales du groupe financier VALMONT, se sont lancés dans des investissements démesurés : immobilier, remontées mécaniques ou pompage dans la nappe phréatique de Guillestre pour produire de la neige artificielle.
On voit aujourd’hui le résultat de cette irresponsable course à l’échalote : le château de cartes s’écroule et met en péril emplois et salaires de dizaines de salariés.
Tout en laissant la commune, qui va rembourser les emprunts, et le conseil général, qui s’est porté caution, en fâcheuse posture.
Et en faisant ainsi payer deux fois les pots cassés aux habitants, comme salariés et comme contribuables, victimes des mirages gobés par leurs élus !
EE-LV 05 dénonce cette gabegie financière et environnementale et demande que les salaires des employés soient versés au plus tôt, les emplois maintenus, les spéculateurs boutés dehors et sommés de payer la dette et de cesser de pomper l’eau dans la nappe du guillestrois.
Aujourd’hui, même Jean Yves Dusserre, malheureusement peu suspect d’écologisme, est obligé de reconnaître qu’ « on va au-devant de problèmes et qu’il faut repenser le modèle de nos stations ».
Il valide ainsi les constats présentés par EE-LV 05 depuis de nombreuses années quant à l’avenir de ces usines à neige disproportionnées, dont les collectivités et les habitants ont perdu le contrôle pour le plus grand profit de grands groupes spéculatifs, prompts à privatiser les bénéfices et nous laisser régler les dettes.
Et massacrant, avant de disparaître, nos outils de travail et notre cadre de vie !

L’article dans le Dauphiné (un peu réduit!)

Samedi 18 mai

Plus de 90 participants à la rencontre d’information sur le projet de DFCI à Sigottier.organisée par le collectif “pas d’autoroute forestière à Sigottier sans concertation”

Un diaporama pour tout comprendre …
le blog pour des infos

Jeudi 16 mai

A vos agendas, les dates à retenir

Attac 05 nord organise

Week-end de réflexion et d’échanges sur le thème de la Décroissance,en présence de Stéphane Lavignotte, auteur de « La Décroissance est-elle souhaitable ? »

Une soirée destinée à tous, le 7 juin , à Briançon, à partir de 18h30 : Peut-on désirer la décroissance ?

Une soirée de réflexion-débats-formation, le 8 juin , à Briançon de 19 à 22H30

Mercredi 15 mai

emissions CO2 alerte de l’ONU

Le CO2 crève le plafond et alarme l’ONU

«Nous sommes entrés dans une nouvelle zone de danger» : c’est le cri d’alarme lancé hier par la responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres. En cause : la quantité de gaz carbonique dans l’atmosphère, qui a passé un seuil historique.
Le 9 mai, les capteurs de l’observatoire du Mauna Loa ont effectivement fait tilt. Pour la première fois depuis le début des mesures de la concentration du gaz carbonique au sommet de ce volcan de Hawaï, la barre des 400 ppm (parties par million de molécule d’air hors vapeur d’eau) a été franchie. Un chiffre symbolique, souvent utilisé dans les négociations de la Convention climat des Nations unies, mais aussi dans les simulations du futur climatique de la planète.

Un article à frémir et à lire sur Libé sciences

Jeudi 2 mai

Pascal Durand, en direct avec J.L. Melenchon

«En direct de Mediapart» : Le débat Jean-Luc… par Mediapart

La page de Pascal Durand sur Facebook

Lundi 29 avril

Médiapart.fr un article offert :
Menaces sur la loi interdisant les gaz de schiste : “La loi interdisant la recherche et l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique risque-t-elle d’être censurée par le Conseil constitutionnel ? C’est une hypothèse plausible depuis la transmission au conseil d’État de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par la société américaine Schuepbach à l’encontre de la loi Jacob votée en juillet 2011.”
Découvrir l’article 1 clic

Agoravox.fr :
Monsanto ! Ennemi public N°1 de notre Terrre ! :
“C’est inouï, Monsanto & Co. ne lâchent pas l’affaire. Ces entreprises biotech âpres au gain ont trouvé le moyen de prendre le contrôle exclusif de la source de toute vie — la source de notre alimentation ! Ils essayent de breveter plusieurs variétés de nos fruits et légumes de tous les jours comme les concombres, les brocolis et les melons, ce qui revient potentiellement à forcer les agriculteurs à payer pour les graines ou les exposer au risque d’être poursuivis en justice.”
Lire l’article 1 clic
Signez la pétition Monsanto contre mère nature

Rue 89.com :
Marine Le Pen près d’un camp rom : où sont les autres politiques ? :
“On sent que madame Le Pen voulait profiter des bidonvilles tant qu’il y en avait. Le but est de faire croire à une invasion, une installation, une prolifération…
Ce désir d’habiter, insupportable pour Le Pen.
Ce n’est pas cette misère-là que Mme Le Pen voulait aller voir. Celle-ci est plus difficile à cerner, à regarder en face. Non, elle s’en est prise à un campement qui tente de s’organiser, de prendre une place dans la ville…
Où sont les autres ? On ce qui est étonnant dans la présence de Marine Le Pen près d’un campement rom, c’est la totale absence des autres hommes politiques.
Où sont-ils ceux qui s’indigneraient au nom des droits de l’homme ? Ceux qui diraient enfin quelque vérité : que dans un pays où des familles européennes sont tellement bafouées, si directement stigmatisées, nul n’est à l’abri ?..
Le Pen a besoin des Roms, de leur misère. Tout est ainsi fait et bien préparé pour que les habitants de ce pays n’apprennent des familles roumaines et roms aucune vérité dérangeante et ne fassent aucun rapprochement avec ce qui les concerne de plus en plus : chômage, expulsions, violence sociale et politique…”
Lire cet article, 1 clic

Sur Basta.net :
Après le scandale de la viande de cheval, la fraude à la gelée royale ?
“La gelée royale, ce complément alimentaire riche en vitamines, fait-elle l’objet de pratiques commerciales douteuses ? 98 % de la gelée royale vendue en France est importée d’Asie, principalement de Chine. Recours à des antibiotiques interdits, congélations à répétition, nourriture artificielle : le flou qui règne sur la traçabilité de certains produits risque d’entacher l’image de toute la filière, y compris bio. D’autant qu’une étude réalisée par des apiculteurs français vient jeter le trouble.”
Ouh là là, vite l’article, 1 clic

Mardi 23 avril

Une initiative à saluer

Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé a déposé une proposition de loi pour lutter contre l’obsolescence programmée, qui sera débattue ce mardi 23 avril au Sénat. Le président du groupe EELV au Sénat y propose d’étendre progressivement de 2 ans à 5 ans la durée légale de garantie pour les produits électriques et électroniques.
“Il faut en finir avec l’obsolescence programmée des appareils qui est un stratagème de certains industriels pour écourter leur durée de vie afin de contraindre les consommateurs à renouveler leurs achats”, a déclaré devant la presse le sénateur de l’Essonne.
“L’obsolescence programmée, c’est une aberration écologique et sociale”, a-t-il poursuivi. “Il faut stopper cette arnaque et le droit d’utiliser des produits fiables, réparables et durables doit être garanti.”

Faciliter la réparation des produits.
Objectifs de la proposition de loi : allonger la durée de vie des produits et permettre leur réparation. Pour cela, elle prévoit une définition du “délit d’obsolescence programmé”, pour permettre des actions en justice, notamment grâce à des actions de groupe.
Elle préconise également de prolonger de 6 mois à 2 ans le délai pour faire jouer la garantie sans besoin de prouver le défaut de conformité pour le consommateur. Cette mesure est un moyen de “garantir le pouvoir d’achat et de favoriser l’allongement de la durée de vie et la fiabilité des produits”, a dit Jean-Vincent Placé.
Il propose aussi de rendre les pièces détachées disponibles pendant une période de 10 ans, pour faciliter la réparation des produits. Avec la meilleure qualité des produits, cette disposition “permettrait une réindustrialisation locale et la création d’emplois non délocalisables pour l’entretien et la réparation”, a-t-il estimé.

“Un scandale écologique”
Il demande par ailleurs d’établir un système de bonus/malus sur l’éco-contribution, pour valoriser la durée de vie des produits, un rapport sur les perspectives de “l’économie de fonctionnalité en France”, c’est-à-dire sur l’usage du bien, ainsi qu’une meilleure information du consommateur, avec notamment des notices de réparation.

Jean-Vincent Placé dénonce, en vrac, “les batteries de smartphones irremplaçables, les imprimantes subitement en panne au lendemain de la garantie légale, les chauffe-eau indémontables, les cartouches d’encre in-rechargeables…”.
“Le consommateur est impuissant” face à ce système qui “impacte le pouvoir d’achat autant qu’il creuse les inégalités de richesse entre les ménages”, accuse-t-il. Cette logique représente de plus “un scandale écologique”, poursuit-il, puisque “multipliant l’achat de nouveaux biens, elle conduit à augmenter de façon exponentielle les déchets”.

Jean-Vincent Placé a consulté pour préparer son texte des associations comme Les amis de la terre ou l’UFC-Que Choisir ainsi que des universitaires, mais aussi des fabricants ou des distributeurs, tels Panasonic ou Darty.

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique.
Les derniers chiffres de l’Institut de recherches publiques FranceAgrimer, dépendant directement du Ministère de l’Agriculture, sont effarants : Plus de 1 000 colonies d’abeilles sont décimées en France… CHAQUE JOUR

Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer.

L’appel complet sur notre page agriculture

Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe.
Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe,
il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd’hui clairement identifié et dénoncé par plus d’une quarantaine d’études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans 3.
Il s’agit d’un groupe d’insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes.

Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera, elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu’ils soient.
Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l’apparition de ces nouveaux pesticides sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d’abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits.

“Arborant avec une légitime fierté le label “Agir pour l’énergie”, Pierre Leroy est un moteur pour le développement des énergies renouvelables.”

Voici comment commence l’article de la Provence.com sur les initiatives de Pierre Leroy, maire EELV de Puy saint André :

“Dans ce village qui prend parfaitement les rayons du soleil sur l’adret briançonnais, une initiative débutée en 2011 et unique en France à en croire Pierre Leroy, maire de la commune qui domine Briançon, est sur le point de prendre de l’envergure. Associés dans une Société d’économie mixte (SEM), la commune et une trentaine de citoyens produisent depuis deux ans de l’énergie mixte publique et privée.”

Lire l’article en entier

Gap ville des Hautes-Alpes

D’ICI Radio nous informe

"Hautes-Alpes : SCOT toujours ! Grande réunion aujourd’hui de tous les maires du grand gapençais au sujet du SCoT, ce fameux shéma qu va organiser l’urbanisme du gapençais pour les 30 ans qui viennent.
Les maires des 77 communes concernées doivent arrêter le document d’orientation et le lancement de la consultation. Consultation qui doit durer 2 à 3 mois avant le lancement de l’enquête publique. Première étape de ce schéma dont l’élaboration à couté des centaines de milliers d’Euros et qui va dire ou on peut construire dans les années qui viennent et où des terrains constructibles ne le seront plus demain !

Problème : les acteurs économiques sont vent debout considérant que ce SCoT va empecher le développement de notre territoire et en premier lieu la Chambre de Commerce qui lance d’ailleurs sa propre étude sur le sujet.
Le Sénateur des Hautes-Alpes, Pierre Bernard Reymond à quant à lui a écrit au Prefet en s’inquiétant du fait que ce schéma empêche à jamais la réalisation de l’autoroute. Quant aux maires, ils semblent majoritairement favorables.
Tout comme Thierry Baud le porte parole d’Europe Écologie les Verts ":
ecouter thierry baud porte parole eelv 05

Quelle chance aujourd’hui par 2 fois Thierry Baud notre porte-parole répond aux journalistes de “Ici radio”

Là Thierry y parle A 51 et gaz de schiste

Là sur “d’ici midi”, Thierry y parle du mariage pour tous, la loi reportée sur les ondes électromagnétiques, le cumul des mandats, les municipales à Gap, le tourisme sportif.

Bonne écoute

Des projets citoyens ont déjà vu le jour en France, dont certains avec le soutien financier d’ Énergie Partagée.
Ces réalisations illustrent concrètement ce qu’est l’investissement citoyen au travers d’ Énergie Partagée et peuvent être source d’inspiration pour de futurs porteurs de projet.
Sous l’impulsion du maire Europe Écologie-les Verts de Puy Saint André (Hautes-Alpes), Pierre Leroy, avec le soutien d’énergie partagée, a été créée en janvier, la société d’économie mixte locale Soleil Eau Vent Energie (SEML SEVE) 2011 avec comme objet social :

Autre particularité de la SEML SEVE, le reste du capital (34,1%) est détenu par Energie Développement Services du Briançonnais (EBSB), l’Entreprise Locale de Distribution d’électricité chargée de l’exploitation du service public de l’électricité sur la ville de Briançon et de Saint-Martin de Queyrières, filliale de la Ville de Briançon (51%) et du groupe Électricité de France (49%).

A ce jour, 6 installations photovoltaïques ont été réalisées dans l’agglomération de Briançon pour une puissance totale de 189 kWc.
Des détails sur le projet

canal irrrigation hautes-alpes

Vestige du canal de Malcros.
Ce canal captait les eaux du glacier de Chaillol à plus de 2.600 m d’altitude.

Site du canal de Gap

Quand les élus écologistes empêchent de ronronner en rond…

voeu des ecologistes sur irrigation de montagne mairie de Briançon

Ce voeu a été présenté au dernier conseil municipal de Briançon.
Il ne faisait pas l’objet d’un vote. Il s’agissait d’une simple information. Lire la suite
les élues EELV sont intervenues , par la voix de Francine Daerden, pour insister sur le fait que nous attachions une attention particulière à une bonne gestion de l’eau qui est un bien précieux et que nous ne devons pas gaspiller.
Nous avons rappelé pourquoi nous tenions à garder la gestion de l’eau en régie municipale à Briançon après un combat de plusieurs années en insistant que pour nous l’eau n’est pas une marchandise.
Nous avons expliqué que la deuxième grande fonction de l’utilisation de l’eau doit être conservée pour notre agriculture de montagne et dans ce cadre l’irrigation par nos canaux ancestraux est une richesse que nous devons préserver. Néanmoins le coût d’entretien des canaux est faramineux et la mise en place de la redevance pour prélèvement vient encore grever leur gestion.
Certaines ASA, notamment les plus petites d’entre elles, ont d’ores et déjà cessé toute activité face à ces nouvelles dispositions, conduisant à l’abandon de l’entretien des ouvrages et de leurs fonctionnalités.

Donc pour nous l’instauration d’une exonération de la redevance pour prélèvements en faveur des canaux traditionnels en montagne conforterait leur rôle dans le maintien de l’agriculture de montagne et de la gestion de la ressource en eau.

Nous avons regretté que soit inséré dans ce voeu un article, dont nous avions demandé le retrait, indiquant que la création des aménagements structurants de mobilisation de la ressource en eau ( retenues colinéaires ) puisse être prise en compte et de ce fait être exonérés de la redevance. Il s’agit là d’activités potentiellement commerciales et mercantiles et qu’il n’y a donc pas lieu d’en demander l’exonération.

tourisme_hautes-alpes

CONSEIL GENERAL HAUTES-ALPES : UN ELU COHERENT

elu des hautes alpes marc zecconiMarc Zecconi élu au C.G. 05 (PS) refuse de voter des subvention aux sports automobiles.
EELV souhaite s’associer à ce vote cohérent.
" EELV 05 tient à assurer Marc ZECCONI, Conseiller général de St Firmin,
de son soutien quant à son vote contre les subventions du Conseil
général au sport automobile. Il est en effet nécessaire d’en finir avec
un clientélisme rétrograde au profit d’activités polluantes.
En cette période de raréfaction de l’argent public, le double discours n’est plus tenable et il est indispensable de faire le choix du soutien à des
activités sportives non motorisées et vital d’orienter l’activité
touristique de notre département vers des pratiques respectueuses de
l’environnement, d’ailleurs plébiscitées par nos visiteurs".

Marie Tarbouriech

Anne-Marie Hautant

Colette Charriau

Philippe Chesneau

Jacques Olivier

Une journée ouverte à tous, à la découverte des intiatives Hautes Alpines

Dans le cadre des “Tournées du Territoire”, cinq conseillers régionaux Europe Ecologie - Les Verts / Poc ont parcouru le jeudi 15 novembre, dans notre département :

Il s’agissait d’Anne-Marie Hautant, vice-présidente de la Région et déléguée à la santé et à l’alimentation, Jacques Olivier, président de la commission Agriculture, Phillipe Chesnault co-président du groupe EELV / POC, Colette Charriau, déléguée au logement et à l’habitat.
Cette journée, organisée par Marie Tarbouriech, conseillère hautes-Alpes, malheureusement absente a tourné autour de la thématique « Agriculture-alimentation » et a été ponctuée de plusieurs rencontres avec des acteurs économiques et sociaux du territoire haut-alpin.
Elle s’est clôturée avec une conférence de presse publique sur l’agriculture et le « bilan à mi-mandat » des élus régionaux de PACA.

Accueil à la Juncha dans le Champsaur
Le matin :
Rencontre avec Agribio 05 (Marie Maurage, Carole Ray-Barman, Thérèse Mevel) avec la présentation du projet vallée Bio à Embrun.
Débat avec les participants sur la question agricole dans notre département : Véronique Dubourg pour la confédération paysanne 05, Fernando Carreiras pour l’Amap d’Embrun, Maurice Leroy pour Terre de liens.
Présentation de l’association CourtJus par Dominique Goninet, avec un point sur la question de la carrière de St André d’Embrun.
Intervention de la FCPE 05, qui dénonce la disparition du bio dans les cantines scolaires et en réclame le retour.
A midi : Grandes discussions sur le travail de nos conseillers régionaux PACA autour d’un repas délicieux,partagé un repas délicieux au restaurant la “Cantarèla” rue du content à Gap.

L’après-midi.

Accueillis dans le cafépicerie de la Juncha, nous avons écouté tout d’abord Pierrick, le président de cette toute nouvelle association proposant à la fois de l’ épicerie bio, un lieu convivial pour boire un café, organiser une soirée d’échanges “café philo” “café repaire”, concerts et stages divers… Un lieu chaleureux, avec en bonus création d’emplois, entièrement refait par des bénévoles soutenus dans leur projet par la région et les élus EELV dans le cadre de la procédure Creactives.
Puis, les bénevoles de l’association chemins de traverse nous ont présenté leurs axes de développement avec leur jardin pratiquant l’agribiologie, une commission spécifique pour le développement du bio dans les cantines du chamspaur et enfin l’organisation de covoiturage traditionnel ou plus original comme le covoiturage instantané. Des citoyens impliqués dans leur vie quotidienne, centrés sur l’environnement, le social et l’humain, et autour d’un objectif commun, l’éducation populaire…
Enfin Jean-Michel Mazet (le président), Marc Lourdaux (l’initiateur et salarié) etThierry Baud (salarié) nous ont entrainé à la découvert de “Echanges Paysans”, nouvelle entreprise de l’économie sociale et solidaire portée par une trentaine de membres et soutenue là encore par le conseil régional et les élus EELV.
Au service des agriculteurs et du territoire. Cette plate forme a pour ambition de permettre la rencontre entre l’offre des produits agricoles et des demandes en privilégiant les circuits courts et de proximité pour des produits de qualité. Un service commercial ethique et professionnel participant ainsi à la valorisation locale de l’agricuture de montagne.

En fin de soirée, nos élus ont rencontré la presse (je n’ai trouvé aucun article sur le Dauphiné.fr, merci de me fournir le lien si vous le trouvez entre 2 énormes et renouvelés articles sur l’autoroute du futur ou A51!!!)
Pourtant une journée formidable entre rencontres chaleureuses et respectueuses de l’emploi, de l’environnement, de la santé, du patrimoine et de la coopération…
Un grand merci à nos élus régionaux qui sont venus à la découverte de nos intiatives et partager notre quotidien.

Dans le Buëch, une nouvelle décision locale grave de conséquences :

Lire notre page consacrée au dossier

Le projet consiste à créer une route DFCI pour permettre aux véhicules de lutte contre les incendies de forêt d’accéder au cœur des massifs forestiers. Le conseil municipal de Sigottier a décidé de réaliser une route DFCI, véritable saignée de 14 km, dans une forêt de hêtres à l’ubac à la Montagne de Sigottier où les risques d’incendie sont particulièrement faibles.
Cette route reliera le hameau de la Montagne de Sigottier aux communes de L’Epine, La Piarre, Montmorin, et sera poursuivie dans quelques années jusqu’à SERRES (05) par Saumane.

Il s’agit d’un projet de piste DFCI (Défense de la Forêt Contre l’Incendie) d’un coût total de 305000€ divisé en deux dossiers :
Le premier dossier de 245 000€ a été voté au Conseil Général des Hautes Alpes le 21 juin 2012
Le deuxième dossier de 60 000€ sera présenté au Conseil Régional à l’automne.

Nous demandons que le projet de la commune de SIGOTTIER (05) « CREATION D’UNE ROUTE DFCI » soit arrêté.

Imprimer la pétition papier pour faire signer auprès de vos amis
signer la pétition en ligne

JEUDI 6 septembre

rencontre-elus-eelv_hautes-alpes_paca_trains

REUNION PUBLIQUE D’INFORMATION SUR LE TRAIN D’EQUILIBRE DU TERRITOIRE PARIS-BRIANCON…

Le train d’équilibre du territoire Briançon – Paris est essentiel pour le département des Hautes-Alpes, tant pour son désenclavement que pour son économie touristique. Pour autant, ce train subit les aléas des nombreux chantiers qu’il traverse, rendant parfois, sa commercialisation difficile.
MERCREDI 3 octobre

“Gestion de l’eau de la ville de Gap Europe Ecologie Les Verts Hautes Alpes se félicitent de la soudaine clairevoyance de Roger Didier, maire de Gap”

GESTION DE L’EAU A GAP…

“Gestion de l’eau de la ville de Gap Europe Ecologie Les Verts Hautes Alpes se félicitent de la soudaine clairevoyance de Roger Didier, maire de Gap”

Que ceux qui voient dans ce communiqué une légére ironie se lèvent !!!

Lire ce fameux communiqué ou 1 clic

conseillere regionales _eelv_rencontre avec le dauphiné

MARDI 2 octobre. INTERVIEW :
Notre conseillère régionale Marie Tarbouriech au Dauphiné :
“8 M€ investis au lycée Dominique-Villars”
"Marie Tarbouriech, conseillère régionale d’Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) ne manque pas de conviction lorsqu’elle fait un large tour d’horizon des dossiers de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Chargée de la qualité de l’alimentation, elle ne se cantonne pas à ce domaine. Pour l’élue EELV appartenant à la majorité du conseil régional présidé par Michel Vauzelle, élu PS, « la politique menée va dans le bon sens, même si elle trouve ses limites à cause de l’insuffisance des moyens financiers disponibles. »
La suite

UN PROJET MEGALO… POUR GAP

Pendant que le maire s’auto-congratule, EELV 05 pointe ses incohérences et contre-vérités !

Etait-il vraiment pertinent de se lancer dans une telle aventure quand on lit dans le dossier de présentation du « plan patinoire de la FFGH » (http://www.syndicatdespatinoires.com/publications-syndicat-national-des-patinoires.php) qu’un tel équipement correspond au besoin d’une zone urbaine de plus de 150.000 habitants ?

Nous tiendrons une AG le samedi 22 juin de 10 à 16H à la Manutention salle Delaroche pour nous déterminer sur les candidatures aux élections municipales de Gap.
Ce sera l’occasion de discuter de :

Un duo du tonnerre pour la saint Valentin,
nos 2 porte paroles sur Alpes 1.
Une vraie interview, pas complaisante mais où les écologistes ont pu s’exprimer longuement et développer leurs arguments.

A vos oreilles

eelv-05_thierry baud porte parole emission radio

Thierry BAUD, porte-parole du groupe local 05 : “Parole donnée à”

sur Radio Alpine Meilleure le 7 janvier 2013

radio locale embrum la RAM

Ecouter l’intervention très brillante et très compléte de Thierry retrospective 2012, dossiers de société, locaux, nationaux, etc… : Vite

bulletin d’adhesion à europe ecologie

Le même en PDF pour impression

Vous l’attendiez avec impatience !!! Il est paru !!! le nouveau bulletin d’adhésion !
N’hésitez pas à le renvoyer rapidement accompagné du chèque idoine !

Et si vous hésitez, rien que pour vous, voici un petit argumentaire : Pourquoi j’adhére…

“Parce que l’écologie avec la préservation de l’environnement est primordiale et que la liste des atteintes dramatiques à cette terre ne cesse de s’allonger…
Parce que vraiment le nucléaire NON je n’en veux plus
Parce que les OGM, pesticides, intrants, malbouffe et agriculteurs malades, ça me rend malade aussi
Parce que je veux participer à une dynamique globale
Parce que je veux être de tous les combats d’avenir pour moi et mes enfants
Parce que consommer sans frein m’emmer…
Pare que je suis fier du travail concret, pragmatique animé par l’éthique écologiste que font nos élus et de leur honnêteté politique dans des conditions difficiles : Mairies, conseils généraux, régionaux, ministres, sénateurs… : et qui démontre que oui l’écologie c’est possible oui l’écologie c’est social, local, c’est global aussi, oui l’écologie c’est NOTRE avenir.
Parce que je veux garder les yeux ouverts
Parce ce que piller la terre et ses ressources c’est contraire à ma philosophie
Parce que les inégalités empoisonnent mon quotidien
Parce qu’il faut donner de l’écho à toutes ces valeurs et qu’être nombreux est un gage d’enrichissement et de réussite.
Parce que le groupe EELV Hautes-Alpes est super sympa
Enfin parce que Qu’y a-t-il de plus stupide qu’un écologiste, peut-être celui qui ne veut pas l’écouter !”

Le groupe local en réunion de travail à Embrun

Le groupe local en réunion de travail à Embrun

Nous étions là lors du tcherno day, le nucléaire un de nos combat principal

Nous étions là lors du tcherno day, le nucléaire un de nos combat principal .

eelv-05_groupe local

europe ecologie hautes alpes groupe local

BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU GROUPE LOCAL DES ECOLOGISTES DES HAUTES-ALPES

Ce site est animé par des bénévoles membres du groupe local des Hautes-Alpes. Pour nous il est essentiel de communiquer sur les dossiers que nous portons depuis des années, et comme nous l’avons vécu lors des dernières présidentielles, de lutter contre les réseaux de désinformation massive. Nous souhaitons intéresser et informer bien au-delà du cercle des convaincus de l’écologie politique.

Parce que l’écologie est notre boussole fondamentale, notre oxygène.
Parce que l’état du monde, de notre pays, confirme hélas, chaque jour la pertinence du diagnostic porté depuis longtemps par les écologistes : crise climatique, crise énergétique, crise alimentaire, mais aussi crise financière, crise économique, crise sociale et crise démocratique.
La convergence de ces crises souligne combien il est urgent de changer de logiciel, d’apporter des solutions novatrices et de long terme si l’on ne veut pas que ces crises nous terrassent.Nous n’avons qu’une seule terre, nous devons en partager équitablement les richesses !Nous ne manquerons pas de nous faire l’écho des préoccupations, des mobilisations et des réalisations sociales. Bref, tout ce qui œuvre pour et avec ceux d’entre nous qui sont - momentanément ou plus durablement - en difficultés, contre les effets de la crise qui aggravent nos conditions de vie et attentent à notre dignité.
Pour que chacun trouve sa place dans notre société et dans nos villes, quel que soit son âge, son origine, sa culture, sa catégorie sociale.
Et parce que ce n’est pas en opposant les groupes les uns aux autres que l’on trouvera des solutions à des difficultés qui nous concernent tous.
Par ce que l’écologie, c’est un nouveau vivre ensemble, c’est remettre l’homme et son environnement au cœur de la politique.

Nous souhaitons que ce site soit interactif et convivial, donc n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques à nous alerter sur les problèmes environnementaux, à nous faire parvenir des articles et même à nous eng… si besoin.

Avec plus de 30 membres actifs, notre groupe EELV local Hautes-Alpes est composé d’adhérents et de coopérateurs de professions et d’âges très divers.

Si les réunions sont animées, les discussions passionnées, les points de vue parfois différents, c’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous nous rencontrons mensuellement pour discuter politique et travailler sur de nombreux sujets : problèmes environnementaux nationaux et au delà comme le nucléaire, le gaz de schiste,l’économie sociale et solidaire, les problèmes sociaux et bien sur sur les problèmes plus locaux comme la défense de l’hôpital d’Embrun, la lutte contre le projet de carrière à saint André d’Embrun, les projets énergivores de Gap, le saccage des forêts du Buêch, le loup, etc…

Lorsque nous avons présenté des candidats aux élections législatives de mai dernier il s’est avéré nécessaire de structurer notre groupe.

BIENVENUE SUR LE SITE INTERNET DU GROUPE LOCAL DES ECOLOGISTES DES HAUTES-ALPES

Ce site est animé par des bénévoles membres du groupe local des Hautes-Alpes. Pour nous il est essentiel de communiquer sur les dossiers que nous portons depuis des années, et comme nous l’avons vécu lors des dernières présidentielles, de lutter contre les réseaux de désinformation massive. Nous souhaitons intéresser et informer bien au-delà du cercle des convaincus de l’écologie politique.

Parce que l’écologie est notre boussole fondamentale, notre oxygène.
Parce que l’état du monde, de notre pays, confirme hélas, chaque jour la pertinence du diagnostic porté depuis longtemps par les écologistes : crise climatique, crise énergétique, crise alimentaire, mais aussi crise financière, crise économique, crise sociale et crise démocratique.
La convergence de ces crises souligne combien il est urgent de changer de logiciel, d’apporter des solutions novatrices et de long terme si l’on ne veut pas que ces crises nous terrassent.Nous n’avons qu’une seule terre, nous devons en partager équitablement les richesses !Nous ne manquerons pas de nous faire l’écho des préoccupations, des mobilisations et des réalisations sociales. Bref, tout ce qui œuvre pour et avec ceux d’entre nous qui sont - momentanément ou plus durablement - en difficultés, contre les effets de la crise qui aggravent nos conditions de vie et attentent à notre dignité.
Pour que chacun trouve sa place dans notre société et dans nos villes, quel que soit son âge, son origine, sa culture, sa catégorie sociale.
Et parce que ce n’est pas en opposant les groupes les uns aux autres que l’on trouvera des solutions à des difficultés qui nous concernent tous.
Par ce que l’écologie, c’est un nouveau vivre ensemble, c’est remettre l’homme et son environnement au cœur de la politique.

Nous souhaitons que ce site soit interactif et convivial, donc n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques à nous alerter sur les problèmes environnementaux, à nous faire parvenir des articles et même à nous eng… si besoin.

Avec plus de 30 membres actifs, notre groupe EELV local Hautes-Alpes est composé d’adhérents et de coopérateurs de professions et d’âges très divers.

Si les réunions sont animées, les discussions passionnées, les points de vue parfois différents, c’est toujours avec beaucoup de plaisir que nous nous rencontrons mensuellement pour discuter politique et travailler sur de nombreux sujets : problèmes environnementaux nationaux et au delà comme le nucléaire, le gaz de schiste,l’économie sociale et solidaire, les problèmes sociaux et bien sur sur les problèmes plus locaux comme la défense de l’hôpital d’Embrun, la lutte contre le projet de carrière à saint André d’Embrun, les projets énergivores de Gap, le saccage des forêts du Buêch, le loup, etc…

Lorsque nous avons présenté des candidats aux élections législatives de mai dernier il s’est avéré nécessaire de structurer notre groupe.

Voici le trombinoscope de nos principaux animateurs :

Voici le trombinoscope de nos principaux animateurs :

eelv 05 porte-paroles :

eelv 05 thierry baud Adjointe au maire de Briançon, très active sur le Briançonnais, candidate aux législatives 2012 : c’est Francine Daerden Notre élu dans les instances du parti : élu au conseil fédéral (national) et au conseil politique régional(PACA), candidat aux législatives 2012: Bernard Derbez Sa suppléante au conseil politique régional, conseillère municipale :
Nos 2 porte-paroles :
Karine Banderier et Thierry Baud.
Communiqués de presse, interviews, rencontres presse… Adjointe au maire de Briançon, très active sur le Briançonnais, candidate aux législatives 2012 : c’est Francine Daerden Notre élu dans les instances du parti : élu au conseil fédéral (national) et au conseil politique régional(PACA), candidat aux législatives 2012: Bernard Derbez Sa suppléante au conseil politique régional, conseillère municipale :
Marie-Hélène Ponsart
eelv 05 Animatrice web, coordinatrice de la lettre d’infos: Gestion des listes de diffusion et tranmetteur d’articles : Joël Pruvot Conseillère régionale EELV chargée de l’alimentation de qualité : Marie Tarbouriech, elle, vient de nous quitter. Maire EELV de Puy saint André : Pierre Leroy Maire de Guillestre : Bernard Leterrier
Animatrice web, coordinatrice de la lettre d’infos:
Dominique Giraud Gestion des listes de diffusion et tranmetteur d’articles : Joël Pruvot Nos “vedettes”
Conseillère régionale EELV chargée de l’alimentation de qualité : Marie Tarbouriech, elle, vient de nous quitter.
Maire EELV de Puy saint André : Pierre Leroy
Maire de Guillestre : Bernard Leterrier

Les Hautes Alpes un département privilégié à protéger

Les lanceurs d’alerte,
ces scientifiques ou simples citoyens qui attirent l’attention sur des risques sanitaires et environnementaux, seront désormais protégés.
Le Parlement a adopté, mercredi 3 avril, la proposition de loi qui vise à préserver ces “lanceurs d’alerte” et à renforcer l’indépendance des expertises scientifiques. Un sujet brûlant, que ramènent régulièrement au-devant de l’actualité des dossiers comme la prescription de médicaments à risque, l’exposition aux pollutions chimiques ou aux ondes électromagnétiques.

Les sénateurs ont voté sans modification, en deuxième lecture, la proposition de loi présentée par le groupe écologiste du Sénat, rendant son vote définitif. C’est la première fois de son histoire que le Parlement adopte un texte écologiste.
Lire l’article en entier sur le Monde.fr

Le groupe des députés EELV réagit à l’affaire Cahuzac

Paris, le 2 avril 2013
L’ensemble des députés écologistes a pris connaissance avec consternation des aveux de Jérôme Cahuzac qui viennent contredire les affirmations qu’il avait réitérées à de nombreuses reprises et notamment devant la représentation nationale.

Nous sommes écoeurés devant un tel comportement indigne d’un responsable politique. Nous ré-affirmons notre confiance dans la Justice française afin qu’elle fasse toute la lumière dans cette affaire et qu’elle soit extrêmement rigoureuse dans la sanction de tels agissements.

Nous souhaitons que ce triste épisode soit l’occasion de renforcer la transparence financière de la vie politique, la lutte contre la fraude fiscale et les moyens de la Justice.
Au nom du Groupe écologiste,

Barbara Pompili et François de Rugy, co-présidents du Groupe écologiste

COMMUNIQUE DE EELV NATIONAL

Pognon camouflé, pharmacie, mensonges et biodiversité en politique

Monsieur Jérôme Cahuzac a donc menti à ses chefs et à ses pairs. C’est mal.

C’est encore plus mal d’avoir dissimulé des revenus à l’étranger quand on était censé, dans l’opposition d’abord puis au gouvernement, combattre l’évasion fiscale.

Mais le clou du clou pourrait bien être d’avoir profité d’un passage dans un cabinet ministériel pour traficoter avec des lobbies pharmaceutiques jamais avares d’un petit ou d’un gros cadeau à ceux qui décident… Puis amassé dans les années suivantes un magot planqué en Suisse.

Cette affaire est au fond significative d’une dérive qui dure depuis trente ans à droite comme à gauche.

A gauche, c’est le mitterrandisme, calamité majeure du socialisme français, qui a au fond ouvert les vannes : culture du fric et de la puissance, valorisation sans nuance de la réussite personnelle quelle que soit son origine, mélange des genres public/privé, alliances entre les technocraties clonées de l’Etat et les professionnels bien typés de la profession politique, apologie des moyens au détriment des fins, finasseries et renoncements élevés au rang de grand art.

Cette vision et cette pratique (par ailleurs obscène) de la politique ont ainsi laissé passer dans les mailles de la sélection des cadres dirigeants, une certaine catégorie d’aventuriers qui pensent que tout leur est permis et l’impunité forcément garantie.

Elles ont terriblement appauvri la biodiversité politique, éloigné de l’engagement civique des pans entiers de la société, tous ceux en fait qui ont une autre trajectoire professionnelle que la pratique exclusive de l’interne des partis.

Si on veut limiter les effets du « tous pourris », cette chaîne avérée de félonies appelle des réponses fortes :

Aller au-delà du fait divers, se porter aux causes qui menacent la démocratie dans son ensemble, c’est désormais une opération de salubrité républicaine.
Monsieur le Président et monsieur le Premier ministre, nous comptons sur vous pour vous y engager.
Jacques Archimbaud
Secrétaire national adjoint d’Europe-Ecologie Les Verts

Affaire Cahuzac

Pascal Durand, secrétaire national de Europe-Ecologie-les-Verts s’exprime sur les ondes et dans les journaux.

“Comment réagissez-vous à cette mise en examen?”
“C’est dramatique. Un mensonge d’Etat. C’est inimaginable de pouvoir mentir à ce point et faire autant de mal à la parole publique, qui est en train de se dégrader. Dès février, le jour même où le Journal du dimanche publiait son dossier censé innocenter Jérôme Cahuzac, j’avais expliqué que ce n’était pas à l’administration de mener une enquête sur son propre ministre.”
La suite

« Bien pire qu’une simple erreur individuelle », l’attitude de l’ancien ministre du budget est un « attentat contre la démocratie », « Elle démontre que les conflits d’intérêts sont une des explications majeures de l’échec et de la décrédibilisation de la vie politique". affirme le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts,
La suite

Pascal Durand sur RMC : http://podcast.rmc.fr/channel30/20130403_bourdin_3.mp3

ecologiste et front de gauche unis

Bonne nouvelle, ça bouge sur la gauche…

PG et EELV lancent des “ateliers de l’écologie politique concrète”
Mardi matin, les dirigeants du Parti de gauche et d’Europe Ecologie - Les Verts se sont réunis pour “structurer des réflexions”. Estimant qu’il existe des “convergences” sur plusieurs sujets, ils ont décidé de mettre en place des “ateliers de l’écologie politique concrète”.

Le rendez-vous avait été calé au siège d’Europe Ecologie - Les Verts mardi matin. Une délégation du Parti de gauche emmenée par Jean-Luc Mélenchon a rencontré des responsables écologistes, Pascal Durand en tête.
“Ça fait longtemps qu’on devait se voir et qu’on ne se voyait pas”, explique au JDD.fr David Cormand, délégué national aux relations extérieures à EELV. “Nous souhaitons être dans un dialogue avec l’ensemble de la gauche qui a contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy et pas uniquement avec la majorité gouvernementale”, poursuit-il.
Le PG doit, selon lui, “participer à la construction de l’alternative”.
“C’était très positif”, confie pour sa part le secrétaire national du PG, Eric Coquerel. “Deux idées nous rapprochent : nous ne souhaitons pas que la droite décomplexée revienne au pouvoir et nous voulons de vrais changements”, affirme-t-il au JDD.fr.

“On a des divergences, mais aussi des convergences”, déclare le porte-parole d’EELV, Jean-Philippe Magnen, qui évoque notamment le TSCG, la réforme bancaire ou encore l’accord Medef.
Pour “structurer une réflexion”, les deux partis ont donc décidé de mettre en place des “ateliers de l’écologie politique concrète” pour “élaborer des propositions communes”.
Des “groupes de travail” seront créés pour parler de transition énergétique, de fiscalité écologique, de logement et de la mer.

Yannick Jadot deputé européen eelv

Une excellente tribune de Yannick Jadot, député européen EELV sur la transition énergétique : LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE NE SE FERA PAS DANS UN SEUL PAYS !

Lire l’article paru dans l’“Humanité” vendredi dernier.

transition énergétique du pain sur la planche pour les ministres du gouvernement hollande

Transition énergétique les ministres ont reçu leur lettre de cadrage.

En fin de semaine dernière, Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a adressé aux membres de son Gouvernement, les « lettres de cadrage pour la transition écologique en 2013.
Ces lettres fixent pour chacun des ministres les priorités pour 2013.
Lire la suite…

les écologistes et la transition énergétique

Le cadre pour Cécile Duflot
L’effort qui est demandé à Cécile Duflot est de s’attacher prioritairement à deux chantiers : la rénovation énergétique et la prise en compte de la densification et des outils permettant de freiner l’artificialisation des espaces agricoles dans le projet de loi relatif à l’urbanisme et au logement qui sera déposé en octobre/novembre.
Concernant le premier chantier, le plan de rénovation énergétique doit être engagé pour rénover en priorité les logements les plus mal isolés avec l’objectif de « mettre aux meilleures normes énergétiques un million de logements neufs et anciens par an à terme ».
Pour ce faire, la ministre du Logement, devra en lien avec la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, :

Par ailleurs, Cécile Duflot devra remettre au Premier ministre, en début de cette année, une feuille de route sur la ville durable qui s’appuiera sur le label Eco-quartier, accessible à tous les territoires, mettant l’accent sur le processus, la qualité de la démarche et la certification des résultats dans la durée. L’objectif étant de promouvoir à l’export, avec les autres ministères concernés, une offre intégrée en matière de développement urbain durable, accompagner la compétitivité des entreprises françaises à l’international et créer des démonstrateurs de la ville durable. Le plan d’action devra être élaboré au cours du premier semestre.

Le cadre pour Delphine Batho
Outre l’élaboration d’une stratégie nationale pour la transition écologique qui entrera en vigueur le 1er janvier 2014, la préparation de la prochaine Conférence environnementale en septembre prochain et le pilotage du débat national qui se conclura par une loi de programmation présentée en conseil des ministres en septembre, Delphine Batho devra s’attacher plus particulièrement à un certain nombre de chantiers, parmi lesquels :

Le cadre pour Pierre Moscovici
Jean-Marc Ayrault demande au ministre de l’Economie et des Finances de mettre en place un dispositif consultatif permanent qui examinera les mesures fiscales écologiques et fera des propositions au Gouvernement dans les domaines où les dispositifs actuels apparaissent insuffisants. Une première vague de mesures de fiscalité environnementale devra ainsi être intégrée au projet de loi de finances pour 2014.
Un livre blanc sur le financement de la transition écologique élaboré avec le ministère de l’Ecologie devra être finalisé d’ici la fin du premier trimestre 2013, il permettra d’orienter les choix du Gouvernement en la matière.

Le ministère de l’Economie et des Finances devra également contribuer à la lutte contre le changement climatique, à travers les orientations données au soutien à l’innovation, au développement des filières d’énergies renouvelables « compétitives » et l’efficacité énergétique des bâtiments avec la mise en place de nouveaux outils de financement de la rénovation thermique dans le logement, dont le développement du tiers-investisseur et la réforme des dispositifs fiscaux incitatifs comme le CIDD.

Un paragraphe de la lettre de cadrage concerne les compteurs communicants : il est en effet demandé au ministre, en concertation avec le ministère de l’Ecologie, de « favoriser les changements de comportement de nos concitoyens par un déploiement des compteurs communicants dans l’électricité et le gaz, outils indispensables de la nécessaire prise de conscience par les consommateurs des vrais prix de l’énergie et de la maîtrise de leur consommation ».

Le cadre pour Sylvia Pinel, Christiane Taubira, Stéphane Le Foll, Arnaud Montebourg

La ministre de l’artisanat, du commerce et du tourisme, Sylvia Pinel, devra engager les « réseaux d’entreprises et fédérations du bâtiment dans une logique de formation et de qualification aux enjeux de la transition écologique dans le bâtiment.

Quant à Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice, il lui est demandé de veiller en matière de rénovation énergétique des logements (en lien avec Cécile Duflot) à mettre en place des mesures favorisant les travaux dans les copropriétés et sensibiliser les syndics de copropriétés aux enjeux de cette rénovation énergétique.

Quant à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, il devra « étudier sans délai les moyens pour valoriser au mieux la ressource forestière par le développement du bois-énergie, par l’utilisation accrue du bois dans la construction et la rénovation thermique des bâtiments».

Le ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, est invité à soutenir l’innovation dans les domaines des énergies renouvelables (solaire, éolien, notamment en mer…), la sobriété énergétique et les technologies du bâtiment, et a participer à l’identification des outils financiers et réglementaires les plus adaptés à l’implication des petites et moyennes entreprises dans la politique de rénovation thermique des bâtiments, en soutenant leur compétitivité.

eelv eva joly

Eva Joly nommée Ministre d’État chargée de la lutte
anti-corruption par le président de la République.

C’est par un court communiqué du porte-parole de la présidence de la République, que nous apprenons le projet de nomination d’Eva Joly en qualité de ministre d’État. Cette nomination devrait avoir lieu, lors du prochain remaniement ministériel au printemps prochain.
Las des affaires qui minent la République Française, depuis trente ans, rompant radicalement avec les pratiques de tous ces prédécesseurs, depuis le Général de Gaulle (y compris François Mitterand), François Hollande vient donc de décider la nomination d’Eva Joly au ministère chargé de la lutte anti-corruption et contre les affaires, qui selon lui, nuisent à la démocratie républicaine.
Face au danger qu’elle constitue, la corruption apparaît aujourd’hui comme une préoccupation majeure et la lutte contre celle-ci, une priorité absolue, pour le président socialiste.

blogs.mediapart.fr/blog/koszayr/040113/eva-joly-nommee-ministre-d-etat-chargee-de-la-lutte-anti-corruption-
danger huile de palme dans nutella
En France, le projet de taxe dite “Nutella” fait polémique.
Les sénateurs PS ont décidé, malgré l’absence de soutien du gouvernement, de maintenir leur amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013.
Le texte vise à taxer plus fortement l’huile de palme, de coprah ou de palmiste, a précisé Yves Daudigny, rapporteur du projet de loi.

La participation des écologistes au gouvernement ou “mettre les mains dans le cambouis”
La participation des écologistes au gouvernement ou “mettre les mains dans le cambouis”

Et les écolos, ils font quoi dans ce gouvernement?

Les propositions des écologistes :
santé environnementale, prévention et solidarité.

Le Groupe écologiste du Sénat votera le Projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui est un texte de rupture avec les lois d’insécurité sociale des gouvernements précédents.
Nous saluons les mesures attendues de longue date, notamment sur la fin de la convergence tarifaire public-privé et le remboursement de l’IVG à 100%.

Malgré ces avancées, les écologistes souhaitent aller plus loin sur certains sujets, et ont à cette fin déposé près de quarante amendements.

En effet, pour Aline Archimbaud, “la santé environnementale est la grande absente de ce texte. C’est pourquoi le groupe écologiste défendra trois amendements sur la taxation de l’aspartame, de l’huile de palme et des véhicules diesel neufs immatriculés à partir de juillet 2013, pour un rendement total de 795 millions d’euros en année pleine dès 2013. Cela permettrait de consacrer 1% supplémentaire du budget total de la santé aux dépenses de prévention, comme le prévoyait l’accord EELV-PS, et aussi de financer des études indépendantes sur la nocivité de ces produits”.

Toujours concernant la partie recettes, les écologistes proposent de rendre progressive
la contribution des retraités. Pour Jean Desessard, “si le niveau de vie des retraités est aujourd’hui proche de celui des actifs, les disparités sont fortes. En introduisant une progressivité de la contribution, il s’agit de prendre en compte et de réduire ces inégalités ; les retraités imposables contribueront en fonction de leurs revenus”.

Les jeunes ne sont pas oubliés, les écologistes demandent également que les moins de 28 ans bénéficient du tiers-payant intégral. Ils proposeront aussi des mesures pour favoriser le recours aux médicaments génériques et un rapport sur la formation des médecins et l’influence des visiteurs médicaux sur la prescription de produits de santé.

Enfin, dans l’attente de l’adoption de la loi sur le mariage universel, les écologistes poursuivent leur combat de longue date et demandent l’extension de la pension de reversion pour le partenaire de Pacs survivant.

Les écologistes proposent des mesures justes et vertueuses à la fois pour la santé de nos concitoyen-ne-s et pour les finances publiques.
Les avancées souhaitées par les écologistes complètent et prolongent les mesures gouvernementales, avec un souci réaffirmé de responsabilité, de prévention et de solidarité.

Nous comptons sur l’audace et la volonté de changement du Gouvernement pour améliorer ensemble le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Super !
On peut retrouver les 40 amendements des écologistes en cliquant ici

eelv Pasacal durand président

Pascal Durand, secrétaire national
d’Europe Ecologie-Les Verts.

Rappels simples mais utiles.

Les écologistes ont fait le choix, pour la seconde fois de leur histoire, de participer à un gouvernement socialiste en sachant bien que malgré les responsabilités importantes qui pourraient leur être confiées, ils y seraient largement minoritaires…

Ce choix, inscrit dans la durée, part du principe, particulièrement dans un contexte de crises,
qu’il est mieux d’affronter la réalité et de mouiller le maillot dans l’effort commun que de la commenter de l’extérieur depuis la touche.

Il postule que les urgences sociales et environnementales ne peuvent attendre ni les grands soirs ni les petits matins qui chantent.
Il fait le pari que des avancées démocratiques et écologistes importantes sont possibles par la participation à cette coalition.
EELV a donc décidé pour cette raison de signer un accord programmatique assez fouillé avec ses partenaires qui désormais détiennent l’essentiel des leviers politiques du pays.
Après leur arrivée au Sénat, cet accord a ouvert aux écologistes les portes de l’Assemblée, ce qui donne à leurs propositions un écho et une exposition bien plus grands qu’auparavant.
A ce stade rien ne vient démentir la pertinence de ce choix, dont le résultat de toute façon ne peut être évalué que sur le moyen terme.

Il y a certes des choses qui plaisent plus ou moins bien aux écolos dans la politique suivie par les socialistes sur un certain nombre de sujets : c’est ce que montre par exemple leur participation aux actions en cours contre le mauvais projet de Notre Dame des landes,

Mais quand même : quelle différence entre le gouvernement de Jean Marc Ayrault et les mauvais projets de la droite qui dérive chaque jour davantage, comme le montre le duel Fillon/Copé

D’importants virages ont été pris en matière de justice, de fiscalité, d’emplois des jeunes, de moyens pour l’école, de retraites pour les carrières longues ou pénibles. D’autres vont être pris en matière de décentralisation, de cumul des mandats, de statut pénal du chef de l’État.

La feuille de route environnementale annonce des avancées sur des sujets majeurs,
le débat sur l’énergie même compliqué, ouvre la perspective d’une vraie diversification.
Le barrage contre les Ogm et contre les gaz de schistes tient encore bon.

Enfin les deux ministres écolos font du bon travail. Leur capacité à déplacer les lignes sur des sujets sociaux majeurs, s’avérera capitale dans les années à venir.
A rebours de ces bonnes tendances, le gouvernement a décidé cependant il y a quelques jours de reprendre à son compte sans véritable discussion au sein de sa majorité ni même apparemment au sein du parti socialiste, les principales conclusions, et pas toujours les meilleures, du rapport dit Gallois.
Les écologistes ne vivent pas en autarcie. Ils observent la forte pression sur le gouvernement.
Ils voient bien semaine après semaine l’action de sape des bastions conservateurs,
de la presse de droite, des groupes d’intérêt, la convergence nocive des bénéficiaires
de toutes les rentes, ils savent la menace que font peser les agences de notation. . .

Ils voient bien aussi qu’une partie de l’électorat de la majorité, redoutant l’aggravation de la crise, est partagée sur la politique à suivre dans cette situation.
Ils n’ignorent pas enfin que la compétitivité des entreprises françaises a été entravée depuis des années par des retards d’investissement et d’innovation, par les facilités de la rente foncière et aussi par la faiblesse de la négociation sociale.

Mais ils considèrent que ce n’est pas un excellent signal politique que d’avoir cédé aux pressions des lobbys patronaux sans négociation ni contrepartie sur des investissements d’avenir, sur l’emploi ou sur la sobriété énergétique.

Ils redoutent que les nouvelles et fortes réductions de dépenses publiques ne soient à l’arrivée des baisses de prestations sociales payées en particulier par des collectivités locales déjà épuisées par la pression des crises.
Ils pensent que, même compensée par une baisse sur les produits de première nécessité, la hausse par exemple du taux de TVA appliquée sur les travaux du bâtiment ou le transport serait contradictoire avec des objectifs affichés par ailleurs dans ces domaines.
Ils déplorent enfin que le report de la fiscalité écolo, pourtant annoncée par le chef de l’État ne soit pas conforme à ce qui leur avait été dit.

Et puisqu’on ne leur pas demandé leur avis dans la majorité avant de prendre la décision, personne ne peut être surpris de leur désappointement.
Il n’y a rien de scandaleux à ce que tel ou tel dirigeant écolo, s’interroge à partir de là sur la place des écologistes dans ce gouvernement.

Qui pourrait croire qu’il est le seul à gauche à douter de l’opportunité de ce virage
gouvernemental ?
Mais poser à titre personnel une question n’implique pas que les écologistes pris collectivement aient envie de mettre en cause à chaque instant un cap qu’ils ont décidé après en avoir pesé mûrement toutes les facettes.
Il faut donc réaffirmer ici avec une certaine force que leur appartenance au gouvernement de ce pays est durable parce qu’ils ont le sentiment de lui être utile.
Il faut dire que leur solidarité sera d’autant plus forte que le partenaire socialiste prendra en considération sur le fond les grandes lignes de l’accord signé avec les écologistes, et sur la forme entretiendra avec eux le dialogue régulier prévu par cet accord.
Ils serait bon par exemple d’acter la proposition d’un groupe national de contact de la majorité, d’instaurer un échange bimensuel entre dirigeants des deux partis de la coalition, d’écouter mieux les parlementaires écologistes.
Ça ne supprimerait pas sans doute les différences et les divergences, mais ça limiterait peut être le risque qu’on ne dialogue que par presse et petites phrases désagréables interposées.

Jacques Archimbaud, Secrétaire National adjoint d’EELV

europe ecologie les verts national
Aéroport Notre-Dame des Landes : une évacuation inutile pour un aéroport inutile
Vinci et notre dame des landes

L’évacuation militaire et policière par des centaines de CRS et gardes mobiles des occupants d’habitations sur la ZAD de Notre-Dame des Landes, qui s’est déroulée au petit matin ce mardi 16 octobre est d’une ampleur sans précédent.

EELV déplore ce déploiement démesuré de forces de l’ordre, qui par ailleurs n’est justifié par aucune urgence, ni aucune nécessité. Il est par ailleurs prévisible que l’action reprendra sous d’autres formes, tant les militants et citoyens opposés à ce nouvel aéroport restent motivés.

Plutôt que d’utiliser la force, le gouvernement et le groupe Vinci devraient aller au bout de leurs obligations réglementaires, qui ne sont à ce stade pas remplies, entraînant par exemple à scandaleusement contourner la loi sur l’Eau.

EELV demande l’arrêt des expulsions et réaffirme que l’aéroport de Notre-Dame des Landes, situé sur des terres agricoles, est pharaonique, dispendieux et inutile, à l’heure où les comptes publics sont dans une telle situation. Il ne doit pas voir le jour.

Pascal Durand, Secrétaire national, Elise Lowy et Jean-Philippe Magnen, porte-parole

europe ecologie les verts national communiqué

Pasacal canfin minsitre eelv du développement
Ministère du Développement : 4 mois utiles pour l’écologie
En 4 mois qu’est ce qui a changé au Ministère du développement ? Le nom d’abord. Pour la première fois la France a un ministre chargé à temps plein de la politique du développement. Le ministère de la coopération, avec tout ce qu’il pouvait véhiculer, n’existe plus. Cela correspond à l’évolution de notre relation avec l’Afrique. Bien sûr, l’Afrique est la priorité en matière de politique d’aide au développement, tout simplement parce que c’est là que se trouvent les situations de plus grande pauvreté. Mais, avec la mondialisation, nous n’y sommes plus qu’un acteur parmi d’autres, avec ou en concurrence avec les Chinois, les Turcs, les Indiens, les Brésiliens, les Allemands,… Il n’y a plus de relations obligées et c’est une bonne nouvelle.

Au-delà du nom, j’ai commencé à réorienter le contenu des politiques de développement pour mettre au cœur les enjeux de soutenabilité.
Premier exemple : les 6 milliards d’euros que l’Agence française de développement consacrera au secteur de l’énergie dans les trois prochaines années auront deux priorités hiérarchisées comme telles : les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.
L’AFD n’était pas inactive en la matière. Mais les priorités sont maintenant clairement définies. Avec le soutien des autres ministres concernés, j’ai donc placé la transition énergétique au cœur de notre politique de développement. Dans les prochains mois l’Agence française de développement adoptera son nouveau cadre d’intervention en matière agricole pour les trois prochaines années. Là encore mon objectif est de faire en sorte de promouvoir les formes d’agricultures durables, familiales, écologiquement intensives…les seules à même, je le crois, d’assurer la sécurité alimentaire de ces pays. Nous travaillons également depuis la rentrée sur le cadre de transparence financière de l’Agence. Ce sera l’occasion de renforcer la politique en matière de lutte contre la corruption et contre les paradis fiscaux.

Mais les politiques de développement ne s’arrêtent pas à l’aide publique au développement. Les flux financiers qui sortent des pays du Sud en passant notamment par les paradis fiscaux, et qui empêchent les Etats de collecter des impôts, représentent des montants 10 fois supérieurs à celui de l’Aide publique au développement. Je suis donc de très près la négociation européenne actuellement en cours pour rendre obligatoire le reporting pays par pays. Lorsque Aung San Suu Kyi est venue à Paris fin juin, elle a insisté sur la nécessité de la transparence des investissements. Ces propos ont été repris fortement par le Président de la République. Il est donc clair que la position de la France est très ambitieuse sur ce dossier. Par ailleurs, je prendrai des initiatives dans les prochains mois pour que la France soit en pointe dans le fait d’aider les pays du Sud à collecter les impôts qui leur permettent de financer leurs dépenses de santé, d’éducation… sans avoir besoin de l’aide publique au développement.

Dans un tout autre domaine, nous avons mis fin à la liaison entre la politique de développement et la politique migratoire. Le précédent gouvernement avait déplacé une partie du budget alloué au développement du Quai d’Orsay vers le ministère de l’intérieur pour pouvoir négocier le financement de projets comme contrepartie à une politique de contrôle des flux migratoires « à la source ». Ce lien a été supprimé puisque la totalité du budget concerné revient sous ma responsabilité dès 2013.

Une politique c’est aussi une méthode. Dès les premiers jours de mon mandat j’ai reçu les ONG pour rétablir un dialogue qui était abîmé. Et des organisations qui ne figuraient pas dans la liste des partenaires consultés sont désormais reçues comme la Confédération paysanne pour parler des projets agricoles que nous devrions soutenir au Sud.
Par ailleurs, dès 2013 nous avons décidé d’engager le doublement de l’aide publique qui passe par les ONG. La France est en retard sur d’autres pays européens. Nous allons le rattraper.

Enfin, à la demande du Premier ministre, je vais piloter les Assises du développement et de la solidarité internationale. Cela fait 15 ans qu’une telle concertation avec la société civile n’a pas eu lieu. D’octobre 2012 au printemps 2013 nous allons débattre avec les ONG, les collectivités locales, les parlementaires, les élu-e-s, nos partenaires du Sud… de notre politique de développement. Il s’agira de déboucher notamment sur plus de transparence de notre aide, et sur un nettoyage de notre indicateur d’APD, le fameux 0,7 %, qui est une convention comptable largement discutable… et qui sera donc discutée.
Voilà en quelques lignes les premiers résultats de mon action. D’autres changements sont déjà lancés et je vous tiendrai informés régulièrement de leurs avancées pour que vous puissiez mesurer l’intérêt (ou non !) d’avoir un écologiste au Développement.
Pascal Canfin, Ministre délégué chargé du développement

europe ecologie les verts national communiqué

Communiqué de presse du 15 septembre 2012

Communiqué de presse EELV du 15 septembre 2012 : Conférence environnementale, on avance !
Europe-Ecologie Les Verts salue les avancées qu’ont permis les débats entre les quelques trois cents participants de la conférence environnementale des 14 et 15 septembre à Paris. Tant François Hollande, Président de la République que Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre, ont rappelé l’impératif de la transition écologique et énergétique pour notre pays et donné raison aux écologistes en affirmant que la crise économique et sociale que nous vivons ne se résoudrait pas sans cette perspective.

Une « feuille de route » de la transition écologique est fixée, avec des orientations claires et déjà quelques avancées concrètes à souligner : l’annonce d’un calendrier de fermeture de la centrale de Fessenheim ; le refus d’autorisation de 7 permis de gaz de schiste ; la relance du débat sur la fiscalité écologique enlisé depuis l’abandon du projet de taxe carbone, avec la création d’un comité permanent sur le sujet ; l’affirmation de la Banque Publique d’Investissement comme banque de la transition écologique ; le lancement de deux nouveaux parcs éoliens off-shore ; la création d’une agence nationale de la biodiversité ; un plan de développement de l’agriculture biologique…

On aurait pu aller encore plus loin et annoncer la suppression de toutes les niches fiscales favorables à ceux qui polluent le plus (22 milliards d’euros minimum de recettes), un zéro artificialisation des sols, et des choix clairs sur l’arrêt impératif de certains grands projets d’infrastructures néfastes à l’environnement comme aux finances de notre pays, comme le projet de nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes.

Europe-Ecologie Les Verts prendra toute sa part dans l’action du gouvernement qui vient d’inscrire pour la première fois de l’histoire de ce pays la transition écologique comme priorité politique.

Cette conférence marque le début d’un processus crucial pour amorcer le changement… maintenant !

Jean-Philippe MAGNEN Porte-parole

europe ecologie les verts national communiqué

Communiqué de presse de Michèle RIVASI. Bruxelles, le 8 septembre 2012

Gaz de schiste: des études européennes confirment les risques sanitaires et environnementaux

Le 7 septembre 2012, la Commission a rendu publiques trois études dans le domaine des gaz de schiste. Une concerne les avantages pour la sécurité d’approvisionnement énergétique, alors que les deux autres s’intéressent aux impacts sur l’environnement et au changement climatique.
En pointe dans la lutte contre les gaz de schiste, les députés européens EELV se réjouissent d’avoir enfin des arguments officiels à opposer aux mensonges de l’industrie.

Pour Michèle RIVASI, co-rapporteur du rapport d’initiative sur l’incidence environnementale des gaz et huiles de schiste en Commission Environnement, ces études tombent à point nommé: “Nous sommes actuellement dans une phase décisive au niveau européen, et l’on entendait encore tout et n’importe quoi dans la bouche des tenants des gaz de schiste. Il est salutaire de pouvoir mettre en sourdine les arguments erronés, pour ne pas dire mensongers, de l’industrie. Les écologistes ont désormais les preuves des risques qu’ils pointaient, nous allons donc pouvoir débattre sérieusement. La fracturation hydraulique est dangereuse pour la santé humaine et l’environnement, et l’étude environnementale démontre qu’il y a de forts risques de contamination des nappes phréatiques. Les autres risques pointés sont l’épuisement des ressources en eau, la perte de biodiversité, la dégradation des terres et de la qualité de l’air et les risques sismiques…rien que ça. Il faut donc bien créer un cadre réglementaire contraignant, a minima…et à défaut de mettre en place un moratoire, ce que je proposerai en amendement lors du vote en session plénière”.

Yannick Jadot, député européen et également membre de la commission de l’Industrie, de la recherche et de la l’énergie réagit: " Alors que l’offensive promotionnelle des industriels du gaz de schiste bat son plein en Europe et que le Parlement européen discute de la possibilité d’instaurer un moratoire sur la fracturation hydraulique, la publication de ces études devrait faire pencher la balance en faveur des écologistes. Après des années de lutte, c’est une bonne nouvelle de voir officiellement reconnue, dans une étude commandée par la Commission européenne, l’absurdité de l’explotation des gaz de shiste. Plus que jamais la transition energétique, doit reposer sur les economies d’énergie, l’efficacité énergétique et les renouvelables. Nous demandons donc de stopper tout projet d’exploitation des gaz de schiste en Europe."

Les rapports peuvent être consultés à l’adresse suivante: http://ec.europa.eu/energy/studies/energy_en.htm

europe ecologie les verts national communiqué

Communiqué de presse EELV du 30 août : Tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz : un pas dans la bonne direction

Europe Ecologie Les Verts se félicite de l’annonce, par le gouvernement, de la mise en place d’une tarification progressive de l’eau, du gaz et de l’électricité.

En France, neuf millions de personnes souffrent de précarité énergétique.
Les ménages les plus exposés doivent arbitrer, dans leurs dépenses contraintes, entre chauffage et déplacements, alimentation et électricité. Prendre la décision de cesser de chauffer leurs logements l’hiver dernier.
Cette explosion des dépenses contraintes sous l’effet de l’augmentation des prix de l’énergie et des matières premières pénalise particulièrement les plus fragiles, ceux dont les logements sont les moins isolés, ceux qui habitent le plus loin de leur lieu de travail ou dont les installations sont les plus anciennes.

En mettant en place des tarifs progressifs, le gouvernement permettra ainsi de faire la différence entre les consommations essentielles et les excès, de soutenir les ménages les plus fragiles tout en décourageant les gaspillages.
Si cette mesure représente une véritable avancée, les écologistes appellent le gouvernement à engager dès à présent la transition écologique et la transition énergétique de notre société, seules capables de garantir une baisse des besoins en eau, en électricité et en gaz. C’est d’ailleurs ce qu’ils porteront lors de la conférence environnementale des 14 et 15 septembre prochains.

Jean-Philippe MAGNEN Porte-Parole

europe ecologie les verts national communiqué

Communiqué de presse du 29 août 2012 : La baisse des prix des carburants, fausse solution à un vrai problème!

Le candidat François Hollande avait promis un blocage des prix des carburants. Le gouvernement Ayrault met aujourd’hui en place leur baisse. Cette mesure, provisoire mais coûteuse, ne règle pas les problèmes d’approvisionnement énergétique de notre pays.

Cette baisse, modique mais généralisée, passe par ailleurs à côté de ce qui aurait dû être l’objectif prioritaire : soutenir les ménages les plus exposés à la hausse du prix des carburants, par des mesures ciblées en fonction des revenus et/ou de l’éloignement domicile-travail.

Il est urgent de promouvoir une plus grande sobriété énergétique. Les ressources en hydrocarbures ne sont pas illimitées et la demande mondiale continue d’augmenter. Chacun l’admet désormais : les prix de l’énergie vont donc mécaniquement continuer d’augmenter.

Le budget consacré à soutenir cette énergie non renouvelable va peser sur les finances de l’Etat, diminuant d’autant notre capacité à engager la transition énergétique, seule capable de faire cesser notre addiction aux hydrocarbures. Et ainsi de respecter l’engagement de la France de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Pour les écologistes, il est temps de replacer cette question dans une vision de long terme qu’Europe Ecologie Les Verts portera lors de la Conférence Environnementale des 14 et 15 septembre prochains. Efficacité, sobriété, subvention de la recherche : il est plus que temps de permettre à notre pays de s’émanciper de la dépendance aux produits pétroliers.

Jean-Philippe MAGNEN Porte-Parole

“Ici dans les Hautes-Alpes et maintenant : nous refusons d’assister passivement au scénario d’une nature qui s’épuise et de sociétés qui se désagrègent.
En association avec les forces vives de la société partageant l’essentiel de notre projet de transformation – qui établit un lien indissociable entre impératif écologique et justice sociale, respect de l’environnement et émancipation de l’humanité -, nous voulons tracer une nouvelle ligne d’horizon sur la base de transitions réalistes. (d’après J ;P. Besset . Manifeste pour une société écologique )
Pour contribuer à préparer un avenir choisi nous voulons faire de ce département un département exemplaire”

Même si nous avons la chance de vivre dans un département encore préservé, nous devons faire face à la crise sociale, économique, financière, environnementale et climatique, conséquence de l’exploitation effrénée des richesses et des populations de la planète, par un système dont le seul moteur est le profit à court terme.Pour les écologistes, la réponse doit être GLOBALE et déclinée LOCALEMENT. NOus voulons permettre à nos enfants de trouver du travail et de vivre mieux grâce :
À un tourisme diversifié
À une agriculture saine grâce au paillage brf, sans pesticides ni OGM
Au maintien des services publics : hôpital, école, poste…
Au développement des énergies renouvelables
À la réduction de nos consommations pour sortir du nucléaire
Au développement des transports collectifs, ferroviaire en particulier
À la préservation des espaces naturels, de la flore et de la faune
Cela suppose d’adapter les investissements aux vrais besoins, qu’il s’agisse de lignes THT, d’infrastructures routières ou d’aménagements touristiques, et de dégager des moyens grâce à une fiscalité plus juste.
Bernard DERBEZ

PENSER GLOBALEMENT : Un enjeu majeur est devant
nous : préserver et enrichir notre patrimoine menacé par le
réchauffement climatique.
ET AGIR LOCALEMENT : Permettre à nos enfants de trouver du travail chez nous grâce à un tourisme diversifié, une agriculture sans pesticides, le maintien des services publics : hôpitaux, écoles, eau et assainissement.

Avec pour principaux objectifs :
développement les énergies renouvelables locales et réduction de nos consommations par la conversion écologique de la construction pour ne plus être otages du nucléaire centralisé.
Maintien du train de nuit et amélioration des liaisons ferroviaires.
Expertise indépendante de nos besoins en électricité et l’enfouissement des lignes THT.
Refus des carrières qui défigurent nos rivières et les aménagements qui détruisent nos espaces naturels.

Francine Daerden

ecologie association embrun
L’association Embrun Ecologie est basée à Embrun,Hautes- Alpes, où elle s’est constituée en 1990.
Depuis, ses membres débattent, informent et agissent autour d’eux, sur des thèmes ayant trait à l’écologie,
de l’échelon local à l’échelle planétaire.

*La feuille embrunaise de décembre 2012 N° 46 :
Un peu de lecture ? Cliquez ici pour télécharger ce document

ecologie association bio pour tous

L’association Bio pour Tous est une association citoyenne et militante.
"Son objectif est d’informer les citoyens sur les conséquences
de l’agriculture industrielle et chimiques.
Elle promeut aussi un changement dans la restauration collective:
améliorer sa qualité, développer un marché aux paysans locaux…

Nous, simples citoyens, informons pour expliquer l’urgence de changer
de système et souhaitons aider concrètement à ce changement."

Vous retouverez sur le site la vie de cette association et des ressources documentaires.

le blog de sophie camard

SOPHIE CAMARD conseillère régionale EE-LV PACA

A lire pour les infos et le plaisir : “Carnets d’élue” Blog de Sophie Camard, conseillère régionale PACA (Les Verts-Europe Ecologie), présidente de la commission emploi : "nouvelle élue verte au conseil régional PACA, depuis mars 2010, j’essayerai de rendre compte de mon mandat avec ce blog.
Il sera alimenté au fil de l’eau et au gré des caprices de mon emploi du temps.
Sur ce blog, je me fixe les règles suivantes :

  1. Montrer, dans un esprit positif, tout ce que les élus Verts-Europe Ecologie essayent de faire au service de l’action publique, les questions qu’on peut se poser, les idées qu’on essaye de faire avancer ;

  2. Traiter des questions de fond et ne pas s’embrouiller avec la « mamaille politicienne » qui alimente souvent le rejet de la politique dans l’opinion ;

  3. Respecter la confidentialité, l’image d’autrui, c’est-à-dire ne citer aucun nom d’individu ou d’entreprises (no logo !), sauf à titre très informatif et à l’exception de personnes publiques qui s’expriment dans le débat politique régional (mes collègues élus par exemple).

Bonne lecture aux visiteurs !" : 1 clic

eelv paca conseiller regional Petit jean-yves

JEAN-YVES PETIT , conseiller régional EE-LV PACA

A lire pour les infos et l’actu : toujours à jour
Propos et activités d’un vice président, délégué aux transports et à l’éco-mobilité, de la Région Provence Alpes Côtes d’Azur, membre d’Europe Ecologie / Les Verts.

Bonne lecture aux visiteurs !" : 1 clic

diversite biologique Alexis Nouailhat dessinateur

Alexis NOUAILHAT artiste
Un mot clé dans la vie d’Alexis Nouailhat: la diversité. Biologique, bien sûr, mais aussi humaine avec les différentes cultures qu’il découvre lors de ses voyages.
Cette diversité, on la retrouve dans son travail, dans son style, passant avec aisance du style “bande dessinée” à l’aquarelle naturaliste réaliste. Bien que ce soit sous sa plume BD qu’on le connaît le plus, derrière le côté humoristique des illustrations mettant en scène les animaux, apparaît un souci scrupuleux des détails caractérisant l’identification et la biologie des espèces.

Alexis Nouailhat vit dans les Hautes-Alpes à St-Bonnet-en-Champsaur.

Le blog de nos camarades du Front de gauche, d’excellents articles et un travail de fond exceptionnel sur la gestion de la ville de Gap.

Quelques notions sur le terme:

L’écologie est d’abord une science, branche de la biologie. Rappelons que le terme est apparu en 1866. On le doit à Ernst HAECKEL.

Cette approche scientifique conduit naturellement à l’idée de protection de la nature.

L’étude des cycles, des chaînes alimentaires, du fonctionnement même de la vie, aboutit à une prise de conscience, à une responsabilisation des personnes, et débouche souvent sur un militantisme en faveur de la protection de l’environnement.

Barry COMMONER, l’un des théoriciens de l’écologie, définit les 4 principes de celle-ci:

  1. Tout est lié à tout : relations à l’intérieur des écosystèmes

  2. Toute chose doit aller quelque part ( penser aux polluants dans le sol, les cours d’eau…)

  3. Il n’y a pas de repas gratuit ( rappel de la dégradation de l’énergie )

  4. La nature en sait plus.

L’écologie scientifique nous enseigne quelques règles de conduite, Entre autres:

« Penser et agir localement, oui. Mais dans une optique globale.»:
A la vision mécaniste du monde ( héritage de Descartes ), la pensée écologisée répond par une pensée globale. L’écologie replace l’homme dans l’écosystème.

En France, Joël de Rosnay, Edgar Morin, développent ce mode de pensée nouveau qui s’appuie sur les notions fondamentales de l’écologie scientifique et qui peut être introduit dans tous les domaines : l’interdépendance:

L’écologie, science de la complexité, nous demande de nous méfier des idées simplifiantes, déformées.

Edgar Morin:
“Comment on change de Voie”

“Pour qu’il y ait un vrai changement il faut changer personnellement et de structures” explique le sociologue Edgar Morin “Le commerce équitable, l’agriculture biologique, un Etat investisseur sociale, l’économie verte sont les prémices d’une nouvelle humanité”.

Yves Fremion
-HISTOIRE DE LA REVOLUTION ECO par calmettes

Yves Frémion, écrivain, critique de bande déssinée et élu Verts au Conseil Régional d’Ile-de-France nous parle de son dernier ouvrage, fruit d’un travail de sept ans : “Histoire de la révolution écologiste”, aux Editions Hoëbeke.

100 personnalités appellent à stopper l’évasion fiscale !
Par ATTAC FRANCE
Après les aveux de Jérôme Cahuzac, François Hollande s’est engagé à « éradiquer les paradis fiscaux ». Mais le projet de loi de « moralisation » soumis au Conseil des ministres ce 24 avril ne dit rien des deux principales mesures qu’il a évoquées : la transparence des comptes des multinationales et la transmission automatique d’informations fiscales entre pays. Rien non plus sur la fermeture des filiales des banques françaises aux Iles Caïmans et autres places offshore.

La France se contentera-t-elle de proposer des mesures au niveau européen, où l’unanimité des 27 pays est requise ? Notre pays doit au contraire prendre, sans attendre, des mesures pour entraîner une dynamique en Europe.

C’est ce que demandent 100 personnalités du monde associatif, syndical, scientifique, culturel et politique en soutenant la pétition
« Après Cahuzac : stoppez l’évasion fiscale ! ».

Cette pétition, qui a réuni en quelques jours plusieurs dizaines de milliers de signatures, demande à François Hollande et son gouvernement de prendre sans tarder cinq mesures clés pour en finir avec la complaisance.

Vous n’y comprenez rien, vous entendez le mot crises vous entendez Grèce, Chypre, Espagne, France, Europe, vous entendez dette …

Lisez cet article extrémement intéressant de Eva Joly paru hier dans le Nouvel Obs.com
“La crise chypriote est une bombe pour l’Europe”
Pour la député européenne EELV, l’Union Européenne doit arrêter de céder aux banques.
La crise chypriote peut-elle représenter une véritable menace
pour l’Union européenne ?

Lire l’interview : 1 clic

enercoop production électrique energies renouvelables

ENERCOOP se renforce, se régionalise, et reste très dynamique, alors à nous de continuer à soutenir cette belle initiative !

Comme vous le savez, afin de relocaliser les questions énergétiques et de se rapprocher de ses sociétaires, Enercoop se décentralise depuis 2009 pour devenir un réseau de coopératives locales. Chaque coopérative régionale a pour missions :

d’inciter aux économies d’énergie et d’offrir des services de réduction de la demande en énergie;
de développer de nouveaux moyens de production d’énergie renouvelable citoyenne;
de commercialiser l’offre de fourniture 100 % renouvelable d’Enercoop.

2013, c’est en Provence-Alpes-Côte d’Azur !
Depuis maintenant presque deux ans, l’aventure Enercoop a démarré en Provence-Alpes-Côte d’Azur avec l’Association de Préfiguration (APEPACA).

Le projet est maintenant prêt a passer à l’étape suivante : le lancement de la coopérative le 26 mars prochain ! L’assemblée générale du 26 mars sera l’occasion de partager un moment festif et convivial. Enercoop Provence-Alpes-Cote d’Azur deviendra votre interlocuteur privilégié et la structure au sein de laquelle vous pourrez vous investir pour mettre en œuvre la transition énergétique de votre région.

Une coopérative n’existe pas sans les sociétaires qui la composent et la font vivre !
Les souscriptions au capital sont ouvertes. Enercoop Provence-Alpes-Côte d’Azur souhaite rassembler les 18 500 € de capital initial. Vous avez un mois pour faire partie des premiers sociétaires et les soutenir ! Comme dans toutes les régions, nos coopératives locales sont des Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (SCIC). Vous pouvez consulter les statuts en cours de finalisation en un clic.

Nous vous invitons, si vous le souhaitez, à participer à cette dynamique locale. Pour cela, merci de compléter l’engagement de souscription ci-joint, accompagné de votre chèque, et de l’envoyer par courrier à :
Association de Préfiguration Enercoop PACA
18 rue du Transvaal
13004 Marseille

Construisons ensemble le paysage énergétique de votre région !

banques et spéculation

Quand on re parle de la séparation des banques de dépôts et des banques d’affaires à la lecture de la lettre ouverte des habitants de Chateauroux au député des Hautes-Alpes Joël Giraud.

"Monsieur le Député,
L’Assemblée Nationale va prochainement examiner et voter un projet de loi, adopté en Conseil des Ministres le 19 décembre dernier, projet visant :
1- à protéger les dépôts des épargnants et, partant, à conforter la garantie que l’Etat accorde aux dépôts
2- à réorienter la finance vers l’économie réelle.
Ce projet s’inscrit dans le fil de l’élection présidentielle et comme une suite aux engagements pris par le candidat François Hollande.

Lire la lettre ouverte

Appel pour une vraie séparation des banques d’affaires et des banques de dépôt

« Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance » affirmait François Hollande dans son Discours du Bourget, le 22 janvier 2012.
« La première décision à prendre, c’est de séparer ce qui relève du crédit, du dépôt, bref du service à l’économie, de ce qui appartient aux opérations de spéculation, pour que les dépôts des épargnants ne soient pas utilisés à d’autres fins que le prêt à l’économie, précisait-il à Toulon deux jours plus tard. Ce sera terminé ! Cette séparation sera faite.»

Accéder à la pétition : www.monadversairecestlafinance.fr/

Depuis que je vous ai mis rapidement au parfum pour l’erreur monumentale ! incroyable ! du FMI, les journaux relaient enfin l’information mais on attend toujours une réaction officielle du FMI. Donc, le FMI a sous-estimé les effets de l’austérité, mais rien ne changera vraiment…

Sur rue 89

Sur Agora Vox

L’Humanité

RTBF.BE Info

Libération.fr

Ce matin une nouvelle qui devrait nous faire rire mais qui nous fait plutôt hurler…
C’est Daniel Schneidermann qui dans sa chronique matinale nous informe :

Oups ! L’austérité était une erreur (FMI)

"Désolé d’interrompre la conversation nationale sur Depardieu, nouvelle idole des jeunes en Mordovie, mais je voudrais juste vous signaler une petite nouvelle, qui vous a peut-être échappé : l’austérité, c’était une erreur. Oui, je sais, rien de neuf, on n’arrête pas de le répéter ici, notamment dans les chroniques de l’éconaute (1). Mais cette fois, ce n’est pas seulement nous qui le disons. Ce sont deux types nommés Olivier Blanchard et Daniel Leigh. Vous ne les connaissez pas, je sais bien. Et vous avez des excuses : ils n’ont jamais revêtu la blouse nationale de Mordovie, et ne se sont pas prononcés, à ma connaissance, sur l’euthanasie des éléphantes. Ils n’ont donc aucune raison de passer au 20 Heures. Mais l’un (Leigh) est économiste au FMI, et l’autre (Blanchard), chef économiste dans la même estimable institution.

Et donc, dans un colloque économique en fin de semaine dernière, ils ont admis un léger bug dans les calculs. En fait, voyez comme c’est ballot, au FMI, dans un moment de distraction, ils ont mal réglé leurs ordinateurs. Et ils avaient juste sous-estimé l’impact négatif des politiques d’austérité sur la croissance. En gros, ils ne pensaient pas que l’austérité assécherait à ce point la demande, et donc l’économie. Si si, je vous jure que c’est vrai, leur coefficient de calcul était faux, la reconnaissance de la grosse boulette est attestée sur des sites sérieux, ici (2) ou là (3). Ils ne savaient pas, comme le rappelle Paul Krugman (4) dans le New York Times, qu’en économie, mes dépenses sont tes revenus, et mes revenus sont tes dépenses. Ça doit être une question de formation continue. Il faudrait accorder quelques jours par an de formation continue aux chefs économistes du FMI.

Évidemment, ce n’est pas le FMI, en tant qu’institution, qui reconnaît qu’elle s’est trompée. Ces choses-là ne se font pas. Blanchard et Leigh, ils ont bien pris soin de le préciser, s’expriment à titre personnel. Bien sûr bien sûr. Et c’est forcément pour cette raison, qu’à l’heure où j’écris, cette nouvelle a totalement échappé aux médias français, et accessoirement au gouvernement français (comment l’ai-je apprise moi-même) Sinon, on imagine bien qu’on ne s’écharperait pas sur le nombre de demandes de naturalisations belges, sur le régime fiscal en Russie, et sur l’euthanasie des éléphantes. Franchement, je ne vois aucune autre raison."

Un autre lien sur ce scandale
http://bembelly.wordpress.com/2013/01/07/la-grosse-boulette-du-fmi-lausterite-ma-tuer/

Libéralisme à la barre.
Argent roi contre terre et travailleurs épuisés

A 51, THT, DFCI Sigottier, LYON TURIN, à nos portes, ITER, AEROPORT DE NOTRE DAME DES LANDES, à peine plus loin, etc…, etc… Que de grand projets inutiles alors que la transition énergétique est primordiale, onéreux alors que l’on parle d’austérité, Projets qui vont à l’encontre de cette nouvelle société, sobre et humaine dont nous pourrions, en France être les précurseurs.
Nos gouvernements sont donc en panne d’idéologie, le parti socialiste ne semble n’avoir pour ambition que de suivre la politique de la droite en mieux…
Les écolos (2 !) au gouvernement tentent de peser sur les décisions mais leur nombre est trop faible pour avoir une véritable influence sur les choix de cette société qui continue donc d’allier, mensongeS, cupidité, enrichissements personnels au delà de l’imagination, injustice sociale croissante, dangers sanitaires reconnus mais persistants, pillage des ressources…

dominique giraud animatrice site internet eelv 05

Oui l’ecologie c’est social !!!

Retrouvez avec Dominique l’intervention sans langue de bois de Jacques Archimbaud
Secrétaire National adjoint d’Europe Ecologie Les Verts

Automobiles, pétrole, pneus, acier, il va falloir dire la vérité !
Sidérurgie, Psa, Renault, Goodyear, Faurecia… Les plans de licenciements se multiplient…

Des milliers d’ouvriers qui ont sué sang et eau pendant 150 ans pour la jouissance de quelques grandes familles de profiteurs et des générations lamentables de petits boursicoteurs, vont être jetés comme des malpropres par des tôliers qui les auront pressés jusqu’à la dernière minute.

Découvrir la suite de cette intervention sans concession

Aujourd’hui, grève des enseignants qui manifestent contre le projet de loi instituant de nouveaux rythmes scolaires.

Vous en saviez qu’en penser, voici en pièce jointe un article de Philippe Mérieu Professeur à l’université Lumière-Lyon-II,vice-président (EELV) de la région Rhône-Alpes qui pose concrétement les problèmes de l’école aujourd’hui et des difficultés rencontrés par les enfants.
Lire le texte en format PDF

sanofi une restructuration sous haute tension

Extrait de l’article de Anne-Sophie Jacques sur le site de ASI

Sanofi, retour sur un film que vous ne verrez pas
Supputations sur une censure chez le géant du médicament

C’est l’histoire d’une censure. Une petite censure d’un petit documentaire diffusé dans une petite salle d’une petite ville des faubourgs de Toulouse. Voyez. Ce n’est pas une censure d’Etat. Mais cette petite censure couve bien plus que ça : en interdisant la diffusion d’un film tourné à l’occasion d’une réunion entre direction et salariés, le groupe pharmaceutique Sanofi considère qu’il a des choses à cacher sur son plan de restructuration qui menace 900 emplois en France. Mais quoi ? @si est parti sur les traces de ce documentaire qui met en lumière un conflit au bord du gouffre et pointe crûment les responsabilités.
Mais que redoute la direction de Sanofi ? La presse locale est perplexe. Lundi 28 janvier, La Dépêche du midi et France bleu Toulouse révèlent qu’un documentaire réalisé par les salariés du laboratoire pharmaceutique ne sera pas diffusé le soir comme prévu au cinéma Utopia à Tournefeuille, petite ville de l’agglomération toulousaine. La salle de ciné vient de recevoir un courrier signé du directeur juridique de Sanofi qui stipule qu’en cas de diffusion, le groupe se réservait la possibilité d’engager des poursuites judiciaires. Sur quels critères? Selon le courrier, dont @si s’est procuré copie, la direction invoque le respect du droit à l’image, du droit à la vie privée et veut “éviter tout propos diffamatoire qui pourrait être assimilé à de l’atteinte à l’honneur”. Le tout en ayant pris soin, au préalable, de préciser “qu’il va sans dire que Sanofi respecte pleinement et sans réserve le principe fondamental qui est celui de la libre expression”.

Diable ! Que contient donc ce film ? Forcément, la réaction de Sanofi est louche. Forcément, on a envie de savoir ce qu’il se dit durant les cinquante-deux minutes filmées lors d’une réunion entre direction et salariés, une rencontre improvisée dans les locaux de Gentilly (94) le 19 décembre dernier. Cette petite censure n’échappe pas au site de L’usine nouvelle qui suit de près le dossier Sanofi. La journaliste est alertée sur le réseau social twitter, et, à partir des infos fournies par La Dépêche du midi (qui donne le nom d’une vidéo postée sur Youtube), elle trouve puis met en ligne un résumé non censuré de treize minutes du “film qui embarrasse la direction” Lire la suite

Photo médiapart.fr © Sara Prestianni

Paris, place de la République, janvier 2013. Deux enfants roms dorment sur un matelas posé sur un trottoir. Près d’eux, des signes de la présence de leurs parents. « Des familles à la rue, on n’avait pas vu ça depuis trente ou quarante ans », assure-t-on à la mairie de Paris.

L’article de médiapart.fr (malheureusement seulement en accès pour les abonnés)
Conçue avec la photographe Sara Prestianni, cette enquête est le premier volet d’une série consacrée à la vie des Roms dans les rues de Paris. À l’automne 2012, nous avons décidé d’aller à leur rencontre pour leur donner la parole, entendre ce qu’ils avaient à dire sur leur parcours, substituer leur regard à nos préjugés. Comprendre leurs préoccupations plutôt que projeter nos éventuelles angoisses. Pour dépasser le constat de l’horreur, nous avons pris le temps de discuter avec quelques-unes des personnes qui, ces jours-ci, ont installé matelas et bagages dans des cabines téléphoniques ou sur des marches d’églises. Comme la plupart d’entre elles ne parlent pas le français, nous avons accompagné le Secours catholique dans certaines de ses “maraudes” lorsqu’un interprète, ou tout du moins quelqu’un capable de se faire comprendre, était présent.

Nous nous sommes présentées comme journaliste et photographe. Toutes les personnes que nous avons sollicitées ont accepté de nous faire le récit de leur cheminement. Les prises de vue ont, elles, donné lieu à de nombreux refus. Nos interlocuteurs nous ont expliqué redouter la circulation de leur portrait dans leur pays d’origine. Beaucoup des images ont donc été prises à d’autres moments, avec l’accord des personnes, sauf quand celles-ci étaient enfouies sous des couvertures. Nous avons choisi de ne pas exclure ces photos a priori dans la mesure où le fait de dormir sur le trottoir est central dans le sujet.

Les deux premiers articles traitent de la vie des familles roms avec lesquelles nous nous sommes entretenues. Le troisième concerne la gestion par les pouvoirs publics, en priorité la mairie de Paris, de ce drame. Le quatrième revient sur la politique mise en place par le gouvernement, et notamment Manuel Valls, à l’égard des Roms. Le récit photographique fait l’objet d’un portfolio. Nous avons travaillé sur ce sujet entre novembre 2012 et janvier 2013.
Carine Fouteau

Pour information, la loi sur le logement est promulguée :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=
JORFTEXT000026954420&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id

Le 12 décembre 2012 à l’issue de la conférence sur la pauvreté EELV rapportait les grands axes choisis par le gouvernement :

Un programme de création de logements à bas niveau de loyer va être lancé, en plus du développement de l’offre de logements locatifs sociaux et la construction de logements adaptés pour les personnes ayant un besoin d’accompagnement social. Ainsi, en 2013, 2 000 places en logement adapté (dont des maisons relais) seront créées. Cette offre sera complétée par un fort développement du recours à l’intermédiation locative (pour 7000 places) comme alternative à l’hébergement. Ainsi ce sont 9 000 places nouvelles en logement adapté ou accompagné qui seront disponibles l’année prochaine. Les moyens en faveur de l’accompagnement dans les résidences sociales seront renforcés

Enfin, le gouvernement travaille sur un système de garantie universelle des risques locatifs, qui permettrait de sécuriser les rapports entre locataires et propriétaires.

© Sara Prestianni

Paris, boulevard Richard Lenoir, décembre 2012.
Près de la place de la Bastille, au milieu des attractions foraines, deux cabines téléphoniques servent d’abris aux Roms.
Un jeune couple, rencontré autour de cette cabine, raconte :
« On vient de passer deux heures à appeler le 115, mais ils n’ont pas encore répondu. Nous essayons d’obtenir un abri pour la nuit, mais parfois on n’arrive même pas à les avoir au bout du fil. On appelle, on appelle, notre téléphone portable se décharge et on doit alors passer la nuit dans cette cabine. »

Sidérurgie : engageons un bras de fer européen

Sidérurgie : engageons un bras de fer européen
Yannick Jadot, député Européen

Salué autrefois comme un investisseur prodigue, Lakshmi Mittal impose aujourd’hui une restructuration brutale de la sidérurgie européenne. Invoquant la baisse de la demande d’acier dans le monde, le groupe ArcelorMittal a décidé que la pérennité de sites sidérurgiques comme Liège, Rodange ou Florange n’était plus assurée. Pas assez compétitifs même si, il y a peu, Florange figurait parmi les trois sites les plus performants du groupe ! Tétanisés, les gouvernements européens hésitent entre tapis rouge pour obtenir d’ultimes promesses, et guillotine pour sanctionner la brutalité et le cynisme du leader mondial de l’acier…
Donner des illusions aux salariés du secteur, orchestrer des annonces mal préparées et des décisions peu fiables ne sert à rien s’il s’agit finalement de reculer, de s’accommoder, d’accorder encore plus de privilèges face au chantage à la délocalisation, de toujours succomber au racket organisé. C’est la disparition de la sidérurgie qui s’organise ainsi en Europe, et les interventions publiques ne font que reculer les échéances. Tout ce qui sera obtenu pour Florange sera arraché à Basse-Indre, tout ce qui sera gagné en France sera perdu en Espagne, en Belgique ou ailleurs…

La reconquête de souveraineté face à des acteurs globaux comme Mittal passe par l’Europe…

Lire la tribune en entier 1 clic

La participation des écologistes au gouvernement ou “mettre les mains dans le cambouis”

La participation des écologistes au gouvernement ou “mettre les mains dans le cambouis”

Et les écolos, ils font quoi dans ce gouvernement?

Les propositions des écologistes :
santé environnementale, prévention et solidarité.

Le Groupe écologiste du Sénat votera le Projet de loi de financement de la sécurité sociale, qui est un texte de rupture avec les lois d’insécurité sociale des gouvernements précédents.
Nous saluons les mesures attendues de longue date, notamment sur la fin de la convergence tarifaire public-privé et le remboursement de l’IVG à 100%.

Malgré ces avancées, les écologistes souhaitent aller plus loin sur certains sujets, et ont à cette fin déposé près de quarante amendements.

Toujours concernant la partie recettes, les écologistes proposent de rendre progressive
la contribution des retraités. Pour Jean Desessard, “si le niveau de vie des retraités est aujourd’hui proche de celui des actifs, les disparités sont fortes. En introduisant une progressivité de la contribution, il s’agit de prendre en compte et de réduire ces inégalités ; les retraités imposables contribueront en fonction de leurs revenus”.

Les jeunes ne sont pas oubliés, les écologistes demandent également que les moins de 28 ans bénéficient du tiers-payant intégral. Ils proposeront aussi des mesures pour favoriser le recours aux médicaments génériques et un rapport sur la formation des médecins et l’influence des visiteurs médicaux sur la prescription de produits de santé.

Enfin, dans l’attente de l’adoption de la loi sur le mariage universel, les écologistes poursuivent leur combat de longue date et demandent l’extension de la pension de reversion pour le partenaire de Pacs survivant.

Les écologistes proposent des mesures justes et vertueuses à la fois pour la santé de nos concitoyen-ne-s et pour les finances publiques.
Les avancées souhaitées par les écologistes complètent et prolongent les mesures gouvernementales, avec un souci réaffirmé de responsabilité, de prévention et de solidarité.Nous comptons sur l’audace et la volonté de changement du Gouvernement pour améliorer ensemble le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Super !
On peut retrouver les 40 amendements des écologistes en cliquant ic

eelv duflot et eelv mobilisés pour le droit au logement
Signez en masse
http://droitaulogement.org/

EELV se mobilise pour le DAL
Mobiliser ou réquisitionner 100 000 logements vacants

150 000 : Le nombre de sans logis ne cesse d’augmenter, à mesure que la crise du logement se durcit, les expulsions se poursuivent, les dispositifs d’hébergement d’urgence s’engorgent et montrent leur limite. Désormais des femmes, des enfants, des mineurs, des handicapés, des vieillards, des jeunes, des réfugiés, des sinistrés … vivent dans la rue, dans des abris de fortune, alternant parfois avec des hébergements temporaires et éloignés.
Les filets de la protection sociale se relâchent dangereusement, remplacés trop souvent par ceux de la répression.
48 ans est l’âge de décès moyen des sans abris dans notre pays. 80 ans est l’espérance de vie moyenne de la population. Plus de 200 sans abris sont morts, depuis le début de l’année, et la grande majorité dans la rue.
Etre mis et laissé dans la rue est donc une condamnation à la peine capitale doublée d’une lente et cruelle descente aux enfers : on perd son emploi, sa famille, ses amis, le respect d’autrui et de soi, sa santé. La déchéance morale précède la déchéance physique, et une lente agonie …
Tout le monde l’a compris parmi ceux qui consacrent l’essentiel de leur revenu au loyer ou à leur traite .
Nous avons aboli la peine de mort en 1981, il faut abolir ce châtiment, définitivement !
Non seulement c’est un devoir moral, mais c’est aussi la loi : Le Conseil d’État l’a rappelé en février dernier, la “violation du Droit à l’hébergement”, est “une atteinte à la dignité humaine”.
La mise en œuvre de la Loi sur le Droit Au logement Opposable - loi DALO - est aussi bafouée. Le nombre de ménages reconnus prioritaires en attente de leur relogement par l’État est en hausse constante, et touche 50 000 ménages. Là encore il s’agit de personnes et de ménages vulnérables, contraints de vivre dans des taudis, sous la menace d’une expulsion ou d’une fin d’hébergement, et donc du pire.
Dès lors, l’État au plus haut niveau doit mettre en œuvre les moyens de sortir de cette crise, avant qu’elle ne se transforme en désastre humanitaire et politique. Il n’est pas acceptable que l’on nous resserve au plus fort de l‘hiver l’ouverture de gymnases et autres stations de métro,
d’igloos …
Jamais notre pays n’a compté autant de logements vacants : 2,39 millions en 2011 selon l’INSEE1. Il y a pléthore de locaux et logements désaffectés appartenant à l’État, à des entreprises, à des HLM…

Récemment l’assemblée nationale a adopté deux amendements facilitant la mise en œuvre de la loi de réquisition. Encore une loi à appliquer !
Mobiliser ou réquisitionner temporairement et à faible coût 100 000 logements vacants, c’est sortir de la rue et de la grande précarité 300 000 personnes, de quoi nous redonner espoir et confiance.
Avec les mouvements sociaux du logement, nous demandons au Président et au Premier Ministre de donner l’impulsion nécessaire à cette entreprise, en urgence, il n’y a plus de temps à perdre !

EDITORIAL par Dominique

Mes raisons d’espérer…

Si bien souvent les écologistes sont traités d’alarmistes ou même d’empêcheurs de profiter en rond, il n’en reste pas moins vrai que l’avenir leur donne souvent raison. Voici donc la seule mais très bonne raison de se réjouir.

Ainsi, si le spectre de l 'A 51 refait surface alors que nous pensions raisonnablement le projet enterré, il est encore des voix pour rejeter ce grand projet inutile, Francine Daerden, adjointe à la mairie de Briançon, en a fait l’expérience lors du dernier conseil municipal, et alors que la SAPN nous invite à nous mobiliser le 3 mai à Gap.
Donc nous ne verrons pas l’autoroute A 51 ni par le Champsaur, ni par le Buëch traverser les Hautes-Alpes, nos 2 nationales seront enfin améliorées…

Ainsi, le nouveau grand projet inutile mené par la municipalité de Sigottier de contruire une énorme DFCI sur les flans à l’ubac de cette si belle montagne, ne verra pas le jour. L’étude demandée par le collectif anti DFCI qui se réunit à Serres salle Imbert le 17 mai prochain aura été instruite et concluera non seulement à son inutilité, mais également à sa dangerosité tant pour l’environnement que pour le développement économique touristique de cette vallée.

Ainsi, avant le désastre d’un accident programmé d’une de nos centrales nucléaires, les populations auront mené tant et tant de combats, que notre gouvernement aura fermé les centrales les plus anciennes et mis le pays sur les voies de la transition énergétique.

Ainsi, les propositions de loi de EELV déposées sur le bureau de l’assemblée nationale afin de régler rapidement et une bonne fois pour toute la question des contrôles des conflits d’intérêts des parlementaires, des ministres et des membres de cabinets ministériels avec
Fin du cumul des mandats,
Obligation des déclarations d’intérêts, de patrimoine et de revenus
Transparence des financements de la vie politique
Publication de l’utilisation faite par les parlementaires des crédits qui leur sont alloués
etc. etc.
seront votées dans les plus brefs délais par des parlementaires soucieux de mettre en fin au professionalisme politique et de protéger la démocratie.

Vous pouvez retouver toutes les propositions des écologistes de moralisation de la vie politique ici.

J’aurai bien d’autres raisons d’espérer, (les circuits courts privilégiés, les terres agricoles protégées, les avancées sociales avec le partage du travail et le respect du travailleur, l’égalité des droits devant la santé, l’éducation, l’abandon des grands projets inutiles, notre dame des landes, ITER, …) mais elles seront pour la prochaine lettre d’infos en attendant faites comme moi, regardez l’avenir avec le sourire, bientôt “l’humanisme” revient …

Donc en résumé :

Pour les nouvelles de la lutte contre le nucléaire, on clique ici
Pour prendre connaissance de notre page dédiée à la sortie du nucléaire on clique ici
Pour le collectif contre l ‘A51 , on clique ici
pour prendre connaissance de notre page déiée à l’ A 51, on clique ici
Pour le dossier sur la projet de DFCI à Sigottier, on clique ici
Pour connaitre les propositions de lois des Verts pour la moralisation de la vie politique, on clique ici

Une belle place au “mouvement de la paix”
Samedi 27 avril 2013
Ciné Goûter de 14h30 à 16h30
Ciné pour la Paix de 20h30 à 23h
proposé par le comité Buëch - Dévoluy du Mouvement de la Paix
dans le cadre de l’évènement “Veynes Cultive la Paix”
14h30 : Ciné Goûter

Entrée aux tarifs du Cinéma
Ciné pour la Paix
Cinéma Les Variétés,
Avenue des Martyrs, 05400 Veynes
pierre rabhi, sortie du film au nom de la terre

L’humanisme, Pierre Rabhi en est l’ardent défenseur.

Petit homme du désert, paysan, écrivain, penseur, fervent défenseur de l’agroécologie, humaniste, voici quelques mots pour définir Pierre Rabhi. Témoigner aujourd’hui de la pensée et de l’itinéraire de Pierre Rabhi est une chose essentielle.
Chaque année, il part à la rencontre d’un public toujours plus large venu écouter son message humaniste et incitant à une insurrection des consciences.

A partir du 27 Mars 2013, c’est dans les salles de cinéma qu’il vient à notre rencontre.

Voir la bande annonce : 1 clic

EELV 05 le groupe local participer à la lettre d’info vivre mieux avec l’écologie

VOTRE AVIS, VOS TEXTES, VOS IMAGES

Cette lettre est la vôtre

Chères lectrices, chers lecteurs,
votre avis nous est nécessaire pour améliorer la rédaction de cette lettre d’informations et nous aider pour son développement. N’hésitez pas à nous livrer l’impression globale que vous a donné sa lecture ; nous signaler ce qui vous a plu; nous préciser des améliorations qui vous paraissent indispensables; nous proposer vos thèmes, vos informations locales, vos articles… pour la rédaction des prochaines parutions.
Pour ce faire, une seule adresse : contact@europe-ecologie-les-verts-05.com

LES DERNIERES NOUVELLES SONT SUR LE SITE :

EELV 05 le groupe local abonnement lettre d’information vive mieux avec l’écologie

ABONNEZ-VOUS, ABONNEZ VOS PROCHES
Recevoir la lettre d’infos écolo des Hautes-Alpes
Vous souhaitez être régulièrement informé-e des activités, des prises de positions, des débats en cours au sein d’Europe Ecologie Les Verts Hautes-Alpes : Abonnez-vous à cette lettre d’infos écolo.
Nous vous invitons à faire connaitres cette lettre à tous vos ami-e-s…
Merci pour cette attention, à bientôt.

La Société Alpine de Protection de la Nature

Le département des Hautes-Alpes et ses paysages variés abritent une nature riche et diversifiée. Aujourd’hui, plus que jamais, cette richesse est menacée : “artificialisation” de la montagne, saccage des paysages, prolifération anarchique des loisirs motorisés, enneigement artificiel, urbanisme… Il est de notre devoir, pour nous et les générations futures, de sauvegarder cette richesse qui est à la fois notre cadre de vie et notre patrimoine commun. Depuis plus de trente ans les bénévoles de la SAPN se battent pour préserver la nature des Hautes-Alpes. A ce titre l’association est agréée au titre de la protection de l’environnement par l’ Arrêté préfectoral des Hautes-Alpes du 14/05/1981.
Après avoir édité un certain nombre d’ouvrages sur la botanique locale, la SAPN a décidé de porter l’initiative de création de cette base de données et d’être garante de l’utilisation des données fournies par les différents observateurs.

Participez aux sorties botaniques mensuelles de la SAPN pour alimenter la base de donneés

indignationset ecologie politique

BILLET D’HUMEUR

" Voilà quelques semaines que j’en ai assez, mais vraiment assez…

Au moins depuis cette histoire de “Findus” et de son étalon dans l’estomac (je n’ai pas pu m’en empêcher) mais sûrement depuis plus longtemps…

Tous les jours, si on se tient un peu au courant et si on a quelques soupçons de fibre écolo, on est confronté à des scandales soit alimentaires, soit environnementaux, soit financiers, soit politiques, soit tous et plus encore.
.
Médicaments qui tuent, OGM mensongers et dangereux, agriculture transformant la terre en désert, pesticides plein les cheveux et le reste… Dockers qui meurent 10 ans plus tôt de manipuler des produits toxiques qui voyagent à travers le monde contaminant les salariés sur leur passage, esclaves du nucléaire ou de l’uranium. Police, NOTRE police qui gaze des enfants et saccage un camp de Roms.
Pendant que 50 % des aliments vendus dans nos supermarchés finissent à la poubelle, biodiversité en danger.
Cumul des mandats dans le temps et dans l’espace de tout un tas de professionnels de la politique accrochés à leurs privilèges et pour qui la démocratie est une vaste plaisanterie, suicides de salariés ou de chomeurs tous désespérés… alors que les banksters et les fonds de pension n’en finissent pas de rentabiliser leurs placements avec notre argent et vont jusqu’à spéculer sur la crise alimentaire.

Et pendant ce temps là …

On va désigner une petite entreprise responsable des scandales, le lampiste (le patron, ou peut-être même la comptable stagiaire) va payer pour tous les autres, être condamné, payer une amende ridicule, aller en prison avec sursis, et l’affaire sera terminée.

Vous pensiez en avoir fini avec le gaz de schiste?

Gaz de schiste : des parlementaires pro-nucléaires relancent le débat sur l’exploitation
Deux parlementaires pro-nucléaires relancent le débat sur l’exploitation des gaz de schiste en donnant le coup d’envoi, le 31 janvier, à un rapport visant à évaluer les « alternatives » à la fracturation hydraulique. Un rapport d’étape est annoncé au printemps.

Lire la suite sur Politis.fr

la malédiction du gaaz de schiste sur Arte

Une émission à ne pas manquer : la malédiction du gaz de schiste
Attention gaz de schiste
mardi, 29 janvier 2013 à 20:50
L’exploitation des gaz de schiste… pour pouvoir se faire une idée et se forger une opinion, il faut d’abord s’informer.
ARTE nous propose un documentaire suivi d’un débat.
De la Pologne à la Pennsylvanie, Lech Kowalski met à jour le fossé entre le discours des industriels et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste. Un film coup de poing.

Plus d’info sur notre blog

LE GAZ DES SCHISTE, QUESZACO ?

La fièvre du gaz de schiste gagne la France, la levée de boucliers aussi.
Depuis quelques mois, la France commence à s’intéresser aux gaz de schistes que l’on pourrait trouver dans
le Sud-est.
Mais l’exploitation de cette nouvelle ressource, déjà bien avancée aux Etats-Unis ou au Canada,
et qui pourrait se révéler stratégique pour de nombreux pays, pose de gros problèmes environnementaux.

"Les gaz de schiste se situent au même niveau que les sables bitumineux : toujours plus loin, toujours plus profond, toujours plus sales.

Notre environnement mérite mieux que ça ! Il est plus que temps de rompre notre dépendance aux énergies fossiles", dénonce ainsi Aloys Ligault, chargé de campagne responsabilité sociale et environnementale des entreprises pour les Amis de la terre qui demande une étude exhaustive sur les risques sanitaires et environnementaux de cette exploitation. Quant au parti politique Cap 21, il demande un moratoire européen. “En plus des dégâts de cette technique, cette nouvelle énergie peut freiner le développement des énergies renouvelables”, craint Eric Delhaye, le président délégué de Cap 21.

Discrètement lancée en France, la course aux gaz de schistes pourrait donner
au pays son indépendance énergétique mais lui coûter un désastre écologique.

eelv05 Total déçu par les gaz de schiste aux Etats-Unis

Le Le bilan des investissements du groupe pétrolier dans le gaz de schiste aux Etats-Unis “n’est pas terrible, car nous avons investi sur la base de prix du gaz beaucoup plus élevés que ceux d’aujourd’hui”, a admis Christophe de Margerie

Total déçu par les gaz de schiste aux Etats-Unis
Total a donné un coup de frein à ses investissements dans le gaz de schiste aux Etats-Unis, à cause d’une rentabilité insuffisante, mais va les poursuivre dans d’autres pays, déclare son PDG Chistophe de Margerie dans le Monde paru jeudi.
Le bilan des investissements du groupe pétrolier dans le gaz de schiste aux Etats-Unis “n’est pas terrible, car nous avons investi sur la base de prix du gaz beaucoup plus élevés que ceux d’aujourd’hui”, a admis M. de Margerie, dans un entretien au quotidien.
Le groupe a enregistré une “perte sérieuse” au Texas, car “nous avions fait nos études de rentabilité sur un prix (du gaz naturel) qui était à plus de 6 dollars le million de BTU (0,026 mètre cube, ndr), aujourd’hui, on est à 3,2 dollars, et ça ne passe pas”, a-t-il rappelé.
Total avait acquis en 2010 une part dans le gisement texan de Barnett Shale auprès du groupe Chesapeake pour 2,3 milliards de dollars. Mais l’extraction du gaz de schiste à grande échelle aux Etats-Unis y a fait dégringoler les cours du gaz naturel, remettant en cause la rentabilité de nombreux projets.
En revanche, dans l’Ohio, où le groupe a également investi, il obtient “une bien meilleure rentabilité”, car les champs de schiste y sont riches en condensats, c’est-à-dire des hydrocarbures liquides similaires à du pétrole et qui sont commercialisés à des prix élevés.
Du fait de ces résultats mi-figue mi-raisin, “il est clair qu’on met la pédale douce” en matière de gaz de schiste, car “je ne vois pas l’intérêt d’aller investir -je précise bien dans les gaz secs (ndlr : pauvres en condensats)- là où la rentabilité n’est pas au rendez-vous”, poursuit M. de Margerie.
Mais le groupe continuera à investir dans l’exploration du gaz de schiste dans “d’autres pays où les marchés sont porteurs”, assure-t-il, évoquant des pays comme “la Chine, la Pologne et le Danemark”, où Total devrait "commencer un forage d’exploration cette année

eelv 05 Persistons contre les gaz de schiste

Persistons contre les gaz de schiste
Face à la forte pression exercée par les lobbies industriels et malgré certaines déclarations isolées, le Président de la République et le Gouvernement ont confirmé clairement le refus de la France de s’engager dans la voie de l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique. C’est en effet la seule position cohérente avec l’engagement de la France dans la lutte contre le changement climatique, réaffirmé encore lors du sommet de Doha.

Dans le prolongement de ces déclarations, EELV se réjouit de l’initiative de ses parlementaires et notamment de François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône, qui a déposé ce mardi 11 décembre une proposition de loi pour interdire l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste en France, par quelque technique que ce soit. Ce texte fait écho à la demande de moratoire déposée par les eurodéputé-e-s écologistes au Parlement européen.

Alors que prend forme le débat national sur la transition énergétique, rappeler la nécessité d’abandonner le recours aux hydrocarbures non conventionnels comme les gaz de schiste est une première étape pour une réorientation en profondeur de la politique française vers la sobriété énergétique et les énergies renouvelables.
Elise LOWY, Jean-Philippe MAGNEN, Porte-parole

Le bilan climatique des gaz de schiste encore et toujours plus contesté

Le bilan climatique des gaz de schiste encore et toujours plus contesté
(JDLE, journal de l’environnement)
Le 03 janvier 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg

Les gaz de schiste: un bilan carbone aussi noir que celui du charbon.
Une étude, présentée le mois dernier lors du congrès annuel de l’AGU américaine, estime à 9% le taux de fuite des puits de gaz de schiste. Tranchant avec les études précédentes et les inventaires officiels, cette étude alourdit le bilan climatique des gaz de schiste.

Une de plus.
Selon leurs résultats préliminaires, ceux-ci pourraient s’élever à 9%.
Ce qui dépasse de loin les estimations les plus pessimistes déjà publiées dans des revues à comité de lecture.
Le haut de la fourchette du chercheur new-yorkais signifie simplement que le bilan climatique de l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique est plus lourd que la combustion du charbon dans des centrales thermiques.
On comprend l’émotion des compagnies gazières.
Cette succession de résultats convergents (et d’autres sont sous presse) discrédite le principal argument climatique des partisans de l’exploitation des gaz de schiste. Ce gaz –qui n’est autre que du méthane- possède un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur, sur un siècle, à celui du gaz carbonique.

Lire l’article en entier Vite un clic

Les gaz de schiste: un bilan carbone aussi noir que celui du charbon

EE-LV dépose une proposition de loi visant à interdire définitivement la recherche et l’exploitation des gaz de schistes !

Les députés écologistes François-Michel Lambert (député des Bouches du Rhône, vice-président de la commission développement durable et aménagement du territoire), Noël Mamère (député de Gironde), Brigitte Alain, (députée de la Dordogne) et Michèle Bonneton, (députée de l’Isère), déposeront, mardi 27 novembre, un projet de loi visant à interdire définitivement en France toute recherche et exploitation de gaz et huiles de schistes et ce quelques soient les techniques utilisées.
Cette proposition est, évidemment soutenue par EE-LV Hautes-Alpes, qui s’est associé à la réflexion nationale sur ces questions.
Au vu de leurs différentes prises de position sur cette question et des dangers pesant aujourd’hui sur notre territoire, EE-LV Hautes-Alpes appelle les parlementaires hauts-alpins à soutenir ce texte lors de son étude, tant à l’Assemblée qu’au Sénat.

europe ecologie hautes alpes communique non au gaz de schiste

lancement du collectif

eelv 05 pollutions gaz de schiste

Réunion de lancement du collectif
« Stop Gaz de Schiste 05 »
samedi 15 septembre 2012
17h00 salle Dum’art, à Gap

La semaine dernière, Europe Ecologie - Les Verts Hautes-Alpes signalait l’existence d’un permis « gaz et pétrole de schiste » sur une partie de notre département.

Pour organiser la veille citoyenne et la lutte contre ce permis, qui pose des questions environnementales et économiques dépassant largement le clivage politique traditionnel, EE-LV 05 propose la création d’un collectif « Stop Gaz de schiste 05 ».

Devant la menace de ce permis, ce collectif doit être le plus large possible, rassemblant l’ensemble des citoyens de notre département, les socioprofessionnels de toutes branches, le monde associatif et l’ensemble des élus et partis politiques républicains .

A cette fin se tiendra donc une première réunion constitutive, ce samedi 15 septembre, à 17 heures, salle Dum’art à Gap, pour structurer ce collectif et déterminer ses premières actions.
GAZ DE SCHISTE. Le communiqué de EELV 05, appel à la création d’un collectif

Les interviews et réactions locales :

VENDREDI 14 septembre

au secours les gazs de schiste reviennent

Gaz de schiste: Le permis « préalpes » ne serait pas concerné par le moratoire annoncé par F. Hollande.

D’après l’AFP (aujourd’hui 14h11), les permis concernés par l’annonce présidentielle serait : Brignoles (Var), Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne), Montélimar-extension (Drôme et 3 autres départements), Lyon-Annecy (Savoie, Ain, Isère et Rhône), Montfalcon (Isère) et Cahors (Lot et 3 départements).
Cette annonce est une bonne nouvelle, et EE-LV 05 se félicite de cette avancée présidentielle vers l’annulation de tous les permis et l’interdiction définitive de la fracturation hydraulique.
Mais le progrès n’est que partiel, et, malgré des annonces triomphalistes qui ont pu être faites, le permis d’exploration déposé par COG et qui concerne notre département ne serait pas concerné et resterait donc en instruction.
Ceci démontre bien que la veille citoyenne et collective reste indispensable et pertinente :
La réunion de création du collectif est donc maintenue, demain 15 septembre à 17h, salle Dum’Art à Gap.

Lire l’excellent article de BASTA.NET :
" au secours les gazs de schiste reviennent" : 1 clic

“L’impossible procès” à la salle des fêtes d’Embrun le 14 mai 2013 à 19H
Entrée 8€ . Petite restauration possible sur place.
Première partie : pièce de théâtre :

Un Boeing 747 de la compagnie Royal Air Maroc immatriculé EI-CSY, en provenance de Casablanca, vol AT 764, arrivée prévue à Paris Orly à 4h15, s’est écrasé sur la centrale nucléaire du Blayais, située sur la commune de Braut et Saint-Louis, dans le département de la Gironde.

Sur scène un tribunal. Le Président (Patrick Gay-Bellile) mène les débats. Il y a la procureure (Véronique Pilia), l’avocat (Jean-Louis Debard) et le prévenu (Bruno Boussagol). Une narratrice (Noémie Ladouce) intervient une dizaine de fois pour commenter le procès et apporter des informations complémentaires nécessaires à la bonne compréhension de l’histoire.

Le Président ouvre la séance : « Aujourd’hui, samedi 3 novembre 2018, nous jugeosns, au nom du peuple français, l’Industrie électronucléaire française, représentée ici par monsieur le Très Haut Commissaire à l’Energie Nucléaire Civile, monsieur De Pressac François, Directeur Président du Très Haut Commissariat à l’Energie Nucléaire Civile, pour risque causé à autrui, non assistance à personne en danger, et homicide involontaire ».

Deuxième partie : participation à la barre de témoins locaux :
Voici le texte préparé par Pierre Leroy, maire EELV
“Je me présente devant vous comme témoin et en tant que maire et citoyen. Je suis maire de puy saint André, commune de 500 habitants, 6 eme commune de Serre Chevalier.
La société est en situation de crise sociale, environnementale, financière, de civilisation …
Mais c’est en fait une situation de crise d’adverbe !
Nous avons confondu “mieux” avec “plus”
Il nous suffit d’inverser ces deux adverbes et ça ira beaucoup mieux.
Nous allons assister à la période la plus passionnante de l’histoire de l’humanité. Celle du choix de l’effondrement ou du changement de civilisation. Ce choix est centre sur la problématique de l’énergie.
Ce qui est enthousiasmant, c’est que des alternatives existent.
Le scénario negawatt nous montre le chemin et de nombreux exemples existent. Le refus du nucléaire et l’autonomie énergétique sont en cours chez nos voisins du vorarlberg en Autriche et en France dans la communauté de communes du Mene qui se situe en Bretagne.
La commune de Puy Saint André en 2008 s’est interrogée au sujet de l’énergie.
Nous avons souhaite qu’elle soit publique, citoyenne, renouvelable et locale. Après une étude juridique, nous avons crée en 2009 une société, avec les habitants du village. Son objet est donc de travailler sur la sobriété énergétique et sur la production d’énergie renouvelable. 31 familles ont pris des parts de 300 euros chacune. Après 2 années, 600.000 euros ont été investis dans six Centrales photovoltaïques installées en toiture sur des bâtiments publics. En juillet, l’ouverture à capital de la société “sève” (soleil, eau, vent, énergie) va réunir le conseil régional, 13 communes du brianconnais, 2 communes du pays des écrins et tous les habitants (dont vous…) qui le souhaitent.
Plusieurs millions d’euros de projets en solaire, hydroélectriques sont prévus. En 2014 nous envisageons de turbiner l’eau potable de la ville de Briancon en remplaçant les brises charge par des turbines pelton.
Nous commercialisons, pour travailler sur la sobriété énergétique, le “varilum”, qui est un boîtier économiseur sur l’éclairage publique.
D’ores et déjà, vous pouvez devenir actionnaires citoyens en écrivant au directeur de la sem sève, mairie de puy saint André pour nous dire combien de parts de 300 euros vous êtes prêts à souscrire.
Moins de nucléaire, moins de puissance sur nos lignes tht, moins de perte en ligne, plus d’énergie locale et renouvelable, moins d’énergie consommée par les collectivités, plus de création d’emplois. À vous de choisir !
Aujourd’hui nous construisons nos territoires de demain.
Mieux, c’est possible- changeons d’adverbe
Merci de votre attention”
Pierre LEROY

Lundi 29 avril

Un message de la coordination contre le nucléaire.

Bonjour à tous !
La coordination pour la sortie du nucléaire 05 remercie vivement les 200 participants au rassemblement du 26 avril 2013 à Chorges qui malgré le mauvais temps sont venus afficher leur volonté de sortir d’une politique nucléaire faisant peser sur les populations des risques sanitaires catastrophiques.
Sortir du nucléaire, c’est possible, c’est urgent et c’est créateur d’emplois !
N’attendons pas l’accident !

Restons mobilisés jusqu’au prochain événement :
La pièce de théâtre “L"impossible procès”, à Embrun le 14 mai, 19 H,
qui fera le procès du nucléaire suite à un accident fictif sur la centrale du Blayais.
http://chainehumaine.org/Piece-de-theatre-L-impossible

La coordination 05 pour la sortie du nucléaire

Karine Goninet, une des organisatrice sur les ondes “d’ici radio”

Dimanche 21 Avril. Il nous reste BEAUCOUP DE COMBATS A MENER, soyons tous présents

chaine_humaine_contre_nucleaire

LES HAUTES-ALPES SE RASSEMBLENT EN MASSE POUR DIRE NON AU NUCLEAIRE

le Vendredi 26 Avril à partir de 18H pour le Tcherno’day 2013
au feu tricolore de CHORGES

Grande chaîne humaine suivie d’un apéro concert avec des groupes de musiciens locaux.
En plein débat sur la transition énergétique, venez très nombreux affirmer votre opposition au risque permanent que fait peser la politique éléctro-nucléaire en France !

Nous serons si possible vêtus de jaune et noir ou orange et noir ou encore rouge et noir.
Objectif : être au moins aussi nombreux que sur le pont de Savines l’an dernier.
Apportez banderoles, tracts ci-joints à imprimer, pique-nique (camion pizza sur place)

europe-ecologie_hautes-alpes/europe-ecologie_hautes-alpes_images/europe-ecologie_hautes-alpes_nucleaire/fukushima_problemes_continuent

Dimanche 7 avril

La série noire des incidents inquiétants est presque sans fin à Fukushima. Tokyo Electric Power Co. (Tepco) a dû à nouveau annoncer dimanche matin un écoulement d’eau radioactive sur l’un des 7 réservoirs de stockage souterrain.
Ces problèmes, qui montrent les difficultés croissantes de Tepco à maîtriser des quantités considérables de liquides radioactifs, interviennent après des pannes de courant, des arrêts en cascade de systèmes de refroidissement et d’équipements depuis quinze jours. Deux ans après la crise nucléaire, la centrale ravagée est certes considérée comme stabilisée depuis décembre 2011, mais la situation sur place reste très précaire à cause des incertitudes sismiques, climatiques et techniques.
Après les pannes, ce sont les fuites qui se multiplient.
Problème croissant du stockage des eaux irradiées
Lire l’article en entier sur Libération.fr

transition énergétique en allemagne

Janvier 2013 - La transition énergétique en marche en Allemagne
À en croire la majorité des médias français, l’Allemagne sortirait du nucléaire en laissant exploser ses émissions de gaz à effet de serre et en achetant du courant à la France. Tordons le cou aux idées reçues ! La transition énergétique est en marche en Allemagne, en dépit du poids de l’industrie des énergies sales.

Contrairement à ce que prétendent les défenseurs de l’atome, la sortie du nucléaire n’est pas synonyme d’une hausse des émissions de gaz à effet de serre. L’Agence Fédérale de l’Environnement allemande a confirmé ce 15 janvier qu’en 2011, année où 8 réacteurs allemands ont été retirés du réseau électrique, l’Allemagne a réussi à diminuer de 2,9 % ses émissions. Elle atteint ainsi largement les objectifs que le pays s’était fixé dans le cadre du protocole de Kyoto.

Lire la suite sur le site du réseau “sortir du nucléaire”

eelv_non au nucleaire

DERNIERE MINUTE

Les tests de résistance nucléaires menés par l’Union européenne ont révélé des défaillances de sûreté, d’incidence variable, dans l’ensemble des centrales nucléaires françaises. Ce sont les principales conclusions d’un rapport du commissaire européen à l’énergie Günther Oettinger qui doit être présenté à la Commission mercredi 3 octobre, avant d’être dévoilé au public, jeudi, à Bruxelles.
Ce document de travail, qu’a pu consulter une partie de la presse, recense les “stress tests” menés depuis un an sur les 134 réacteurs du parc européen, répartis sur 68 sites dans 14 pays, pour tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima en mars 2011.
LA FRANCE CIBLÉE
Avec 19 centrales et 58 réacteurs, l’Hexagone est particulièrement ciblée par les critiques.
Sur les 11 points identifiés comme des défaillances ou des manques, la totalité des centrales sont en défaut sur cinq à sept points.

fuskushima non au nucléaire

ecologistes sortir du nucléaire

Et sur le front du nucléaire ?

Annonce de François Hollande à l’ouverture de la conférence environnementale : la centrale de Fessenheim fermée en 2016, belle avancée!
Mais pour nous, c’est la sortie totale du nucléaire que nous souhaitons. Nous devons sortir de l’impasse du nucléaire et des hydrocarbures : aujourd’hui, la politique énergétique française est prisonnière d’un modèle fermé, et passéiste.
L’énergie est prisonnière des quelques politiques et industriels qui la gouvernent, elle ne bénéficie pas d’un débat public, elle est prisonnière de budgets absurdes, de recherche et de développement sans futur…
Mais l’énergie, c’est le quotidien des Français ! C’est une question d’égalité, de santé, d’emplois, de pouvoir d’achat…
Nous devons libérer notre voix citoyenne et nous mobiliser pour la transition énergétique en France !

Nous soutenons le scénario Négawatt et ses 10 mesures :

3 mesures structurelles :
La création d’une Haute Autorité indépendante de la transition énergétique
La gouvernance territoriale de l’énergie
Un urbanisme ancré dans les territoires
4 mesures sectorielles sur la consommation :
La sobriété énergétique dans le bâtiment
L’efficacité énergétique dans le bâtiment
L’optimisation des usages de l’électricité
La régulation des transports grâce à la “redevance à la prestation”
2 mesures sur la production :
La fin maîtrisée de la production nucléaire
Le soutien à l’essor des énergies renouvelables
1 mesure-phare pour assurer le financement de la transition énergétique :
Une contribution fiscale sur l’énergie primaire et les externalités

Sur le nucléaire et l’après Fukushima, nous vous recommandons la lecture des derniers articles :
" Nucléaire: Les Mauvaises Surprises… et autres Petits Secrets " sur “Ecolo mais je t’emmerde” 1 clic
" Des papillons mutants autour de Fukushima " : “Le Monde” 1 clic et sur “Futura sciences”: 1 clic

Le livre “Sortir du nucléaire c’est possible”
Aujourd’hui la vraie question n’est plus « Faut-il sortir du nucléaire ? », mais « Comment fait-on pour en sortir ? ».
À cette interrogation, ce livre apporte de nombreuses réponses, claires et pragmatiques, bien loin du « dogmatisme » parfois reproché aux écologistes.
Commander maintenant
nucléaire = cauchemar

Après FUKUSHIMA, on a pu lire :

“On va vérifier les centrales”. “Toutes les centrales vont être controlées”.
“Les centrales nucléaires européennes vont subir des tests de stress”
Nous voici rassurés…
Nathalie Kiosuczko Moriset encore : “Il pourrait y avoir des retombées radioactives dans l’hémisphère nord et en petite partie en France, mais sans risque sanitaire”.
L’idée que les radionucléides vont retomber dans un “quelque part” qui serait surtout “ailleurs” n’est pas nouvelle.
En réalité ils peuvent retomber dans votre tasse de thé vert, dans votre bol de riz, dans votre cabillaud surgelé de l’Alaska acheté au coin de la rue, dans votre petit crème, dans votre bière (oubliez la Kirin et les restaurants japonais pour 24 000 ans), dans votre Tshirt en coton, enfin partout…
Il convientde faire confiance aux techniciens de l’atome.

A tous les niveaux: sûreté des centrales, radioprotection, gestion des déchets radioactifs à vie longue, etc.
Ainsi, depuis ses origines, le droit nucléaire français n’est pas autre chose qu’une codification de la confiance que l’on nous impose de faire aux techniciens de l’atome et aux savants. Pour cette nucléocratie, l’atome est affaire de technique, pas de démocratie.
Une autre évolution à prendre en compte.
Le processus continu et croissant de privatisation. Certes, EDF et Areva sont deux sociétés – encore – détenues par une majorité de capitaux publics, mais les nombreux sous-traitants auxquels elles recourent sont, eux, privés et emploient souvent des personnels intérimaires chargés de la décontamination et de la maintenance des sites.
Des intérimaires qu’il suffit de changer quand ils tombent malades…
Ces personnels connaissent une forte rotation et sont devenus les “nomades” du nucléaire.

Les “bagnards” du nucléaire par LEXPRESS

Déchets, le cauchemar du nucléaire

centrales nucléaires
Les tests de résistance nucléaires menés par l’Union européenne ont révélé des défaillances de sûreté, d’incidence variable, dans l’ensemble des centrales nucléaires françaises.
Ce sont les principales conclusions d’un rapport du commissaire européen à l’énergie Günther Oettinger qui doit être présenté à la Commission mercredi 3 octobre, avant d’être dévoilé au public, jeudi, à Bruxelles.

Ce document de travail, qu’a pu consulter une partie de la presse, recense les “stress tests” menés depuis un an sur les 134 réacteurs du parc européen, répartis sur 68 sites dans 14 pays, pour tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima en mars 2011. “Nos contrôles de sécurité ont été stricts, sérieux et menés en toute transparence. Ils ont permis de révéler ce qui allait bien et là où il fallait apporter des améliorations, a déclaré Günther Oettinger. En général, la situation est satisfaisante, mais nous ne devons avoir aucune complaisance.”

Aucune fermeture de réacteur ne serait demandée, mais les investissements nécessaires à la sûreté des centrales européennes atteindraient entre 10 milliards et 25 milliards d’euros.
Soit entre 30 millions et 200 millions d’euros par réacteur.
Cette évaluation des coûts n’est pas une surprise. Philippe Jamet, représentant français du Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG), qui a mené les tests, avait chiffré en juin entre 100 et 200 millions d’euros par réacteur le coûts des investissements pour la France.

LA FRANCE CIBLÉE
Avec 19 centrales et 58 réacteurs, l’Hexagone est particulièrement ciblée par les critiques.
Sur les 11 points identifiés comme des défaillances ou des manques, la totalité des centrales sont en défaut sur cinq à sept points.

De manière générale, il est rappelé que les équipements de secours, comme les groupes électrogènes, ne sont pas assez protégés contre les séismes ou les inondations, contrairement aux réacteurs britanniques, allemands ou belges.
Les centrales de l’Hexagone manquent par ailleurs d’instruments de mesure sismique adaptés aux exigences post-Fukushima.
Ces carences avaient déjà été pointées par l’Autorité de sûreté nucléaire française dans son long rapport publié en juin et imposant des milliers de prescriptions aux exploitants.

Lire : Nucléaire : les injonctions de l’ASN pour améliorer la sûreté du parc français

Néanmoins, la centrale de Fessenheim, que François Hollande s’est engagé à fermer en 2016, “présente moins de mauvais points dans le tableau récapitulatif du document européen. Un exemple : les procédures prévues en cas d’accident grave sont jugées insuffisantes à Chooz et Cattenom, mais adéquates [dans la centrale alsacienne]”. Toutes les centrales françaises sont toutefois équipées de recombineurs d’hydrogène, un équipement qui permet de prévenir des explosions d’hydrogène et qui fait défaut dans les 10 centrales du Royaume-Uni et cinq des six centrales espagnoles.

TENSIONS ENTRE PARIS ET BRUXELLES

Ces recommandations doivent être soumises aux dirigeants de l’UE lors du sommet des 18 et 19 octobre à Bruxelles. Avec l’ambition que les travaux de renforcement de la sûreté des sites européens soient effectués, au plus tard, d’ici à 2015.

“D’ores et déjà, le ton monte entre Paris et Bruxelles. Le commissaire en charge de l’énergie et Delphine Batho, la ministre de l’écologie et de l’énergie, ont eu un entretien houleux sur le sujet, lundi 1er octobre, à Paris. M. Oettinger s’est aussi entretenu avec Henri Proglio, le PDG d’EDF, le principal exploitant de centrales en France, livre Philippe Ricard, correspondant à Bruxelles, dans un article du Monde daté de mercredi 3 octobre.
Les autorités françaises ont cherché, ces derniers jours, à atténuer la portée des conclusions préparées par les services de M. Oettinger. A Paris, on se méfie de toute tentative de centralisation par l’Europe de la régulation du secteur nucléaire.”

Le Monde planète.fr du mercredi 3/10/2012

NUCLEAIRE, PAR ICI LA SORTIE …
Le Japon a annoncé vendredi son intention de sortir complètement du nucléaire dans les années 2030, ce qui constitue un revirement par rapport à la politique définie avant la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Vendredi 14 septembre

TOKYO (Reuters) - Le Japon a annoncé vendredi son intention de sortir complètement du nucléaire dans les années 2030, ce qui constitue un revirement par rapport à la politique définie avant la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Parallèlement à l’abandon progressif du nucléaire, le Japon compte porter à 30% la part des énergies renouvelables dans son approvisionnement énergétique. Il demeurera en revanche dans un avenir proche l’un des principaux importateurs de pétrole, de charbon et de gaz au monde.

Cette nouvelle stratégie comporte un volet sur la réduction de la consommation d’énergie, qui devra baisser d’au moins 10% par rapport à ses niveaux de 2010, notamment par le biais d’une meilleure efficacité énergétique.

Tiraillé entre les pressions des milieux d’affaires en faveur du maintien de l’atome et l’hostilité croissante au nucléaire dans la population, le gouvernement de Yoshihiko Noda a décidé de limiter à 40 ans la durée de vie de ses réacteurs.

Le Japon rejoint ainsi l’Allemagne ou encore la Suisse parmi les pays ayant choisi de tourner le dos à l’énergie nucléaire à la suite de la catastrophe de Fukushima-Daiichi, la plus grave dans le domaine nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986.

global chance Cette association de scientifiques propose une expertise indépendante sur les thèmes de l’énergie et des gaz à effet de serre.

Lire les cahiers de “Global chance” :

Cette association de scientifiques propose une expertise indépendante sur les thèmes de l’énergie et des gaz à effet de serre.

Sûreté nucléaire en France post-Fukushima

Analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima

Experts indépendants, Arjun Makhijani et Yves Marignac exposent les limites des “stress-tests” d’EDF dans un rapport rendu public par Greenpeace le 20 février 2012. Ils soulignent la fragilité d’un parc nucléaire vieillissant, les vulnérabilités du projet de réacteur EPR ainsi que les points faibles de l’usine de La Hague. Leur conclusion est des plus préoccupante : « à la lumière de Fukushima, plusieurs scénarios d’accident majeur doivent être considérés comme plausibles [en France] ».
Après avoir formulé une série complète de recommandations détaillées, ils appellent donc à « élargir le cercle de l’expertise de ces dossiers » afin « de faire émerger et de mettre en débat une approche plus complète pour définir des nouvelles exigences de sûreté et leurs conditions de mise en œuvre. »
Lire la suite

Retrait du dispositif policier à NDDL : une bonne nouvelle
La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé ce samedi 20 avril la fin du dispositif policier exceptionnel mis en place aux abords de la zone du projet de nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes.
Europe Ecologie Les Verts salue ce signe d’apaisement donné par les pouvoirs publics, tout en réaffirmant son opposition au projet d’aéroport.
Cette « nouvelle configuration » de la présence des forces de l’ordre est évidemment une bonne nouvelle, estime EELV : pour la mobilisation sur place et plus globalement pour le débat démocratique qu’a accepté le gouvernement notamment via la Commission de Dialogue.
Après la remise des différents rapports des 3 commissions le 9 avril, il était en effet important que le gouvernement sache donner des signes d’apaisement suite aux heurts et violences qui ont eu lieu ces derniers mois, et encore tout récemment.
Souhaitant que la logique de retrait du dispositif policier soit pérennisée, et réaffirmant naturellement son opposition déterminée à la création d’un aéroport à Notre-Dame des Landes, EELV estime qu’un climat de sérénité, dans la durée, est nécessaire à la réalisation des études et au suivi des recommandations prescrits par les différents rapports.
Elise LOWY, Jean-Philippe MAGNEN, Porte-parole

notre dame des landes ne plus investir dans les avions

Notre-Dame-des-Landes : un pilote annonce un fiasco pour le futur aéroport Par Thierry Masson (7 janvier 2013)
Thierry Masson, officier pilote de ligne, explique dans une lettre ouverte à François Hollande, les sérieux doutes de sa profession vis-à-vis des choix techniques et stratégiques du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce projet tel qu’il est pensé démontre une méconnaissance significative du fonctionnement d’un aéroport, estime-t-il, alors que toutes les compagnies aériennes européennes anticipent une baisse du trafic.

Source : http://www.bastamag.net/article2866.html

LIRE LA LETTRE OUVERTE, vous verrez qu’elle reprend de nombreux arguments déjà cités dans l’article précédent par EELV.

EELV05 s’oppose aéroport notre dame des landes

Notre-Dame-des-Landes : les opposants gagnent un répit d’un an et demi
La Cour de cassation vient d’accorder un délai d’au moins 18 mois aux opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une heureuse surprise pour les défenseurs du bocage.

Lire l’article complet sur Politis.fr

Le fol aéroport
Isabelle Autissier, présidente de l’ONG environnementale WWF France, et les députés européens Corinne Lepage et Daniel Cohn-Bendit demandent l’organisation d’un référendum régional sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans une tribune publiée vendredi 4 janvier 2013 dans Libération.
Les signataires estiment que ce projet controversé “échappe de plus en plus au débat argumenté” et s’inquiètent que “ce désaccord réel puisse basculer à tout moment dans l’irréparable”. “Dans une période de mutation et d’incertitudes, les projets structurants nécessitant des budgets publics d’envergure ne peuvent se développer sans un fort consensus de l’ensemble du corps social”, écrivent-ils.

Aussi, ils proposent un référendum en 2013, “année sans élection”, qui concernerait “l’ensemble de la population de la région Pays-de-Loire”. “Ce projet de trente ans recueille l’assentiment de la très grande majorité des corps institutionnels et d’une large partie de la société convaincue de la nécessité économique et sociale de cet investissement”, soulignent les signataires. Mais, poursuivent-ils, “il suscite l’opposition de plus en plus vive de ceux qui parlent au nom des générations futures, qui s’inquiètent du manque de réalisme économique de ce projet (…) qui veulent sauvegarder un écosystème local de grande importance”.

Selon eux, le référendum “devrait permettre la transparence du débat et la présentation des arguments et des scénarios” des parties prenantes. “Le vote aura alors une légitimité indiscutable permettant de sortir d’une confrontation stérile et de dessiner l’avenir”, argumentent les auteurs de la tribune.

La mobilisation sur NDD, ne lâchons rien : continuez, et participez au site nddl.eelv.fr

Participez. Tout simplement en envoyant les photos de mobilisations, textes, videos : écrivez à nddl@eelv.fr

L4ABUS DE TRANSPORT AERIEN NUIT GRAVEMENT AU CLIMAT

les ecologistes veulent sauvegarder un écosystème local de grande importance

aeroport nantes atlantique

aeroport de notre dame es landes sa place est au musée greenpeace

NDDL repression sans precedent

les elus eelv mobilises pour notre dame des landes

Eva joly et jose bove à notre dame des landes

NON Notre Dame des Landes ce n’est pas plié !!!
Sortir des vraies-fausses idées sur Notre-Dame-des-Landes

Il n’y a plus aucun recours juridique permettant d’arrêter le projet FAUX
Cinq procédures juridiques sont actuellement en cours et une sixième sera déposée si les travaux devaient commencer. Sur ces six procédures, trois peuvent clairement stopper le projet :

  1. Le recours devant le Conseil d’État contre le refus du Premier Ministre d’abroger la Déclaration d’utilité publique (DUP)
  2. La saisine de la Commission des pétitions du Parlement européen pour « nonrespect des directives européennes »
  3. Un recours sera également déposé sur le respect de la loi sur l’eau si le Préfet prend un arrêté autorisant les travaux et la destruction des zones humides.
    L’aéroport de Nantes-Atlantique est saturé FAUX
    Aujourd’hui le seuil de saturation de l’aéroport de Nantes-Atlantique est évalué à 4 millions de passagers et à 110 000 mouvements par an (nombre d’atterrissages et décollages des avions).
    En 2011, il y a eu 45 494 mouvements et 3,25 millions de passagers. L’aéroport est donc encore loin d’être saturé.
    Et à l’horizon 2020 ? Les estimations des promoteurs du projet (saturation dès 2019) ignorent des données fondamentales telles que la raréfaction du pétrole, la concurrence du TGV Rennes-Paris, la montée inéluctable de politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre et se basent sur des hypothèses de croissance économique comprises entre 1,9% et 2,4%. Le spectre de la saturation cher aux promoteurs du projet s’éloigne dès qu’on étudie attentivement les estimations. L’aéroport de Nantes-Atlantique est tout à fait adapté aux évolutions réalistes prévisibles.

Nantes-Atlantique est techniquement dépassé et ne peut être modernisé FAUX
Les possibilités d’agrandissement et de modernisation de Nantes-Atlantique ont été dès le départ ignorées par les promoteurs du projet. Pourtant l’étude du cabinet CE-Delft conclut que l’opération serait préférable et moins coûteuse : agrandissements de l’aérogare et des parkings, piste transversale, modernisation de la voie ferrée existante…
Le coût global de ce scénario est estimé au total entre 106 à 158 millions d’euros et serait suffisant pour répondre aux besoins futurs de Nantes-Atlantique.

Le survol de Nantes créé des nuisances sonores VRAI et FAUX
VRAI L’aéroport actuel est proche du centre de Nantes et le nombre de personnes touchées par les nuisances sonores est supérieur à l’hypothèse d’un aéroport à Notre-Dame des- Landes.
FAUX Le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) sur lequel est basée l’enquête publique date de 2004 et passe sous silence les solutions alternatives. Aujourd’hui les avions sont de moins en moins bruyants, et cette étude ignore complètement la possibilité de plans d’atterrissages différents (solution proposée par des collectifs de pilotes) ainsi que la création d’une nouvelle piste évitant le survol de Nantes.

Le survol de Nantes est dangereux FAUX
Nantes Atlantique est classé en catégorie A, c’est à dire « aéroport ne demandant pas d’attention particulière » (classification de la Direction générale de l’Aviation civile). La DGAC a même reconnu que « l’urbanisme aux alentours est comparable à celui de Roissy Charles de Gaulle ».
Cet argument régulièrement brandi par les promoteurs du projet n’est pas crédible et impliquerait la fermeture ou le transfert de nombreux autres aéroports.

Un investissement raisonnable et maitrisé pour les collectivités locales FAUX
Le coût annoncé – 565 millions d’euros HT – est largement sous-estimé. Le chiffre de 3 milliards d’euros est avancé par le CeDpa et Le Canard Enchainé évoque même un total de 4 milliards d’euros incluant les dessertes ferroviaires et routières.
Le cabinet CE-Delft souligne également que l’analyse coûts / bénéfices sur lesquels s’appuie la déclaration d’utilité publique omet de nombreuses données et en exagère d’autres.
L’analyse justifiant le projet retient ainsi une valeur de 98€ équivalent temps de transport économisé, là où le Comité directeur des transports suggère de retenir une valeur de 20€ soit un écart de 1 à 5. Egalement, l’hypothèse retenue du nombre attendu de passagers est très optimiste. De plus, les probables dépassements de coûts, inhérents à ce type de chantiers sont quant à eux oubliés.
Ainsi, le déficit global (calcul coûts / bénéfices) pour la collectivité pourrait être de 90 millions d’euros – contrairement à l’annonce de gains attendus entre 500 et 600 millions d’euros.

Le projet va créer de l’emploi TOTALEMENT INCERTAIN

Vinci annonce 4000 « équivalents temps plein » sur 7 ans. En réalité, on n’a jamais démontré l’effet d’entrainement sur l’emploi de telles infrastructures sauf pendant la période de construction. Le potentiel d’emplois créés se limiteraient pour les 3 années de construction, à 400 à 500 emplois et nettement moins pour les années suivantes.
De plus, pour le Sud-Loire, les pertes d’emplois générées par Nantes-Atlantique se chiffrent entre 1850 et 2130 (étude menée en 2011 par l’Etat). Difficile de prédire combien d’emplois seraient donc transférés, ni quelles seraient les pertes exactes.
Dès lors, les 4000 emplois annoncés par Vinci sont tout autant hypothétiques et exagérés.

NDDL : « une infrastructure qui va profiter à l’environnement » Bruno Le Roux FAUX
Source : Tous Politiques – France Inter – 18/11/12
Ce projet est contraire aux orientations du Grenelle de l’environnement Il a été classé comme l’un des principaux projets « grenello-incompatibles » par toutes les grandes associations environnementales (Les Amis de la Terre, Greenpeace, WWF…).
La loi Grenelle I stipule que toutes les alternatives doivent être examinées avant tout projet de nouvelles infrastructures. Aujourd’hui, l’alternative du réaménagement de Nantes Atlantique n’a jamais été sérieusement étudiée.
Ce projet est contraire à l’objectif de lutte contre l’artificialisation des sols, réaffirmé par le Premier Ministre et le Président de la République lors de la conférence environnementale :
La construction de l’aéroport aurait pour conséquence de bétonner 1665 hectares, soit environ la superficie des 11e, 20e et 19e arrondissements de Paris réunis ou un peu moins de la moitié de la taille de Lille (3483 hectares)
Sur la période 2006-2009, 259 000 hectares ont été artificialisés en France. L’équivalent de la surface d’un département tous les sept ans. Environ 90 % d’entre eux sont des sols agricoles de qualité. Comme l’a affirmé Jean-Marc Ayrault lors de son discours de clôture de la conférence environnementale « le Gouvernement souhaite mettre un frein au niveau national à l’artificialisation nette des espaces agricoles et naturels.»
Le débat public a eu lieu VRAI ET FAUX
VRAI Il y a eu un débat public en 2003 et une enquête publique débouchant sur une déclaration d’utilité publique en 2008.
FAUX Dès le début, l’absence d’un véritable débat contradictoire s’est fait sentir. Lors de l’enquête publique, 80% des contributions étaient opposées au projet et pourtant, aucune alternative n’a été sérieusement étudiée.
Face à ce manque, des élus ont financé une seconde étude, mais les promoteurs n’ont jamais accepté d’étudier le dossier ni de revoir leur projet.

C’est un nouvel aéroport, pas un transfert VRAI
L’argument du « transfert » d’aéroport a été beaucoup rebattu et pourtant, tout montre le contraire.
L’entreprise Airbus installée à Nantes-Atlantique et qui emploie 2000 personnes a clairement fait savoir qu’elle ne souhaitait pas déménager. Mais surtout, l’entreprise veut garder la piste, essentielle pour acheminer ses pièces d’avions vers ses autres sites. Pourtant c’est uniquement parce que c’était un transfert et non un nouvel aéroport que le projet a été validé malgré les réserves exposés lors du Grenelle de l’Environnement.

Source :
http://paca.eelv.fr/sortir-des-vraies-fausses-idees-sur-notre-dame-des-landes/

Vous pouvez télécharger l’argumentaire ici

OGM :
Donnez votre avis c’est primordial
Le Commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, a lancé mardi une offensive contre les OGM avec l’ouverture d’une consultation pour demander aux Européens s’ils veulent le développement d’une agriculture biologique.
Les 500 millions de consommateurs de l’UE sont invités à se prononcer sur un questionnaire mis en ligne par la
Direction générale Agriculture et développement rural à l’adresse suivante:
http://ec.europa.eu/agriculture/consultations/organic/2013_fr.htm
Plus de détails sur notre blog : europe-ecologie-les-verts-05.blogspot.fr

Ça bouge en commission Européenne
La Commission européenne a démenti, mardi 22 janvier, tout gel du processus d’autorisation de culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) jusqu’à la fin de son mandat, en 2014, corrigeant ainsi une information de l’Agence France-Presse (AFP) reprise par de nombreux médias.
Lire l’article sur Le Monde.fr planète

oui au bio dans ma cantine

AGRICULTURE ALIMENTATION ET CANTINE BIO

Expression Directe (5 min) par EuropeEcologie

L’actualité sur les pesticides appelle à un changement de modèle agricole.
La dangerosité des pesticides dûment reconnue.

Entre les trois avis défavorables émis par l’EFSA (Agence européenne de sécurité des aliments) le 16 janvier et le débat du 23 janvier au Sénat sur rapport de la mission commune d’information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l’environnement sortie le 10 octobre dernier, la question de la dangerosité des pesticides à tous les niveaux est enfin dûment reconnue.

Pour les élu-e-s régionaux écologistes de Provence Alpes Côte d’Azur, cette actualité doit se traduire dans des mesures d’urgence mais aussi l’accompagnement dynamique du changement de modèle agricole.

Les avis de l’EFSA et le rapport de la mission commune d’information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l’environnement doivent nous interroger en profondeur sur les conséquences de l’utilisation massive de pesticides sur la santé des paysans et des consommateurs, mais aussi leur impact sur la biodiversité.

Arrêtons le financement d’un modèle agricole qui nous rend malade

Alors qu’en juillet dernier, un décret reconnaissait enfin la maladie de Parkinson comme une maladie professionnelle et que le taux plus élevé de cancers dans la profession agricole n’est pas contesté, nous continuons de financer sans infléchissement un modèle agricole qui nous rend malade.
La nouvelle PAC doit sérieusement prendre en compte notre santé

A l’heure où nous entrons dans la dernière ligne droite des négociations autour de la PAC (Politique Agricole Commune), le rapport d’information débattu au Sénat va plus loin en préconisant notamment un renforcement du plan Ecophyto 2018 qui prévoit de réduire de 50% la quantité de pesticides utilisés en France et un meilleur contrôle des obtentions d’autorisation de mise sur le marché. Mais il devrait avant tout inspirer nos représentants dans les instances de l’Union européenne pour que la nouvelle PAC prenne sérieusement en compte notre santé et celle de nos écosystèmes.

Objectif de 30% d’agriculture biologique en PACA d’ici 2020, grâce aux écologistes.

Dans notre Région, première de France pour ses surfaces cultivées en agriculture biologique (le taux de pénétration de 10,5 % de la Surface Agricole) ; nous avons fait voter en 2011 un amendement permettant d’introduire l’objectif de 30% d’agriculture biologique en PACA d’ici 2020. « zéro phyto » en PACA

Par ailleurs, nous avons également fait voter en juin 2011 une motion puis, en octobre 2012, une délibération « Zéro phyto » , hors domaine agricole, pour les communes qui souhaitent développer une telle démarche.

Un dispositif régional d’appui se met en place qui soutient, valorise et accompagne financièrement les collectivités qui souhaitent aller vers le zéro Phyto et s’engagent ainsi dans une charte régionale dans l’entretien et l’aménagement des espaces publics (Voierie, terrains de sport, cours d’école, espaces verts, cimetières, zones d’activités,…), avec notamment des créations de postes d’animateur de démarche « zéro phyto » dans le cadre du Contrat régional pour l’Emploi et une Economie Responsable (CREER).

Pour consulter les documents en question :
http://paca.elus-ecologistes.fr/communiques/nos-communiques-2013/8178-dangerosite-des-pesticides-dument-reconnue-30-jv/

La priorité aujourd’hui doit être la promotion des systèmes agraires sans pesticides ainsi qu’aux programmes de recherche qui les consolident, afin de sortir l’agriculture de cette dépendance vis-à-vis des pesticides chimiques.

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique.
Les derniers chiffres de l’Institut de recherches publiques FranceAgrimer, dépendant directement du Ministère de l’Agriculture, sont effarants : Plus de 1 000 colonies d’abeilles sont décimées en France… CHAQUE JOUR
En seulement 6 ans, le nombre d’apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % ! Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d’après France Agrimer 1.

C’est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre.
La majeure partie de ce que nous cultivons aujourd’hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis, mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol…
Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer.
Nous avons une occasion unique de stopper la disparition dramatique de millions d’abeilles, mais tout repose sur votre député.
Demandez-lui dès maintenant de signer la proposition parlementaire contre les insecticides tueurs d’abeilles.Pour préserver les pollinisateurs et la biodiversité.
Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer .
Sans elles, c’est l’alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d’espèces d’insectes, d’oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir.
Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd’hui clairement identifié et dénoncé par plus d’une quarantaine d’études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans.
Il s’agit d’un groupe d’insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes.
Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera, elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu’ils soient.

Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l’apparition de ces nouveaux pesticides sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d’abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits.
Les preuves à charge contre ces pesticides ultra-nocifs sont accablantes, et pourtant…
Sous la pression des grands groupes agrochimiques, Bayer, Syngenta, Dow Chemical ou Monsanto, ils continuent à être autorisés, commercialisés et utilisés massivement dans les champs, - tuant ainsi des millions d’abeilles chaque année.

C’est pour couper court à cette situation dramatique que la députée Laurence Abeille (la bien-nommée !) a déposé une proposition de résolution pour interdire immédiatement les pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles.
Si cette résolution était adoptée par l’Assemblée Nationale, des millions d’abeilles seraient sauvées, permettant ainsi la préservation de l’écosystème et de l’alimentation des générations futures.
Plusieurs de ses collègues soutiennent déjà l’initiative de Laurence Abeille, mais si nous ne faisons pas immédiatement et massivement pression sur les députés pour qu’ils co-signent cette proposition, elle sera rejetée.

De leur côté, les lobbys de l’industrie des pesticides sentent l’étau se resserrer. Et ils font des pieds et des mains pour que leurs produits continuent à être vendus : ils brandissent de pseudos arguments scientifiques pour prouver qu’on n’a pas d’autre choix que d’utiliser leurs poisons, ils prédisent des licenciements massifs si leurs produits étaient interdits…

Pour peser dans la balance face aux multinationales agrochimiques, la mobilisation doit être massive. Il faut que chaque député reçoive des milliers de messages provenant de citoyens électeurs de sa circonscription.

Nous devons donner le plus d’ampleur possible à cette action primordiale (ce n’est pas tous les jours qu’une députée se positionne aussi franchement dans le combat pour sauver les abeilles !). amis pour qu’ils interpellent eux aussi leur député. Seule une mobilisation massive des citoyens pourra décider les députés de tous bords politiques à cosigner cette proposition de résolution.

POUR ALLER PLUS LOIN : “Le titanic apicole”

Une trilogie en DVD

  1. La Terreur Pesticide
  2. Planète Terre: Désert d’Abeilles ?
  3. Abeilles: du bétail à miel dans les enclos des colonies humaines ?

Un film-documentaire d’Amanda Guillet et de Dominique Guillet (Kokopelli) en 3 DVD sur la disparition des Abeilles, la terreur-pesticide, la désertification, les chimères génétiques, les nécro-carburants, l’apiculture productiviste… en bref, l’empoisonnement des abeilles, de l’humanité et de toute la biosphère.
Ce film documentaire en 3 DVD, réalisé par Ananda Guillet et Dominique Guillet, est un cri d’alarme. Que deviendrait l’humanité sans les Abeilles? Qu’adviendrait-il de son agriculture?

En vente ici sur le site des Editions du Souffle d’ Or

A VOIR : confiscation du vivant après les semences les abeilles…

europe ecologie les verts national communiqué

Communiqué de presse du 2 septembre 2012

L’association Kokopelli a été condamnée par le Tribunal de Grande Instance de Nancy et la Cour de Justice de l’Union Européenne, pour concurrence déloyale vis-à-vis de l’entreprise Graines Baumaux.

EELV partage les objectifs de cette association, qui visent à préserver la biodiversité semencière en distribuant des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique et en conservant une collection unique de plus de 2200 variétés de plantes potagères, céréalières, médicinales, condimentaires et ornementales.

EELV regrette la condamnation de Kokopelli et s’inquiète des conséquences induites par l’obligation qui lui est faite de payer à l’entreprise Graines Baumaux 100 000 € de dommages-intérêts. EELV soutient la ville de Grigny et son maire René Balme, qui a choisi la désobéissance pour exprimer son soutien à l’association, en achetant des graines interdites à Kokopelli, lesquelles seront distribuées le 29 septembre à la population et aux participants du Colloque sur la désobéissance, co-organisé avec Paul Ariès, directeur du Sarkophage.

EELV appelle à protéger le patrimoine semencier comme bien commun et élément essentiel de l’autonomie alimentaire et à renoncer à la privatisation du vivant.
Elise LOWY, Porte-parole

uregne ecologique et faim dans le monde

L’UE va garantir financièrement Monsanto. Et avec l’appui de l’ONU (FAO) étendre son modèle sur l’alimentation mondiale !!
Ici Monsanto nous en décline un exemple scandaleux à souhait, en s’adressant aux fonds publics de l’Union européenne, pour couvrir à hauteur de 40 millions de dollars US, ses pertes éventuelles… En Bulgarie, Hongrie, Serbie et Ukraine. Mais aussi Turquie et… Russie.
Mais l’ironie et le scandale sous-jacent monte encore d’un cran, quand on découvre, qu’il cherche à se couvrir vis-à-vis de refus à venir d’exploitants agricoles à honorer l’achat de ses produits mortifères… Mais cela va même plus loin. Trop loin…
Et là le scandale atteint son paroxysme, car il y a une toute autre dimension à tout cela. En effet, au-delà de ce point de départ où l’UE va financer Monsanto sur ses pertes à venir… La suite s’écrit déjà à l’ONU via la F.A.O.
Le lien vers le site
ecologie journées de l’laimenation à forcalquier
Les journées de l’alimentation bio à Forcalquier
C’était les 19 et 20 octobre à Forcalquier et nous y étions…
Sophie et Thierry , Marie-Hélène et Bernard ,Daniel, Dominique et Bernard…
avec 400 autres personnes

Nous étions plus de 400 de tous les horizons (agriculteurs, éleveurs, enseignants, professionnels de santé, employés, retraités, etc…) et de diverses régions à nous être déplacés pour assister aux rencontres de l’alimentation bio, le panel invité par l’organisateur Philippe Courbon avait de quoi en allécher plus d’un, dans un enthousiasme grandissant les 2 jours ont défilé avec bonheur pour tous les amoureux de la terre, les défenseurs d’une agriculture respectueuse et les fous d’humanisme.
Qui n’ a pas entendu parlé de Pierre Rabhi, de Christian Velot, de Jean-Marie Pelt? Iils étaient tous là et bien plus encore, venez découvrir leurs propos dans notre compte-rendu avec en cadeau l’intervention d’un Christian Velot en très grande forme!!!

Le compte-rendu

L’intervention de Christian Velot

europe ecologie etude seralini

Salaud de rats qui attrapent des tumeurs tout seuls pour faire de la peine à Monsanto…

Un article du professeur Jacquard sur l’étude du professeur Seralini “explications sur le comment désinformer la population et soutenir les lobbies”

Les négationnistes du désastre transgénique

Politis, 27 septembre 2012.

L’équipe dirigée par Gilles-Eric Seralini, a lancé le 18 septembre un énorme pétard scientifique dans la revue Food and Chemical Toxicology et la presse a largement répercuté le contenu et la portée de cette publication. En bref, des rats nourris pendant 2 ans avec du maïs transgénique (NK 603 de Monsanto, tolérant à l’herbicide Round-Up) présentent rapidement des désordres métaboliques (déjà montrés par la même équipe dans des études courtes), puis des tumeurs et la mort prématurée, non décelées dans les études classiques de 3 mois seulement.

Dés le lendemain les ministres de l’Agriculture, de la Santé et de l’Ecologie saisissent les instances d’évaluation françaises et européenne. Remarquons que l’instance d’autorisation européenne (EFSA) a été dénoncée récemment pour des conflits d’intérêts liant certains de ses membres à l’industrie et que, sous son influence, la Commission européenne discute actuellement de l’assouplissement des procédures d’évaluation des PGM, particulièrement en supprimant les études toxicologiques…

Les résultats de l’équipe de Caen avaient été soigneusement tenus secrets pour éviter que des pressions sur la revue entraînent l’annulation de la publication, une mésaventure arrivée à d’autres…
Mais, dès la parution, et comme à chaque fois que l’industrie des plantes transgéniques (PGM) est menacée, des chercheurs du monde entier commentent sévèrement l’étude.
Entre autre par le canal du Science Media Center de Londres, une officine financée par l’industrie biotechnologique et dont l’agence Reuters reprend illico les contenus (Bastamag, 21 septembre).
Déjà les travaux publiés en 2007-2008 par l’équipe française avaient été critiqués, souvent par ces mêmes experts . Ils avançaient pêle-mêle : ces chercheurs ne sont pas neutres (seuls les partisans acharnés des PGM seraient neutres), la revue qui les publie est médiocre (cette fois l’argument n’est pas tenable), les travaux ont été financés par la grande distribution(seuls les marchands de PGM seraient habilités à aider les laboratoires) , il n’y a « pas de signification toxicologique des variations observées » (mais, en 2012, les rats meurent…), les rats témoins meurent aussi (oui, comme tout le monde… mais au moins un an après le premier rat nourri avec le maïs GM), les résultats différent selon le sexe des rats (logique quand la sphère hormonale est concernée) mais pas selon la dose du toxique (l’effet des faibles doses est désormais reconnu)…

Ces critiques sont impulsées ou relayées en France par des associations ad hoc (1), lesquelles sont à l’origine de fortes restrictions sur l’activité du laboratoire de G E Seralini.
Pour ce dernier article, on s’inquiète aussi de la jeunesse de la plupart des coauteurs (seuls les vieux dominants seraient compétents), du faible nombre d’animaux par groupe (mais ça coûte déjà 3,2 millions d’euros…), du lieu de la recherche :« Est-ce l’université ou dans un laboratoire privé ? » demande le toxicologue Gérard Pascal, soulignant ainsi la carence des institutions pour réaliser de tels travaux .
Marc Fellous, ancien président de la Commission du génie biomoléculaire et condamné en 2011 pour diffammation envers Seralini, est “surpris de ce show”, et assure, sans donner de référence, que des études similaires mais rassurantes existent. Pas téméraire il lâche “nos collègues Américains parlent de faux”… Finalement, Gérard Pascal explose : “il faut nommer une commission d’enquête …récupérer les cahiers de manip…”. Pourquoi pas? l’équipe en est d’accord, mais il n’y eut jamais d’exigence semblable pour les articles prétendant démontrer l’inocuité des PGM. La philosophie officielle est bien celle des multinationales: les PGM ne présentent aucun risque et la charge de la preuve incombe donc à ceux qui prétendent le contraire.
Le succès de cette offensive tous azimuts est immédiat.
Ainsi l’affirmation « Oui, les OGM sont des poisons ! » (Le nouvel Obs 19 février) laisse place, dés le lendemain, à « la supposée dangerosité des OGM » (France inter) ou au questionnement :« Une étude au dessus de tout soupçon ? » (Le Point).
Tout travail scientifique est critiquable mais la stratégie du lobby pro PGM (plante génatiquement modifiée) a pour but de créer le doute, comme il était arrivé pour nier les risques de l’amiante ou du tabac ce qui a permis la tolérance de ces poisons pendant des dizaines d’années.
Combien de temps faudra t-il pour que les risques sanitaires et environnementaux des PGM soient reconnus ? Plusieurs années (et plusieurs millions d’euros) seront nécessaires pour valider les travaux de l’équipe Seralini, un délai suffisant pour aggraver la situation. La carence du dispositif sanitaire européen est criante, il est urgent de créer une Haute autorité de l’expertise et de l’alerte (2) afin de définir et faire respecter les règles de l’évaluation et de protéger les lanceurs d’alerte, tel G E Seralini.
Mais puisque les PGM provoquent d’autres nuisances indiscutables (choix de société, modèle agricole, impact des brevets,…) pourquoi devrait-on attendre une démonstration imparable de leur nocivité sanitaire pour interdire la dissémination de plantes qui ne présentent aucun avantage pour les consommateurs ?

(1) Ainsi l’Association française pour l’information scientifique (AFIS) où on trouve M Fellous ou G Pascal, l’Association française pour les biotechnologies végétales (AFBV) où on retrouve les mêmes en compagnie d’experts en OGM comme Guy Sorman ou Claude Allègre…, et les sites internet qui leur sont liés: pseudosciences ou Imposteurs.
(2) HAEA, proposée par la FSC : FSC Projet de loi pour la déontologie de l’expertise et la protection des lanceurs d’alerte

Un article du docteur Joël Spirou, co auteur du rapport avec Gille Eric Séralini dans le nouvel obs.fr:
OGM : 9 critiques et 9 réponses sur l’étude de Séralini

Un article sur Basta mag
L’offensive de Monsanto pour décrédibiliser l’étude sur les OGM

ecologie tous cobayes avec les OGM

Donc il ne nous reste plus qu’

A aller sur le site de l’association Sciences citoyennes

A lire la lettre de soutien, à l’ envoyer à nos pouvoirs publics et à la faire circuler

A lire la lettre de soutien des organisations et collectifs pour les respect de la terre

TOUS COBAYES : urgence santé-environnement

Samedi j’ai rencontré à Forcalquier le professeur Gilles Eric Seralini.
Oui, le professeur qui fait la une de l’actualité avec le rendu de son de LA étude « in vivo » sur la toxicité de l’herbicide Roundup sous sa formule commerciale. Les attaques dont il fait l’objet personnellement, ainsi que le travail de toute son équipe sont parfaitement bien orchestrèes par les multinationales, les agences et les experts soi disant indépendants mais dont les conflits d’intérêts sont flagrants on dit d’ailleurs “flagrant délit”.
Le professeur Seralini n’attend rien de l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments).

Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués pour leurs impacts sur la santé plus longuement et complètement que les agences sanitaires, les gouvernements, les industriels et d’autres chercheurs ne l’ont jamais fait. Les résultats sont alarmants.

Les OGM et le Round up viennent d’être analyser scientifiquement pendant 2 ans sur une population significative de rats pour la PREMIERE FOIS.
Aucune étude de toxicologie similaire sur la vie entière de rats n’a été réalisée auparavant.
Ces poisons ont été mis sur le marché, commercialisé dans nos jardineries, mis à la large disposition de nos agriculteurs avec des études à minima dont les résultatst n’ont pas été publiés (secret industriel oblige !!!).

Alors si vous êtes comme moi incapable de savoir si cette étude est valable ou pas, si vous avez quelques doutes sur l’indépendance des experts sans pour cela tomber dans les théories du complot, (Mais quand même tant d’opacité …), il est indispensable de participer largement et à obliger nos pouvoirs publics à demander des études complémentaires et à retirer en attendant les conclusions tous ces produits toxiques que nous retrouvons tous dans nos organismes.

Attendu que l’étude de Gilles-Éric Séralini, dite «in vivo», soulève des questions pertinentes sur la toxicité chronique et non seulement aiguë et sur la toxicité des faibles doses et des mélanges, elle remet en cause les conclusions des évaluations précédentes qui se sont toutes arrêtées avant d’étudier ces questions.
Les études présentées par les firmes qui ont obtenu des autorisations de commercialisations de plantes transgéniques montrent toutes encore plus de faiblesses que celles qui sont reprochées à l’étude «in vivo».
De plus, les résultats mettent en lumière le laxisme des agences sanitaires et des industriels dans l’évaluation de ces produits.
Ces évaluations sont donc remises en cause non seulement par l’étude «in vivo», mais plus encore par les critiques à son encontre avancées par ses détracteurs.
Les conclusions des évaluations précédentes par l’ANSES sont donc à reconsidérer.
(Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement)

D’autant plus que leur évaluation a porté sur son seul principe actif (le glyphosate) et non sur les formules commerciales comprenant les adjuvants indispensables à son action effective et qui peuvent jouer un rôle important, y compris synergique.

Les autorisations précédemment données sur les OGM et sur le Roundup doivent donc être retirées en l’attente de données conformes aux standards de bonne pratique scientifique et la proposition de règlement sur les lignes directrices d’évaluation sur les OGM doit être clarifiée.

Il est temps de nous mettre debout et de dire NON aux empoisonneurs.

500 carabiniers protègent le chantier du Lyon-Turin.

Pas rien pour un chantier qui recueille tant d’avis favorables !
: Michel Destot : « L’enjeu du Lyon-Turin est aussi écologique »
“le travail manque et la construction de la ligne TAV va créer de nombreux emplois…”
François Hollande et Jean-Marc Ayrault entendent mener à bien, coûte que coûte, le chantier, inscrit comme celui de l’aéroport de Notre Dame des landes dans la politique de transport et d’aménagement du territoire.

Et pourtant comme pour Notre Dame des Landes, les arguments des opposants ne manquent pas.

La grogne monte contre la ligne ferroviaire Lyon-Turin, censée favoriser le ferroutage de part et d’autre des Alpes. Cette contestation qui s’étoffe ouvre, après l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, une nouvelle ligne de front entre les écologistes et le gouvernement.

Le projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin pourrait coûter 11 milliards d’euros au contribuable français.

Le projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin pourrait coûter 11 milliards d’euros au contribuable français.
François Hollande l’a pourtant validé malgré les nombreuses réserves de la Cour des comptes.

Il est certain que le coût maximum avoué de 12 milliards d’euros sera largement dépassé. L’exemple du tunnel sous la Manche est dans toutes les mémoires. Les lobbies des travaux publics et des banquiers minorent toujours les dépenses pour a contrario favoriser le rentabilité ; les coups de pouce sont faciles et nombreux.

Le rapport sur « la réforme ferroviaire de 1997 » a démontré que les TGV sont largement à la source de la ruine de la SNCF. Ce rapport dénonce « le lourd endettement de la SNCF induit principalement par les investissements considérables effectués pour construire et équiper les lignes nouvelles à grande vitesse ».

Le Lyon-Turin est un chantier titanesque, plus long que le tunnel sous la Manche, et très complexe compte tenu du relief et de la géologie. Aujourd’hui, seuls 10 % des marchandises traversent les Alpes entre la France et l’Italie par le rail contre 60 % en Suisse et 30 % en Autriche.

“désastres environnementaux”, et plus précisément " conflits d’intérêts et les rapports douteux" ainsi que "coûts "exorbitants " du futur tunnel.

Le député (UMP) de Savoie et maire d’Aix-les-Bains, Dominique Dord, a ainsi exprimé son doute sur “les informations officielles sur lesquelles nous fondons nos raisonnements et nos décisions”, allant jusqu’à évoquer une “suspicion de conflit d’intérêts au sein même de la commission d’enquête” publique.

Les critiques de la Cour des comptes qui confirme la position de EELV:
D’autres projets moins coûteux et plus respectueux de l’environnement ont été volontairement écartés et la Cour des Comptes, dans un document adressé au Premier Ministre Jean-Marc Ayrault le 1er Août 2012, souligne : Un pilotage insuffisant du projet.
Des coûts prévisionnels en forte augmentation.
Des prévisions de trafic revues à la baisse
Une faible rentabilité socio-économique.
Un financement non défini et incertain.

Lyon – Turin, traversées alpines : pour des infrastructures adaptées aux besoins

Communiqué de presse EELV du 30 novembre 2012
Alors que François Hollande et Mario Monti se rencontrent à Lyon, lundi 3 décembre, pour un énième sommet « décisif » sur le projet « Lyon – Turin », les représentants des mouvements écologistes français, italiens et suisses étaient réunis vendredi à Lyon pour répéter qu’ils jugent la construction d’un tunnel international supplémentaire de 57 km prédatrice d’espace, d’énergie et de deniers publics, disproportionnée face aux besoins présents et basée sur des prévisions irréalistes.

Les écologistes plaident au contraire pour la mise en œuvre immédiate d’une politique d’ensemble en faveur du report modal, avec notamment une éco-redevance poids lourds et des investissements sur les liaisons ferroviaires existantes.

LES PROPOSITIONS DES ECOLOGISTES par Joël Pruvot

Communiqué final convention traversées alpines du 21 ocotbre 2012.

Dossier complet sur Le site des écologistes sur la convention des traversées alpines

Dossier complet sur Le site des écologistes sur la convention des traversées alpines

LES PROPOSITIONS DES ECOLOGISTES par Joël Pruvot

"J’ai assisté à la Convention du Parti Vert réunissant les représentants des Verts suisses, italiens et français. Au vu des arguments échangés, il a été acté une refus de nouvelles percées alpines que ce soit en Suisse, en Autriche, en Italie et dans les Alpes françaises que ce soit celles du Nord (Lyon-Turin) ou du Sud (Montgenèvre).
Il a été observé que les tunnels ferroviaires suisses n’ont pas empêché l’augmentation des traversées de PL de ce ce pays.
Comme les Verts suisses l’avaient craint, il n’y a pas eu de report modal de la route vers le rail : le trafic PL est passé de 8 M tonnes en 2000 à 15 M t en 2008.
Il a été souligné que les possibilités de transport de fret par rail étaient loin d’être saturées : le tunnel ferroviaire du Fréjus, bien qu’ayant bénéficié d’importants travaux de mise aux normes ferroutage, a vu son trafic baisser grandement et est sous-utilisé : 3 M t en 2012 pour une capacité de 30 M t. Les marchandises à destination de l’Italie sont de plus en plus importées par les ports de Rotterdam et de Gênes. En effet le trafic France-Italie était tributaire des échanges Est-Ouest et il laisse la place au trafic Nord-Sud (avec l’Asie).
Les conclusions de la Convention de Chambéry sont d’adopter pour les transports une démarche similaire à la démarche Négawatt pour l’énergie :
Sobriété
Efficacité
Alternatives
Sobriété par la réduction des échanges de marchandises et la relocalisation de l’économie.
Efficacité par le remplissage maximum des PL pour en diminuant le nombre.
Alternatives dont la moins chère et la moins consommatrice d’espace est le transport maritime et fluvial.
Diminution du mode routier pour les marchandises par la mise en place d’une taxe à l’instar de la RPLP suisse.
Affectation du produit de cette taxe au financement d’infrastructures ferroviaires, en commençant par la rénovation et l’augmentation de capacité des lignes actuelles.
Si le besoin s’en fait toujours sentir, on peut alors envisager de nouvelles percées ferroviaires alpines, après consultation démocratique et accord des populations concernées, ce qui est loin d’être le cas dans la vallée de Susa.

Au vu de tous ces éléments, permettez nous de ne pas être en accord pour mettre en avant l’objectif de creuser un tunnel ferroviaire sous le Montgenèvre tant que des mesures fortes de limitation du trafic Poids-Lourds ne seront pas mises en place. Tant qu’une redevance Poids-Lourds ne sera pas instituée pour financer les travaux ferroviaires. Tant que les travaux de rénovation n’auront pas été achevés sur les lignes des Alpes. Tant que les populations italiennes concernées n’auront pas été consultées : le maire d’Oulx a déclaré à Gap qu’un raccordement dans sa ville n’était ni possible techniquement, ni légalement possible puisque dans une zone écologique protégée. Pour le Briançonnais, les travaux du tunnel seraient une catastrophe pour son économie touristique et la circulation de nombreux trains de fret dans le Val Durance seraient une agression sonore insupportable. Monter les marchandises à 1300 m d’altitude est de plus une aberration écologique. Ne serait-il pas tant de proposer des alternatives maritimes pour les transports Espagne-Marseille-Italie ?
Ne serait-il pas temps d’arrêter cette fuite en avant dans le toujours plus de transports, souvent inutiles et de relocaliser l’économie ?"

C’était les 19 et 20 octobre et nous y étions…

Ce sont Francine et Joël qui sont revenus tout contents…

Pour une politique des transports à l?échelle de l?arc alpin et adaptée à ses territoires

Pour une politique des transports à l’échelle de l’arc alpin et adaptée à ses territoires

Une Convention des écologistes sur les traversées alpines s’est tenue à Chambéry les 19 et 20 octobre. Elle a traité des principaux enjeux de transport dans et au travers des Alpes et notamment de l’accessibilité des vallées, des déplacements touristiques, d’une réduction des transports de marchandises, du report modal sur le rail, pour y limiter de manière significative automobiles et camions.
Se mettre à la hauteur d’une telle ambition ne va pas de soi, tant les réalités d’aujourd’hui s’en écartent. Cela suppose une mobilisation générale, et une action publique résolue sur bien des fronts : pour les marchandises : fiscalité, dispositifs de régulation des transits à l’échelle de tous les passages alpins, promotion des circuits courts… pour les voyageurs : organisation des transports collectifs en zone de montagne, adaptation de l’accès aux stations et de l’offre touristique, promotion du covoiturage…

LES ECOLOGISTES SE PENCHENT AU CHEVET DE LA CIRCULATION DANS LES ALPES

LES ECOLOGISTES SE PENCHENT AU CHEVET DE LA CIRCULATION DANS LES ALPES

Ce vendredi-samedi 19 et 20 octobre se tient à Chambéry la Convention des écologistes sur les traversées alpines !!

Deux jours pour écouter les acteurs impliqués, échanger et construire une position commune aux écologistes français, italiens et suisses.
Le vendredi, entre 16h et 21h une dizaine d’auditions sont programmées : Commission intergouvernementale franco-italienne, FNAUT, NO-TAV italiens, FRAPNA, FNE, Collectif des opposants au Lyon-Turin… L’inscription est ouverte à tous sur www.convention-traversees-alpines.org !

Le samedi, entre 9h et 17h30, vous pourrez participer à la construction de la position commune des écologistes, en présence de militants des trois pays et de réprésentants de la direction du Parti Vert Européen (Monica Frassoni, coprésidente), d’Europe Ecologie - Les Verts (Pascal Durand, secrétaire national), du groupe “Les Verts / ALE” au Parlement Européen (Malika Benarab-Attou, Karim Zéribi), du groupe des écologistes à l’Assemblée Nationale (François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône).
L’inscription pour cette seconde journée est réservée aux adhérents/coopérateurs EELV, il est encore possible de vous inscrire sur www.convention-traversees-alpines.org !

N’hésitez pas à diffuser autour de vous l’invitation et le programme définitif en pièce-jointe !

Avec nos salutations écologistes,

Le comité de pilotage de la convention. Contact :
convention-traversees-alpines@gmx.fr